Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



ban_jmp_malacur - 25 avril 2024 - Journée mondiale de lutte contre le paludisme

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici

Articles médicaux de Santé tropicale

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 7106 - Juin 2024 - pages 391-398

Contacter Docteur Ya Madina Ouattara Violence au travail : étude descriptive chez le personnel soignant d’un hôpital à Abidjan, Côte d’Ivoirenote

Auteurs : Y.M Ouattara, A.A.B Kouamé, A.A.C Kra, L.M.A N’guessan, C.P. Guiegui, I.N.A Aka, A.F Tchicaya, YM Kouassi, S.B Wognin - Côte d'Ivoire


Résumé

Introduction : Le personnel soignant en raison de leurs activités parfois émotionnellement et physiquement éprouvants, ne reste pas en marge des actes de violence. L’objectif de notre étude était d’étudier les violences chez le personnel soignant d’un hôpital général à Abidjan.
Matériels et méthode : il s’agissait d’une étude transversale à visée descriptive des violences en milieu professionnel chez le personnel de soignant d’un hôpital. Le logiciel Epi Info 7 a été utilisé pour l’analyse des données. Les données qualitatives ont été décrites par des proportions tandis que les données quantitatives par les moyennes et l’écart-type.
Résultats : Notre étude a porté sur 97 soignants avec une prédominance féminine de 61,1%. L’âge moyen était de 40,38 ± 9,75 ans. Les agents des services de chirurgie étaient les plus représentés (30%) et étaient en majorité le personnel paramédical (69%). Nos enquêtés avaient une expérience professionnelle inférieure à 5 ans dans 42,2% des cas. Plus de la moitié (57,7%) des soignants travaillait plus de 8 heures par jour et 63,9% d’entre eux effectuaient un travail alterné. La prévalence des violences était de 62,9%, principalement sous forme de violence verbale (95,1%). Le temps d’attente jugé excessif était la principale cause des agressions (72,1%) perpétrées par les visiteurs et accompagnants de malade dans 72,1% des cas. Les victimes ont ressenti de l’indignation et de l’humiliation dans 62,1% des cas. Ces violences n’ont pas été déclarées comme accidents du travail (91,8%).
Conclusion : Les violences constituent des risques psychosociaux pour les travailleurs dans cet établissement de soins d’où la nécessité de la mise en place de mesures préventives.

Summary
Violence at work: descriptive study among care staff in a hospital in Abidjan, Ivory Coast

Introduction: Nursing staff, due to their sometimes emotionally and physically demanding activities, do not remain on the sidelines of acts of violence. The objective of our study was to study violence among nursing staff in a general hospital in Abidjan.
Materials and method: this was a cross-sectional study with a descriptive aim of violence in the workplace among hospital nursing staff. Epi Info 7 software was used for data analysis. Qualitative data was described by proportions while quantitative data by means and standard deviation.
Results: Our study included 97 caregivers with a female predominance of 61.1%. The average age was 40.38 ± 9.75 years. Surgical department agents were the most represented (30%) and were mainly paramedical staff (69%). Our respondents had professional experience of less than 5 years in 42.2% of cases. More than half (57.7%) of caregivers worked more than 8 hours per day and 63.9% of them did alternating work. The prevalence of violence was 62.9%, mainly in the form of verbal violence (95.1%). Waiting time considered excessive was the main cause of attacks (72.1%) perpetrated by visitors and those accompanying patients in 72.1% of cases. Victims felt outrage and humiliation in 62.1% of cases. This violence was not declared as work accidents (91.8%).
Conclusion: Violence constitutes psychosocial risks for workers in this healthcare establishment, hence the need to implement preventive measures.

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
Il a été consulté 394 fois, téléchargé 46 fois et évalué 1 fois.  Aucun commentaire n'a encore été ajouté à propos de cet article

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF

Plus de résumés d'articles - Plus d'articles en texte intégral

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la revue de presse de Santé tropicale. Inscriptions

En septembre 2024 :

img_produit

img_produit

Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit
Téléchargez hearWHO - Pour vérifier l'audition !

img_produit

img_produit

encart_diam_bailly
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays

encart_diam_salvat
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays



CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !