Suivez-nous :
Identifiez-vous | Inscription | Go to english website EN website


X




Mot de passe oublié ? / Inscription

Odonto-stomatologie Tropicale - 1ère revue dentaire internationale panafricaine


Afrique Global Health - 20 au 22 juin 2023 - Dakar - Plus d'informations



Bibliothèque médicale

Retrouvez toutes les revues APIDPM et découvrez les offres d'abonnement sur APIDPM le kiosque

Vous souhaitez vous abonner à Odonto-Stomatologie Tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


Offres - partenariat / expertise

SPONSORING
APIDPM s'engage à vos côtés

Vous organisez un congrès médical en Afrique ?
Demandez, dès maintenant, notre dossier de Partenariat congrès APIDPM.

Plus d'informations


COMITE DE LECTURE
Une expertise à partager ?

Vous avez une expertise dans un domaine précis et souhaitez apporter votre expérience et aider nos auteurs à publier de meilleurs articles ?

Contactez Nathalie


Archives / Consultation d'articles


Publié en Français dans Odonto-Stomatologie Tropicale Volume 45 - Mars 2022 pages 53-64

Monsieur Jules Julien  Ndjoh Perception de l’implantologie par les médecins-dentistes au Cameroun Perception de l’implantologie par les médecins-dentistes au Cameroun est évalué 1 étoiles par les abonnés Odonto-Stomatologie Tropicale électronique

Auteurs : J.J. Ndjoh, L. Nguiatsi, D. Ntep, M.J. Essi, C. Bengondo Messanga, L. Essama Eno Belinga - Cameroun


Résumé

Contexte : L’implantologie dentaire est une méthode de restauration de l’édentement apparue au 20ème siècle. Cette discipline de médecine bucco-dentaire sans cesse en évolution, a donné des résultats probants comme méthode de restauration prothétique fiable et résistante dans les pays développés. En Afrique et particulièrement au Cameroun, peu d’implants dentaires sont posés malgré le taux d’édentement sans cesse croissant au sein d’une population de plus en plus exigeante en matière d’esthétique.
Objectif : Evaluer la perception de l’implantologie par les Médecins-Dentistes (MD) au Cameroun à travers leurs connaissances, leurs attitudes et leurs pratiques.
Méthodologie : Il s’agit d’une étude transversale descriptive de type CAP (Connaissances, Attitudes et Pratiques), menée au Cameroun auprès des médecins dentiste des cabinets publics, privés et confessionnels. La collecte des données a été faite de janvier à mars 2021. Le recrutement était consécutif, fait sur la base de la liste des 85 MD fournie par l’Ordre National des Chirurgiens-Dentistes du Cameroun et datant de 2017. Les données ont été collectées à l’aide d’un questionnaire en cinq parties : données sociodémographiques ; connaissances sur l’implantologie ; attitudes face à la méthode, les pratiques et les attentes. L’analyse des données s’est faite grâce au logiciel SPSS. Les réponses étaient gradées en verbatim selon la réglementation CAP et les résultats étaient jugés statistiquement significatifs pour p < 0,05.
Résultats : Au total, 252 participants ont été enrôlés, dont 96,4% étaient des omnipraticiens. Le sex-ratio H/F était de 0,95 et les participants avaient principalement été formés au Cameroun (86,9%). La grande majorité de l’échantillon (90,9%) avait moins de dix années d’expérience. Le niveau global de connaissances était bon, plus marqué chez les spécialistes (84,7%) que chez les omnipraticiens (73,9%) avec p < 0,05. Les attitudes étaient acceptables (88%) et il n’y avait pas de différence fondamentale entre les lieux de formations. La qualité des pratiques était très insuffisante, avec seulement 28% de bonnes pratiques, sans différence statistiquement significative selon les lieux d’exercice. La quasi-totalité de l’échantillon (94,4%) n’avait jamais posé d’implant et plus de la moitié (68,7%) n’était même pas en contact avec un implantologue.
Conclusion : La bonne perception des MD vis-à-vis de l’implantologie au Cameroun était principalement adossée sur un bon niveau de compétences de santé bien que très théoriques. Au terme de ce travail, il semble important de mettre en place une stratégie de promotion de la méthode au Cameroun, afin d’améliorer le plateau technique des formations sanitaires.

Abstract
Perception of implantology by dentists in Cameroon

Context: Dental implantology is a method of restoring edentulousness that appeared in the 20th century. This constantly evolving discipline of oral medicine has given convincing results as a reliable and resistant method of restoration in developed countries. In Africa and particularly in Cameroon, few dental implants are placed despite the ever-increasing rate of edentulousness in an increasingly aesthetically demanding population.
Object: The aim of this manuscript was to assess the perception of Oral Doctors (OD) in Cameroon about dental implantology through the assessment of their knowledge, attitudes and practices.
Methodology: This was a descriptive cross-sectional study of the KAP (Knowledge, Attitudes and Practices) type, carried out in Cameroon among oral doctors in public, private and confessional practices. The data collection was made from January to Mach 2021. The recruitment was consecutive according to the list of 85 OD provided by the National Order of Dentists of Cameroon and dating from 2017. The data were collected at the use of a 5-part questionnaire: socio-demographic data; knowledge of implantology; attitudes towards the method; practices and expectations. Data analysis was performed using SPSS software. The responses were graded in verbatim according to the KAP regulations, the results were considered statistically significant for p < 0.05.
Results: A total of 252 participants were enrolled, of which 96.4% were general practitioners. The sex-ratio M/F was 0.95 and the participants were mainly trained in Cameroon (86.9%). The vast majority of the sample (90.9%) had less than ten years of experience. The overall level of knowledge was good, more marked among specialists (84.7%) than among general practitioners (73.9%) with p <0.05. Attitudes were quite acceptable (88%) and there was no fundamental difference between the training locations. The quality of the practices was very poor, with only 28% of good practices, with no statistically significant difference depending on the place of practice. Almost all of the sample (94.4%) had never placed an implant, and more than half (68.7%) was not even in contact with an implantologist.
Conclusion: The good perception of ODs about implantology in Cameroon was mainly based on a good level of health skills although very theoretical. At the end of this work, it seems important to put in place a strategy to promote the method in Cameroon, and to improve the technical platform of health facilities for this.

icone adobe 

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de Odonto-Stomatologie Tropicale électronique.
Il a été consulté 2241 fois, téléchargé 8 fois et évalué 1 fois. 1 commentaire a été posté à propos de cet article

Retour

Les avis sur cet article

Commentaire ajouté le 12/04/2022 par Monsieur Jules Julien Ndjoh (Molenbeek Saint-Jean - Belgique) photo

merci



N. B. : pour ajouter un commentaire, tapez votre texte dans le formulaire mis à votre disposition sous l'article intégral.

X


Déjà inscrit ?


Pas inscrit ?


Visiteur occasionnel ?





Afrique Global Health - 20 au 22 juin 2023 - Dakar - Plus d'informations


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation

 

Publier

Actualités

Partenariats


  • Odonto-Stomatologie Tropicale
    Trimestriel - ISSN 0251-172X
    Medline (NLM ID: 8103679)

Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !