Santé tropicale au Togo - Le guide de la médecine et de la santé au Togo


Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Décembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Togo > Revue de presse

Revue de presse

Les ARV évoluent - 29/05/2019 - Républicoftogo - TogoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

70 000 Togolais sont actuellement sous ARV (antirétroviraux). Un traitement lourd, mais qui permet de lutter contre la maladie. Le protocole est actuellement contraignant avec la prise d'une dizaine de comprimés chaque jour à heure fixe.

Mais les choses évoluent dans le bon sens. Les malades pourront bientôt bénéficier d'une seule prise quotidienne ; un seul comprimé avec de nouvelles molécules plus efficaces.

L'objectif des traitements antirétroviraux actuels est de maintenir les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) en bonne santé, en évitant la progression de la maladie vers le stade SIDA.1

Il est fréquent d'entendre parler d'indétectabilité' lorsque l'on parle du VIH et de traitement ARV. Ce terme est employé lorsque l'on parle de la charge virale : cela signifie que la quantité de virus dans le sang ne peut être détectée dans les analyses sanguines.

Avec les traitements disponibles, l'objectif est de rendre la charge virale dans le sang indétectable en quelques semaines à quelques mois.

Des tests sanguins sont réalisés régulièrement pour s'assurer que la charge virale demeure indétectable dans le temps.

Aujourd'hui, une personne vivant avec le VIH, traitée et dont la charge virale est indétectable depuis plus de 6 mois, a un risque négligeable de transmettre le virus à son partenaire lors d'un acte sexuel non protégé.

Lire l'article original

Plus d'articles Togolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

TogoSanté tropicale au Togo
Le guide de la médecine et de la santé au Togo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !