retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Odonto-Stomatologie tropicale - 1ère revue dentaire internationale panafricaine - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Publications scientifiques

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 6711 - Novembre 2020 - pages 601-607

Contacter Monsieur Gnimdou Botcho Grosses bourses douloureuses : profil épidémiologique, diagnostique, thérapeutique et évolutif au centre hospitalier universitaire de Kara, Togonote

Auteurs : G. Botcho, T.M. Kpatcha, K. Tengue, T. Dossouvi, K.H. Sikpa, E. Leloua, E.V Sewa, E. Padja - Togo


Résumé

But : Préciser les aspects épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs des grosses bourses douloureuses dans le service d'Urologie-Andrologie du CHU Kara.
Patients et méthodes : Il s'est agi d'une étude rétrospective, descriptive colligeant 42 cas de grosses bourses douloureuses pris en charge dans le service d'urologie-andrologie du CHU Kara entre 1er janvier 2013 et 31 décembre 2017.
Résultats : Les grosses bourses douloureuses constituaient 1,06% des motifs de consultations urologiques. L'âge moyen de nos patients était de 33 ans avec les extrêmes de 2 mois à 85 ans. Le délai de consultation était inférieur à 48 heures dans 14,3% des cas tandis que 54,8% avaient consulté au-delà de 72 heures. Les étiologies étaient dominées par les orchiépididymites (52,4%) suivies de la torsion du cordon spermatique (35,7%). La majorité des patients (63,64%) présentant une orchiépididymite avait bénéficié d'un traitement conservateur. Une torsion du cordon spermatique était évoquée d'emblée chez 15 patients (35,7%) et confirmée à la scrototomie chez 12 patients (28,57%) de l'ensemble des patients, avec une valeur prédictive positive de 80% de l'examen clinique et de l'échographie. La chirurgie scrotale réalisée dans 28 cas (66,67%) avait trouvé 42,86% de testicules viables et 11,9% de testicules nécrosés ayant subi une orchidectomie. Les suites opératoires ont été simples dans la majorité des cas (89,3%). Nous avons noté deux cas d'atrophie testiculaire après orchidopexie dont un cas d'infertilité du couple avec azoospermie.
Conclusion : Les grosses bourses douloureuses sont relativement fréquentes et d'étiologies variées. L'orchiépididymite était la principale étiologie dans notre série. La majorité de nos patients consultait tardivement. Le diagnostic et la prise en charge doivent être précoces devant une torsion du cordon spermatique afin de minimiser le pronostic vital du testicule.

Summary
Enlarged painful scrotum: epidemiological, diagnostic, therapeutic and evolutionary profile at the University Hospital Center of Kara, Togo

Objective: To report the epidemiological, diagnosis, therapeutic and evolutionary aspects of the enlarged and painful scrotum in the department of Urology at the Teaching Hospital of Kara, Togo.
Patients and methods: It was a retrospective, descriptive study of 42 cases of enlarged and painful scrotum treated in the department of Urology at the Teaching Hospital of Kara, between January 1st, 2013 and December 31st, 2017.
Results: The enlarged and painful scrotum constituted 1,06% of the pattern of urological consultation. The mean age was 33 years (range to 02 months to 85 years). The delay of consultation was lower than 48 hours in 14.3% of the cases, while 54.8% of the patients had consulted beyond 72 hours. Etiologies were dominated by orchi-epididymitis (52.4%) followed by the torsion of spermatic cord (35.7%). Most patients (63.64%) with orchi-epididymitis were managed conservatively. A torsion of the spermatic cord was evoked among 15 patients (37.7%) and confirmed with the scrototomy among 12 patients (28.57%) of all the patients, the positive predictive value was 80% of physical examination and ultrasonography. The scrototomy carried out in 28 cases (66.67%) had found 42.86% viable testis and 11.9% of necrosed testis having profited from a orchidectomy. The operative continuations were simple in the majority of cases (89.3%). We noted two cases of testicular atrophy after orchidopexia including one case of infertility of the couple with azoospermia.
Conclusion: The enlarged painful scrotum are relatively frequent and of various causes. The orchiepididymitis was the most common aetiology in our study. Majority of our patients with acute scrotum presented to hospital late. The diagnosis and the treatment must be precocious in the acute scrotum in order to avoid the risk of necrosis testis.

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
Il a été consulté 2965 fois, téléchargé 3 fois et évalué 1 fois.  Aucun commentaire n'a encore été ajouté à propos de cet article

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF

Plus d'articles Togolais - Plus d'articles panafricains



X

Bonjour, vous pouvez acheter cet article à l'unité dans le kiosque APIDPM.




CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !