Santé tropicale au Togo - Le guide de la médecine et de la santé au Togo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Togo > Revue de presse

Revue de presse

Traitement contre le palu beaucoup plus efficace - 21/04/2011 - Républicoftogo - TogoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une initiative internationale visant à mettre des médicaments antipaludéens efficaces et abordables à la portée de personnes vivant pour beaucoup dans des communautés reculées enregistre des progrès rapides en Afrique, note jeudi le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (Onu). Dans quatre pays où elle est mise en œuvre, à savoir au Ghana, au Kenya, à Madagascar et au Nigeria, il est désormais possible d’acheter des traitements essentiels contre le paludisme dans des magasins et des pharmacies du secteur privé pour un demi-dollar à peine. Avant le lancement du programme, ces traitements pouvaient coûter jusqu’à 20 fois ce prix. La seule manière pour la plupart des gens en Afrique de pouvoir obtenir gratuitement des médicaments antipaludéens efficaces était alors de parcourir de longues distances pour se rendre dans les dispensaires publics.

Le Fonds pour des médicaments antipaludéens à des prix abordables (AMFm) bénéficie du soutien financier essentiel d’UNITAID, du Royaume-Uni et de la Fondation Bill et Melinda Gates. Il reçoit le soutien technique des partenaires de Faire reculer le paludisme et est hébergé par le Fonds mondial.

Cette initiative, qui a débuté l’an dernier, est actuellement à l’essai dans huit pays, plus précisément au Cambodge, au Ghana, au Kenya, à Madagascar, au Niger, au Nigeria, en Tanzanie et à Zanzibar et en Ouganda, afin de pouvoir tirer les enseignements pertinents avant son éventuel déploiement au niveau mondial. Les premiers résultats sont d’ores et déjà visibles dans les quatre pays où la mise en œuvre a commencé le plus tôt.
Le Fonds pour des médicaments antipaludéens à des prix abordables a pour objectif de rendre ces médicaments, connus sous le nom de combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine, disponibles pour le plus grand nombre aux prix les plus bas possible. Chaque année, la maladie frappe près de 225 millions de personnes et, parmi elles, 780 000 y laissent la vie.
Bien que l’Organisation mondiale de la Santé recommande expressément l’utilisation de ces combinaisons thérapeutiques comme traitement de première intention du paludisme à Plasmodium falciparum, la forme la plus meurtrière de cette maladie, elles ne représentent qu’un cinquième environ des traitements administrés et n’étaient, jusqu’à une date récente, disponibles gratuitement ou à bas prix que dans les centres de santé du secteur public.
La plupart des gens achètent leurs antipaludiques dans des magasins et des pharmacies du secteur privé, où les combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine n’étaient pas disponibles à des prix abordables avant le lancement de l’AMFm.

Ces établissements vendent des médicaments bon marché, comme la chloroquine et la sulfadoxine-pyriméthamine, qui ont perdu leur efficacité parce que le Plasmodium falciparum y est de plus en plus résistant.

Le Fonds pour des médicaments antipaludéens à des prix abordables a pour objectif d’éliminer ces traitements inefficaces du marché en faisant baisser considérablement les coûts des combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine et en les rendant plus accessibles à des millions de personnes.

« Nous faisons progresser la lutte contre le paludisme en Afrique en mettant des traitements à la disposition de millions de personnes à des prix abordables au travers de ce Fonds pour des médicaments antipaludéens à des prix abordables », a déclaré Michel Kazatchkine, Directeur exécutif du Fonds mondial. « L’AMFm constitue un grand pas en avant. Il applique des méthodes innovantes pour sauver des vies en mettant des médicaments efficaces à la portée d’un plus grand nombre de personnes dans le besoin au travers des secteurs public, privé et non gouvernemental, et cela à des prix abordables. » En collaboration avec les partenaires de Faire reculer le paludisme, le Fonds pour des médicaments antipaludéens à des prix abordables offre des traitements essentiels à des millions de personnes.
Voici comment fonctionne ce mécanisme novateur : le Fonds mondial négocie tout d’abord avec les fabricants un prix réduit pour les combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine, dont il paie ensuite la plus grande partie pour le compte d’importateurs des secteurs privé, public et non gouvernemental, ce qui mène à un prix de vente moyen inférieur à 10 cents. Grâce à ces prix réduits, les grossistes privés peuvent vendre les médicaments aux détaillants tout en en tirant un bénéfice. Les pharmacies et les magasins vendent à leur tour les médicaments aux patients et au personnel soignant à un prix majoré mais qui reste abordable.
Début avril 2011, le Fonds mondial avait approuvé dans le cadre de ce mécanisme le paiement de plus de 75 millions de traitements. Les premières constatations montrent que l’AMFm est une réussite, des chutes considérables des prix des médicaments en vente libre ayant été enregistrées dans plusieurs pays africains.

Une enquête officielle sur les prix au Kenya a révélé que la plupart des détaillants vendaient les combinaisons thérapeutiques subventionnées au prix local recommandé, équivalent à environ un demi-dollar américain, ou légèrement plus cher, ce qui représente approximativement un vingtième du prix de ces médicaments lorsqu’ils ne sont pas subventionnés.

Au Ghana, des contrôles non officiels des prix montrent que les combinaisons thérapeutiques subventionnées sont vendues dans les magasins de certaines zones d’Accra, la capitale, à des prix allant de 60 cents à 1,20 dollar, alors qu’elles se vendaient à 9 dollars par traitement pour adultes avant le lancement de l’AMFm.

À Madagascar, des contrôles officieux des prix menés début 2011 ont révélé un prix de détail dans le secteur privé des médicaments cofinancés de quelque 0,40 dollar par traitement pour adultes à Antananarivo et d’environ 0,50 dollar en dehors de la capitale. Avant la mise en œuvre du Fonds pour des médicaments antipaludéens à des prix abordables, les combinaisons thérapeutiques recommandées par l’OMS étaient vendues dans le secteur privé entre 8,51 et 9,36 dollars par traitement pour adultes.

Au Nigeria, où l’AMFm a été lancé en mars 2011, les combinaisons qui ne sont pas cofinancées coûtent de 1 000 à 1 500 nairas, c’est-à-dire de 6,70 à 9,50 dollars par traitement pour adultes. The Society for Family Health, une ONG sans but lucratif, a commencé à distribuer des combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine cofinancées au Nigeria en mars 2011. Grâce au prix d’achat considérablement réduit des combinaisons thérapeutiques cofinancées dans le cadre du Fonds pour des médicaments antipaludéens à des prix abordables, cette ONG vendra un traitement complet pour enfants de moins de cinq ans dans les centres de santé et dans les lieux de prestation privés à 0,20 dollar. Quant aux traitements pour adultes, ils devraient se vendre à 0,80 dollar.

Dans les huit pays où le Fonds pour des médicaments antipaludéens à des prix abordables est mis en œuvre, les autorités soutiennent l’initiative par des campagnes de sensibilisation du public et de formations pour les fournisseurs de combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine.

Souhaitons que ce programme soit bientôt disponible au Togo.

Lire l'article original

Plus d'articles Togolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

TogoSanté tropicale au Togo
Le guide de la médecine et de la santé au Togo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !