APIDPM Se connecter/S'inscrire Votre panier0

Se connecter/S'inscrire Connexion / Inscription

Consulter les revues

Choisissez votre revue :

Odonto-Stomatologie Tropicale

Odonto-Stomatologie Tropicale N° 175 - Septembre 2021

Odonto-Stomatologie Tropicale

N° 175 - Septembre 2021

Editeur : APIDPM Santé tropicale
Langue(s) de publication : Français - Anglais
Edition papier : ISSN 0251-172X
Edition électronique : ISSN 2491-4428
Retrouvez également nos offres d'abonnements

Il y a actuellement 598 articles.


Archives (par année de publication)

Sommaire du N° 175 - Septembre 2021

Professeur Phrabhakaran Nambiar Importance de la morphologie palatine des mongoloïdes de Malaisie pour les techniques d’imagerie intraorale
G. Wee Ni, T. Hwee Yee, L.Z. Yin Joan, S.M Al-Amery, P. Nambiar - Malaisie - 5-12


X

Professeur Phrabhakaran Nambiar Importance de la morphologie palatine des mongoloïdes de Malaisie pour les techniques d’imagerie intraorale Importance de la morphologie palatine des mongoloïdes de Malaisie pour les techniques d’imagerie intraorale est évalué 1 étoiles

Auteurs : G. Wee Ni, T. Hwee Yee, L.Z. Yin Joan, S.M Al-Amery, P. Nambiar - Malaisie
Publié en Anglais dans Odonto-Stomatologie Tropicale 175 - Septembre 2021 - 5-12


Résumé

Contexte : Déterminer les variations ethniques et sexuelles de la hauteur de la voûte palatine et de la forme du palais des Mongoloïdes (Malais et Chinois) en Malaisie péninsulaire. Par la suite, la hauteur palatine indiquera la faisabilité de la technique de parallélisme intra-oral à employer dans ces populations.
Méthodes : Quatre-vingt-dix-sept scans Cone Beam Computed Tomography (CBCT) d'origine malaise (47 hommes, 50 femmes) et 91 scans CBCT d'origine chinoise (48 hommes, 43 femmes) ont été examinés. Sur la vue coronale de l'image CBCT, les hauteurs de la voûte palatine ont été mesurées au niveau des premières molaires et des premières prémolaires maxillaires. La hauteur palatine du milieu du palais droit et gauche a été mesurée après avoir déterminé la largeur palatine. La forme de la voûte palatine a été classée comme normale, ogivale, en forme de plateau ou d'escalier, torus ou carré.
Résultats : La hauteur palatine n'a montré aucune différence entre les sexes dans la région prémolaire, mais une légère différence statistique a été observée au milieu du palais droit et gauche dans la région molaire. La hauteur palatine des deux ethnies malaise et chinoise n'était pas significativement différente, mais il y avait des différences significatives de hauteur palatine dans la zone de la première prémolaire entre les hommes et les femmes. La hauteur palatine moyenne dans la région molaire pour les hommes était de 21,12 mm (écart-type 3,19) et de 20,16 mm (écart-type 2,62) pour les femmes. En outre, la distribution de la forme palatine n'était pas différente entre les sexes des deux groupes ethniques, bien que le type de palais le plus courant était le palais avec torus.
Conclusions : Les malais mongoloïdes ont une hauteur palatine insuffisante pour utiliser la technique de parallélisme et la technique de la bissectrice est préférable pour l'imagerie intra-orale.


Summary
Significance of the Malaysian Mongoloids’ palatal morphology for intraoral imaging techniques

Background: To determine ethnic and gender variations of palatal vault height and palatal shape of Mongoloids (ethnic Malays and Chinese) in Peninsular Malaysia. Subsequently, the palatal height will indicate the feasibility of the intraoral paralleling technique to be employed in these populations.
Methods: Ninety-seven ethnic Malay Cone Beam Computed Tomography (CBCT) scans (47 males, 50 females) and 91 ethnic Chinese CBCT scans (48 males, 43 females) were examined. From coronal view of CBCT image, the palatal vault heights were measured at the maxillary first molars and first premolars. Palatal height of midway of right & left palate was measured after palatal width was determined. The shape of palatal vault was classified as normal, furrowed, shelf-like or stair palate, torus and square shaped.
Results: The palatal height showed no gender difference at the premolar region, but slight statistical difference was noticed in the midway of the right and left palate in the molar region. The palatal height on both ethnic Malays and Chinese was not significantly different, but there were significant differences in palatal height in the first premolar area between males and females. The mean palatal height in the molar region for males was 21.12 (SD 3.19) mm and 20.16 (SD 2.62) mm for females. In addition, palatal shape distribution was not different between gender of either ethnic group, although the most common palate type was the palate with torus.
Conclusions: Malaysian Mongoloids have insufficient palatal height dimensions for employing true paralleling technique and bisecting angle technique should be preferred for intraoral imaging.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Professeur Elie Nasr Précision des empreintes d'implants numériques par rapport aux empreintes conventionnelles pour un concept de traitement "All-on-Four"
A. Afram, A.C. Makhlouf, P. Boulos, E. Nasr - Liban - 13-23


X

Professeur Elie Nasr Précision des empreintes d'implants numériques par rapport aux empreintes conventionnelles pour un concept de traitement "All-on-Four" Précision des empreintes d'implants numériques par rapport aux empreintes conventionnelles pour un concept de traitement

Auteurs : A. Afram, A.C. Makhlouf, P. Boulos, E. Nasr - Liban
Publié en Anglais dans Odonto-Stomatologie Tropicale 175 - Septembre 2021 - 13-23


Résumé

Objectif : Le but de cet article était de comparer deux techniques d’empreintes : digitale et conventionnelle, dans le cas d’une prothèse hybride implanto-portée de type All-on-Four, afin de tirer une conclusion clinique concernant la précision d’adaptation des reconstitutions prothétiques.
Matériels et méthodes : Sur un modèle prototype maxillaire conçu à partir d’une résine acrylique blanche extra-dure, ont été placés quatre implants Straumann® Bone Level avec une connexion interne de type Regular CrossFit® (RC) : de diamètre 4.1 mm et d’une longueur de 10 mm. Suivant le concept du All-on-Four, les deux implants au niveau des incisives latérales (12, 22) ont été situés dans un axe droit, tandis qu’au niveau des deuxièmes prémolaires (14, 24) les implants ont été inclinés de 45 degrés distalement. Ainsi, sur ce modèle prototype seront réalisées vingt empreintes dont dix empreintes digitales prises à l’aide du Trios®3 (3Shape), et dix autres empreintes conventionnelle obtenues à partir d’un porte empreinte individuel à ciel ouvert chargé d’Impregum Penta® (3M-ESPE) comme produit de choix. Par la suite, la digitalisation des modèles en plâtre issus des empreintes conventionnelles a été requise, afin de permettre la superposition des empreintes digitales et conventionnelles avec le modèle témoin de manière à comparer la précision des deux différentes techniques d’empreintes.
Résultats : Cette étude a montré que les imprécisions moyennes horizontale et verticale étaient significativement différentes au niveau des sites antérieurs et postérieurs pour les modèles issus des empreintes digitales et conventionnelles (-p-value < 0.05), tels que les déviations au niveau des empreintes numériques étaient plus petites que celles associées aux techniques classiques.
Conclusion : Pour un modèle avec quatre implants suivant le concept d’un All-on-Four, l’empreinte digitale s’avère être plus précise et plus fiable qu’une empreinte conventionnelle.
Signification clinique : Pour un concept de traitement All-on-Four, les techniques d'empreinte numérique sont recommandées, démontrant des résultats cliniquement acceptables.


Summary
Accuracy of digital vs conventional implant impressions for an “all-on-four” treatment concept

Aim: The aim of this article was to compare two impression techniques: digital and conventional, in the case of an All-on-Four implant-supported hybrid prosthesis, to draw a clinical conclusion regarding the accuracy of adaptation of the prosthetic reconstructions.
Materials and methods: On a prototype maxillary model made of an extra hard white acrylic resin, were placed four Straumann® Bone Level implants with the Regular CrossFit® connection (RC): as a 4.1 mm in diameter by 10 mm of length. Based on the All-on-Four concept, the two implants at the lateral incisors (12, 22) were placed in a straight axis, while the other two implants were inclined 45-degrees distally at the level of the second premolars (15, 25). Thus, on this prototype model, twenty impressions were made including ten impressions taken using the Trios®3 (3Shape), and ten conventional impressions were obtained using a custom-made open-tray and the Impregum Penta® (3M-ESPE) as a materiel of choice. Subsequently, digitalization of plaster models obtained from conventional impressions was required, to allow the superimposition of digital and conventional impressions with the control model so as to compare the accuracy of the two different impressions techniques.
Results: This study showed that horizontal and vertical mean inaccuracies were significantly different at the anterior and posterior sites for digital and conventional impressions (-p-value < 0.05), indicating that digital impressions deviations were smaller than those associated with conventional techniques.
Conclusion: For a model with four implants following the All-on-Four concept, the digital impression proves to be more precise and more reliable than the conventional impression.
Clinical significance: For an All-on-Four treatment concept, digital impression techniques are recommended, demonstrating clinically acceptable outcomes.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Mamadou Lamine Ndiaye Détection du deuxième canal mésio-vestibulaire (MV2) des premières et deuxièmes molaires maxillaires permanentes d’une population sénégalaise. Etude à la tomographie volumique à faisceau conique
M.L. Ndiaye, M.N. Diene, E.C. Diop, M. Oussous, P.A. Lecor, B. Toure - Sénégal - 24-29


X

Docteur Mamadou Lamine Ndiaye Détection du deuxième canal mésio-vestibulaire (MV2) des premières et deuxièmes molaires maxillaires permanentes d’une population sénégalaise. Etude à la tomographie volumique à faisceau conique Détection du deuxième canal mésio-vestibulaire (MV2) des premières et deuxièmes molaires maxillaires permanentes d’une population sénégalaise. Etude à la tomographie volumique à faisceau conique est évalué 1 étoiles

Auteurs : M.L. Ndiaye, M.N. Diene, E.C. Diop, M. Oussous, P.A. Lecor, B. Toure - Sénégal
Publié en Français dans Odonto-Stomatologie Tropicale 175 - Septembre 2021 - 24-29


Résumé

Introduction : La connaissance de l’anatomie est un prérequis indispensable pour réussir le traitement endodontique. Le Cone Beam CT est la méthode non invasive de référence pour une étude précise de l’anatomie dentaire. L'objectif de ce travail était d’étudier le nombre de canaux des premières et deuxièmes molaires maxillaires d’une population sénégalaise.
Matériel et méthodes : Cette étude descriptive et transversale, portait sur des examens Cone Beam CT. Toutes les premières et deuxièmes molaires maxillaires issues de ces examens étaient explorées. Le nombre de variables étudiées étaient les données sociodémographiques et le nombre de racines et canaux pour chaque molaire.
Résultats : Au total, 122 molaires maxillaires ont été analysées. Toutes les molaires maxillaires présentaient 3 racines. Le quart des molaires maxillaires présentait un quatrième canal appelé aussi MV2. Ce dernier était plus retrouvé chez les premières molaires maxillaires. Il était plus fréquent chez les sujets féminins.
Conclusion : Cette étude inspire une nouvelle approche pour réduire les taux d’échec des traitements endodontiques sur des sujets sénégalais. Des études avec un échantillon plus important sont nécessaires pour éprouver ces résultats.


Summary
Detection of the second mesiobuccal root canal (MB2) of the first and second permanent maxillary molars of a Senegalese population. Cone Beam Computed Tomography study

Introduction: Knowledge of anatomy is an essential prerequisite for successful endodontic treatment. Cone Beam CT is the reference non-invasive method for an accurate study of dental anatomy. The objective of this study was to investigate the number of canals roots in the first and second maxillary molars of a Senegalese population.
Material and methods: This descriptive, cross-sectional study involved Cone Beam CT examinations. All maxillary first and second molars from these examinations were explored. The number of variables studied were socio-demographic data and the number of roots and canals for each molar.
Results: A total of 122 maxillary molars were analysed. All maxillary molars had 3 roots. One quarter of the maxillary molars had a root canal also called MV2. The latter was more common in the maxillary first molars. It was more frequent in female subjects.
Conclusion: This study inspires a new approach to reduce endodontic treatment failure rates in Senegalese subjects. Studies with a larger sample size are needed to test these results.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Docteur Sylvia S. Etim Prévalence et caractéristiques des habitudes bucco-dentaires non-nutritives chez les patients orthodontiques d'un hôpital tertiaire du sud du Nigeria : étude rétrospective sur dix ans
S.S. Etim, E.A. Aikins - Nigéria - 29-36


X

Docteur Sylvia S. Etim Prévalence et caractéristiques des habitudes bucco-dentaires non-nutritives chez les patients orthodontiques d'un hôpital tertiaire du sud du Nigeria : étude rétrospective sur dix ans Prévalence et caractéristiques des habitudes bucco-dentaires non-nutritives chez les patients orthodontiques d'un hôpital tertiaire du sud du Nigeria : étude rétrospective sur dix ans est évalué 1 étoiles

Auteurs : S.S. Etim, E.A. Aikins - Nigéria
Publié en Anglais dans Odonto-Stomatologie Tropicale 175 - Septembre 2021 - 29-36


Résumé

Contexte : Les Habitudes Orales Non-Nutritives (HONN) peuvent être délétères pour les tissus de la cavité buccale. Pourtant leur prévalence parmi les patients de l’unité orthodontique du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Port Harcourt au Nigeria reste inconnue. Cette étude avait pour but de déterminer la fréquence relative des habitudes orales non-nutritives chez ces patients.
Méthodologie : Une analyse rétrospective sur 10 ans des dossiers médicaux des patients suivis en orthodontie au CHU de Port Harcourt a été menée pour déterminer la fréquence relative des HONN parmi ces patients. Les dossiers des patients ayant consulté entre 2008 et 2018 ont été analysés pour recueillir des informations sur les HONN. La distribution de fréquence des différents types de HONN a été démontrée et associée avec les caractéristiques démographiques des patients. La version 22 du SPSS était utilisée pour les analyses statistiques avec p < 0.05.
Résultats : Les dossiers de 515 patients ont été étudiés parmi lesquels 224 (43,5%) hommes et 291 (56,5%) femmes. Parmi ceux-ci, 195 (37,9%) présentaient des HONN dont 120 (41,2%) femmes et 75 (33,5%). La succion de la langue (28 ; 23,3 %), la succion du pouce (26 ; 21,7%) et la pression de la langue (20 ; 16.7%) étaient plus observées chez les femmes alors que la succion des lèvres était plus fréquente chez les hommes (18 ; 24,0%). Très peu de malades grinçaient des dents, mordaient leur langue, leur lèvre ou un objet.
Conclusion : La succion du pouce était la NNOH la plus fréquemment observée, tandis que la morsure de la langue était la moins fréquente dans cette étude. Par rapport au sexe, la succion de la langue et la succion des lèvres étaient plus répandues chez les femmes et les hommes respectivement.


Summary
Prevalence and pattern of non-nutritive oral habits among orthodontic patients at a tertiary hospital in South-South Nigeria: a ten-year retrospective study

Background: Non-Nutritive Oral Habits (NNOH) can be deleterious to oral tissues. Yet, the prevalence among orthodontics patients in Port Harcourt is unknown. This study was to determine the relative frequencies of non-nutritive oral habits among orthodontic patients at University of Port Harcourt Teaching Hospital (UPTH), Port Harcourt, Nigeria.
Methodology: A 10-year retrospective analysis of orthodontic patients at UPTH was conducted to determine the relative frequencies of NNOH observed among them. Records of patients seen between 2008 and 2018 were retrieved and screened for information on NNOH. The frequency distribution of different types of NNOH was demonstrated and related to the demographic characteristics of the patients. Statistical analysis was done using SPSS version 22 with level of significance set at p < 0.05.
Results: A total of 515 patients’ files were retrieved and screened. This included 224 (43.5%) males and 291(56.5%) females. Of these, 195 (37.9%) patients had documentations about NNOH including 120 (41.2%) females and 75 (33.5%) males. Tongue sucking (28; 23.3%), thumb sucking (26; 21.7%), and tongue thrusting (20; 16.7%) were more common among females while lip sucking (18; 24.0%) was more prevalent among the males. Only a small proportion of patients indulged in bruxism, object biting, tongue biting and lip biting.
Conclusion: Thumb sucking was the most frequently indulged NNOH while tongue biting was the least in this study. Relative to gender, tongue sucking, and lip sucking were more prevalent among females and males respectively.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.



Monsieur Uchenna Egbunah Guide pour la pratique dentaire dans les pays en développement : une revue systématique des implications de la covid-19 dans la pratique dentaire
U.P. Egbunah, J.O. Makanjuola, D.C. Umesi, Y.O. Ajayi - Nigéria - 37-58


X

Monsieur Uchenna Egbunah Guide pour la pratique dentaire dans les pays en développement : une revue systématique des implications de la covid-19 dans la pratique dentaire Guide pour la pratique dentaire dans les pays en développement : une revue systématique des implications de la covid-19 dans la pratique dentaire est évalué 1 étoiles

Auteurs : U.P. Egbunah, J.O. Makanjuola, D.C. Umesi, Y.O. Ajayi - Nigéria
Publié en Anglais dans Odonto-Stomatologie Tropicale 175 - Septembre 2021 - 37-58


Résumé

Contexte : La nouvelle maladie à corona virus 2019 (COVID-19) est une pneumonie virale causée par le virus muté SARS-CoV-2. Elle a été déclarée pandémie par l'OMS en raison de sa forte infectiosité et de sa propagation. De nombreuses procédures dentaires conduisent à la formation de gouttelettes infectieuses et/ou d'aérosols du virus SRAS-CoV-2. Par conséquent, une connaissance approfondie du mode de transmission, de la présentation clinique et de la prévention du COVID-19 est un outil essentiel pour la pratique dentaire pendant et après la pandémie de COVID-19.
Objectifs : Cette étude a mis en évidence les implications du COVID-19 sur la pratique dentaire et a recommandé une conduite plus économique pour la pratique dentaire dans les pays en développement.
Méthodes : Nous avons effectué des recherches documentaires pour trouver des articles sur les implications dentaires de la pandémie de COVID-19 publiés à partir du 1er janvier 2020. Un total de 38 articles a été identifié, recueilli, évalué et les résultats et recommandations inclus dans cette revue.
Résultats : Nous avons répertorié les voies de transmission du SRAS-CoV-2 dans la pratique dentaire ainsi que les mesures de protection personnelle et générale contre la transmission du SRAS-CoV-2 dans la pratique dentaire. Des conseils pour la pratique dentaire dans les pays en développement pendant et après la pandémie de COVID-19 ont été proposés sur la base des résultats de cette étude.
Conclusion : La pandémie de COVID-19 a entraîné une augmentation du coût des soins dentaires, tant pour les praticiens que pour les patients. Nous proposons donc un cadre économique et pratique à adopter pour la pratique dentaire de routine dans les pays en développement, même après la fin de la pandémie de COVID-19.


Summary
Guidance for dental practice in developing countries: a systematic review of the implications of covid-19 in dental practice

Background: The novel corona virus disease 2019 (COVID-19) is a viral pneumonia caused by the mutated SARS-CoV-2 virus. It was declared a pandemic by the WHO due to its high infectivity and spread. A lot of dental procedures lead to the formation of infective droplets and/or aerosols of the SARS-CoV-2 virus. Therefore, an in-depth knowledge of the mode of transmission, clinical presentation and prevention of COVID-19 is an essential tool for dental practice during and after the COVID-19 pandemic.
Objectives: This study highlighted the implications of COVID-19 on dental practice and recommended a more economical guidance for dental practice in developing countries.
Methods: We conducted literature searches for articles on the dental implications of the COVID-19 pandemic published from the 1st of January 2020. A total of 38 articles were identified, retrieved, assessed and their results and recommendations included in this review.
Results: We itemized SARS-CoV-2 transmission pathways in the dental clinic as well as personal and general protection measures against SARS-CoV-2 transmission in the dental clinic. Guidance for dental practice in developing countries during and after the COVID-19 pandemic was proposed based on the result of the review.
Conclusion: The COVID-19 pandemic has led to an increase in cost of dental care for both practitioners and patients. We therefore propose an economical and practical guidance to be adopted for routine dental practice in developing countries even after the COVID-19 pandemic is over.



Téléchargez cet article pour 1 jeton ou 0,00 € à l'unité. Voir nos offres de jetons

Vous pourrez télécharger immédiatement vos articles payés en ligne dans la rubrique « Mes achats PDF » de votre compte.




Acheter le N° 175 - Septembre 2021

Version papier uniquement

1. Choisissez votre zone de livraison

2. Votre statut

2. Votre offre


Les numéros de


Article ajouté au panier avec succès





Accès direct aux sites APIDPM :

Revue, rubriques de formation continue,
Annonces de congrès, actualités...

Médecine d'Afrique noire électronique
Médecine du Maghreb électronique
Odonto-Stomatologie électronique
Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments

PACKS JETONS

Découvrez nos offres Packs jetons - Plus d'infos

ABONNEMENTS

Découvrez notre offre d'abonnement à nos revues - Plus d'infos

CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous

APIDPM Santé Tropicale

Qui sommes-nous ?

Conditions générales



APIDPM est éditeur de sites médicaux :


Médecine d'Afrique noire électronique Médecine du Maghreb électronique Odonto-Stomatologie électronique Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments