retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :


encart_diam


Fil d'infos APO Group


vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Publications scientifiques

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 6807 - Juillet 2021 - pages 443-450

Contacter Docteur Thierno Mamadou Cherif Diallo Violences à l’encontre du personnel hospitalier de l’hôpital National de Donka (Guinée)note

Auteurs : T.M.C. Diallo, Y. Diallo, H. Fofana, S. Diallo, I.S. Diallo, M. Sylla, M. Soumah, M. Daffé, L. Cissé - Guinée


Résumé

Contexte : Le milieu de soins, comme tout autre secteur professionnel en contact avec le public, semble particulièrement concerné par la violence, quelle que soit la forme de l’agression.
Objectifs : L’objectif de cette étude était de mesurer la prévalence des violences physiques et non physiques, d’identifier les principales caractéristiques sociodémographiques de la victime et d’évaluer la typologie des auteurs.
Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective de type descriptif qui s’est déroulée du 1er juin au 30 août 2020 à l’hôpital national de Donka. Au total 371 agents hospitaliers avaient été recensés, mais seuls 304 agents ayant été victimes de violence dans les 12 derniers mois précédent l’enquête ont été inclus dans cette étude. Les données ont été saisie à l’aide du logiciel Epi info version 6.
Résultats : Durant la période d’étude, nous avons recensé 81,94% cas de violence soit 304/371. L’âge moyen des victimes était de 38,30 ± 8,43 ans. La proportion des violences ayant donné lieu à une plainte était de 0,66%. La majorité des violences ont eu lieu entre 8-16h59’ (57,24%). Les hommes étaient plus concernés (60,53%) par la violence que les femmes avec un sex-ratio de 1,53. Les services des urgences étaient les plus affectés (28,28%). Parmi les auteurs de violence, les malades (34,54%) et les accompagnants (34,54%) se partagent la majorité, suivis des collègues de services (2,96 %).
Conclusion : Il ressort de cette étude que le phénomène de violence envers les professionnels de santé représente un réel problème de santé publique. Quoi qu’il en soit, ces actes de violence sont loin d’être anodins car, avec les insultes et les menaces répétitives parfois quotidiennes peuvent user physiquement et psychiquement les personnels qui en sont victimes.

Summary
Violence against hospital staff national of Donka (Guinea)

Context: The health care sector, like any other professional sector in contact with the public, seems to be particularly affected by violence, whatever the form of the aggression.
Objectives: The aim of this study was to measure the prevalence of physical and non-physical violence, to identify the main socio-demographic characteristics of the victim and to evaluate the typology of the perpetrators.
Patients and methods: It is a prospective survey of descriptive type that took place during the period from June 1st to August 30th, 2020 at the National Hospital of Donka. A total of 371 hospital workers were counted, but only 304 workers who had been victims of violence in the 12 months preceding the survey were included in this study. Data were entered using Epi info version 6.
Results: During the study period, 81.94% (304/371) cases of violence were recorded. The average age of the victims was 38.30 ± 8.43 years. The proportion of violence that gave rise to a complaint was 0.66%. The majority of violence took place between 8-16h59' (57.24%). Men were more concerned (60.53%) by the violence than women with a sex ratio of 1.53. Emergency services were the most affected (28.28%). Among the perpetrators of violence, the sick (34.54%) and accompanying persons (34.54%) were in the majority, followed by service colleagues (2.96%).
Conclusion: This study shows that the phenomenon of violence towards health professionals represents a real public health problem. In any case, these acts of violence are far from being harmless because, along with insults and repetitive threats, sometimes on a daily basis, can wear down the staff who are victims physically and psychologically.

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
Il a été consulté 3549 fois, téléchargé 3 fois et évalué 1 fois.  Aucun commentaire n'a encore été ajouté à propos de cet article

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF

Plus d'articles Guinéens - Plus d'articles panafricains



X

Bonjour, vous pouvez acheter cet article à l'unité dans le kiosque APIDPM.




CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !