Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici

Changer les mentalités
Faisons des soins de l’oreille et de l’audition une réalité pour toutes et tous !

La Journée mondiale de l'audition 2024 était axée sur les problèmes posés par les perceptions erronées de la société et la stigmatisation et en particulier sur le manque de sensibilisation et d'informations précises dans la population en général et parmi les prestataires de soins.

infographie
© Organisation mondiale de la Santé 2020
1 Messages clés - Journée mondiale de l'audition 2024

• À l'échelle mondiale, plus de 80% des besoins de soins de l'oreille et de l'audition ne sont toujours pas satisfaits 1 ;

• La déficience auditive non soignée représente un coût annuel de près de 1000 milliards de dollars des États-Unis (USD) à l'échelle mondiale 1 ;

Les perceptions erronées profondément ancrées dans la société et les mentalités stigmatisantes sont des facteurs-clés qui limitent la prévention et le traitement de la perte auditive 1 ;

Il est essentiel de changer les mentalités pour améliorer l’accès aux soins de l’oreille et de l’audition et atténuer le coût de la déficience auditive non-soignée. 1

Surdité et déficience auditive - Vue d'ensemble - Cliquez pour lire

Plus de 5 % de la population mondiale, soit 430 millions de personnes (dont 34 millions d'enfants), ont besoin de services de réadaptation pour cause de déficience auditive incapacitante. On estime que 700 millions de personnes seront concernées d'ici à 2050, c'est-à-dire une personne sur 10.

Une déficience auditive incapacitante désigne une perte d'audition supérieure à 35 décibels (dB) dans la meilleure oreille. Près de 80 % des personnes qui en sont atteintes vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. La prévalence de la déficience auditive augmente avec l'âge : plus de 25 % des personnes âgées de plus de 60 ans présentent une déficience auditive incapacitante.

Déficience auditive et surdité

On parle de déficience auditive lorsqu'une personne n'est pas capable d'entendre aussi bien qu'une personne ayant une audition normale, le seuil étant de 20 dB ou mieux dans les deux oreilles. La déficience auditive peut être légère, moyenne, sévère ou profonde. Elle peut toucher une oreille ou les deux et entraîner des difficultés à suivre une conversation ou entendre les sons de forte intensité.

Les personnes malentendantes sont atteintes d'une déficience auditive légère à sévère. Elles communiquent généralement par la parole et peuvent bénéficier d'aides auditives, d'implants cochléaires ou d'autres dispositifs d'aide à l'audition ainsi que du sous-titrage.

Les personnes sourdes souffrent généralement d'une déficience auditive profonde, ce qui veut dire qu'elles n'entendent plus ou pratiquement plus. Elles communiquent généralement par la langue des signes.

Causes de déficience auditive et de surdité

Même s'il est possible de rencontrer ces facteurs à différentes périodes de la vie, les individus sont plus exposés à leurs effets à certaines périodes charnières.

Période prénatale

  • Facteurs génétiques, y compris la déficience auditive congénitale et la déficience auditive non congénitale
  • Infections intra-utérines, comme la rubéole et les infections à cytomégalovirus

Période périnatale

  • Asphyxie à la naissance (privation d'oxygène à la naissance)
  • Hyperbilirubinémie (jaunisse sévère pendant la période néonatale)
  • Faible poids de naissance
  • Autres problèmes de santé périnatale et prise en charge de ceux-ci

Enfance et adolescence

  • Infections chroniques de l'oreille (otite moyenne suppurée chronique)
  • Épanchement de liquide dans l'oreille (otite moyenne non suppurée chronique)
  • Méningite et autres infections

Âge adulte et vieillesse

  • Maladies chroniques
  • Tabagisme
  • Otosclérose
  • Dégénérescence neurosensorielle liée à l'âge
  • Déficience auditive neurosensorielle soudaine

Facteurs observés tout au long de la vie

  • Bouchon de cérumen
  • Traumatisme de l'oreille ou de la tête
  • Sons ou bruits de forte intensité
  • Médicaments ototoxiques
  • Produits chimiques ototoxiques dans le cadre professionnel
  • Déficits nutritionnels
  • Infections virales et autres affections de l'oreille
  • Déficience auditive génétique (progressive ou d'apparition tardive)

Conséquences de la déficience auditive non traitée

Non traitée, la déficience auditive a des répercussions sur de nombreux aspects de la vie au niveau individuel :

  • communication et parole ;
  • cognition ;
  • isolement social, solitude et stigmatisation ;
  • société et économie ;
  • années vécues avec une incapacité et années de vie corrigées de l'incapacité ; et
  • éducation et emploi : dans les pays en développement, les enfants atteints de déficience auditive et de surdité sont rarement scolarisés. Par ailleurs, les adultes malentendants sont plus souvent au chômage et, lorsqu'ils travaillent, occupent souvent des emplois moins qualifiés que le reste de la population active.

L'OMS estime que les déficiences auditives non traitées ont un coût annuel mondial de 980 milliards USD. Ce chiffre englobe les coûts pour le secteur de la santé (hors appareils auditifs), ceux liés au soutien éducatif, ceux découlant de la perte de productivité et ceux pour la société. Au total, 57 % de ces coûts sont encourus dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Prévention

Une grande partie des causes de la déficience auditive peuvent être évitées par des mesures de santé publique et des interventions cliniques mises en œuvre tout au long de la vie.

La prévention de la déficience auditive est essentielle tout au long de la vie, des périodes prénatale et périnatale au grand âge. Chez l'enfant, près de 60 % des déficiences auditives sont dues à des causes qui pourraient être évitées par des mesures de santé publique. De même, chez l'adulte, les causes de déficience auditive les plus courantes, comme l'exposition à des sons de forte intensité et les médicaments ototoxiques, sont évitables.

Des stratégies efficaces existent pour réduire la déficience auditive aux différents stades de la vie :

  • vaccination ;
  • bonnes pratiques de soins de la mère et de l'enfant ;
  • conseil génétique ;
  • identification et prise en charge des maladies de l'oreille courantes ;
  • programmes de protection de l'audition en milieu professionnel (englobant l'exposition au bruit et aux produits chimiques) ;
  • stratégies d'écoute sans risque visant à réduire l'exposition aux sons de forte intensité dans le cadre des loisirs ;
  • usage rationnel des médicaments pour éviter la déficience auditive due à l'ototoxicité.

Identification et prise en charge

L'identification rapide de la déficience auditive et des maladies de l'oreille est essentielle pour une prise en charge efficace.

Elle nécessite un dépistage systématique visant à détecter la déficience auditive et les maladies de l'oreille chez les sujets qui sont le plus à risque, notamment :

  • les nouveau-nés et les nourrissons ;
  • les enfants d'âge scolaire et préscolaire ;
  • les personnes exposées au bruit ou à des produits chimiques au travail ;
  • les personnes recevant des médicaments ototoxiques ; et
  • les personnes âgées.

L'évaluation de l'audition et l'examen de l'oreille peuvent être réalisés en contexte clinique ou communautaire. Des outils tels que l'application « hearWHO » de l'OMS (en anglais) et d'autres solutions technologiques permettent de dépister les maladies de l'oreille et la déficience auditive avec une formation et des ressources limitées. 

Lorsqu'une déficience auditive est identifiée, il est essentiel de la prendre en charge au plus tôt et de façon appropriée afin d'en atténuer les effets négatifs.

Réadaptation en cas de déficience auditive

La réadaptation aide les personnes atteintes d'une déficience auditive à fonctionner de manière optimale, c'est-à-dire à être aussi indépendantes que possible dans leurs activités quotidiennes. Plus précisément, la réadaptation les aide à pouvoir étudier, travailler, avoir des loisirs et assurer des rôles importants, par exemple au sein de leur famille et de leur communauté, et ce tout au long de leur vie. Plusieurs interventions existent pour la réadaptation des personnes présentant une déficience auditive :

  • utilisation de technologies auditives (par exemple, aides auditives, implants cochléaires et implants d'oreille moyenne) et formation à ces technologies ;
  • séances d'orthophonie visant à améliorer les capacités de perception et à développer l'aptitude à communiquer et les compétences linguistiques ;
  • formation à la langue des signes et à d'autres moyens de substitution sensorielle (par exemple, lecture labiale, écriture dans la paume de la main, méthode Tadoma, communication par signes) ;
  • recours à des technologies et services d'aide à l'audition (par exemple, systèmes de modulation de fréquence et de boucle magnétique, dispositifs d'alerte, appareils de télécommunication, services de sous-titrage et interprétation en langue des signes) ; et
  • thérapie, formation et soutien visant à améliorer la capacité à étudier, travailler et participer à la vie communautaire.

Action de l'OMS

L'OMS s'attache à promouvoir des soins de l'oreille et de l'audition qui soient intégrés et centrés sur la personne.

L'action de l'OMS est guidée par les recommandations figurant dans son Rapport mondial sur l'audition (en anglais), publié en 2021, et dans la résolution de l'Assemblée mondiale de la Santé sur la prévention de la surdité et de la déficience auditive.

 Elle consiste notamment à :

  • orienter, aider et soutenir les États Membres en vue de les sensibiliser aux enjeux des soins de l'oreille et de l'audition ;
  • faciliter la production et la diffusion de données et d'informations relatives aux soins de l'oreille et de l'audition, par exemple dans le Rapport mondial sur l'audition ;
  • fournir des ressources et des orientations techniques pour faciliter la planification et le renforcement des systèmes de santé pour les soins de l'oreille et de l'audition ;
  • élaborer des orientations visant à renforcer la réadaptation des personnes présentant une déficience auditive dans le cadre de l'Ensemble d'interventions pour la réadaptation en cas de déficience auditive ;
  • appuyer la formation du personnel de santé dans le domaine des soins de l'oreille et de l'audition en mettant à disposition des ressources de formation sur les soins auriculaires et auditifs primaires (en anglais) ;
  • promouvoir une écoute sans risque afin de réduire le risque de déficience auditive liée aux loisirs dans le cadre de l'initiative Écouter sans risque de l'OMS (en anglais) ;
  • observer et promouvoir la Journée mondiale de l'audition, qui a lieu chaque année ;
  • bâtir des partenariats pour mettre en place de solides programmes de soins auditifs, y compris des initiatives pour améliorer l'accessibilité économique des soins de l'oreille et de l'audition, des aides auditives et des implants cochléaires, en suivant des approches de prestation de services adaptées aux pays à revenu faible ou intermédiaire ; et
  • promouvoir les soins de l'oreille et de l'audition par l'intermédiaire du Forum mondial de l'audition (en anglais).

Lire le document original : Surdité et déficience auditive OMS - 2 février 2024

Fermer ce paragraphe

Manuel pratique de dépistage des pertes auditives et maladies de l’oreille

vig_has
Ce manuel intitulé « Dépistage auditif : considérations sur la mise en œuvre » s’adresse à toutes les personnes qui prévoient d’instaurer un programme de dépistage auditif à l’échelon national ou infranational : coordinateurs de soins de l’oreille et de l’audition ou points focaux au sein des ministères de la Santé, planificateurs en santé publique, organisations non gouvernementales ou entités de la société civile qui prodiguent des soins de l’oreille et de l’audition.

Cet ouvrage contient des informations pratiques visant à faciliter le dépistage des pertes auditives et des maladies connexes de l’oreille ainsi que l’intervention précoce chez les nouveau-nés et les nourrissons, les enfants d’âge préscolaire et scolaire ainsi que les personnes âgées.

Élaboration du manuel - Cliquez pour lire

Le manuel Dépistage auditif : considérations sur la mise en œuvre a été élaboré selon une approche consultative et fondée sur des données probantes. Il contient trois chapitres : dépistage auditif chez les nouveau-nés et les nourrissons, dépistage auditif chez les enfants d'âge scolaire et dépistage auditif chez les personnes âgées. L'élaboration de chaque chapitre s'est faite selon les étapes suivantes :

  • constitution de trois groupes de travail techniques (GTT), un pour chaque groupe de dépistage ;
  • préparation d'une liste de questions à aborder pour chaque groupe de dépistage ;
  • examen préliminaire des lignes directrices existantes pour chaque groupe de dépistage ;
  • évaluation des lignes directrices qui répondaient aux critères préalables d'inclusion quant à leur qualité, par l'application de l'outil AGREE-II ;
  • examen détaillé des lignes directrices de haute qualité et extraction des données contenues dans celles-ci en réponse aux questions prédéterminées ;
  • exécution d'un sondage Delphi en deux étapes (là où les GTT le jugeaient pertinent) pour appuyer le processus d'extraction des données ;
  • rédaction de chaque chapitre à partir des données examinées et des contributions des experts ;
  • examen des ébauches (par les GTT) et rétroaction ;
  • examen interne préalable à la version finale.

Fermer ce paragraphe

Utilisation du manuel - Cliquez pour lire

Ce manuel contient des conseils sur des facteurs importants à prendre en compte lors de l'élaboration d'un programme de dépistage auditif : sujets devant faire l'objet du dépistage, objectif du programme, fréquence du dépistage, outils à employer, etc. Chacun de ces chapitres aborde ces aspects et d'autres questions pertinentes auxquelles on devra répondre au cours de la planification. Les chapitres présentent également des options fondées sur des données probantes, et ils traitent des avantages et des désavantages des différentes options, pour permettre aux pays de mettre en œuvre celles qui répondent le mieux au contexte qui leur est propre.

Les pays doivent constituer un groupe national ou local d'intervenants et planifier leurs programmes après avoir dûment pris en compte les recommandations exposées dans ce manuel, l'épidémiologie des pertes auditives et des maladies de l'oreille dans la région ou le pays concerné, ainsi que la disponibilité de la main-d'œuvre, des circuits d'aiguillage, de l'équipement et des ressources financières.

Ils pourront s'adresser à l'OMS pour demander d'autres formes d'aide technique en matière d'adaptation et de mise en œuvre du dépistage auditif.

Fermer ce paragraphe

1. Dépistage auditif chez les nouveau-nés et les nourrissons - Cliquez pour lire

1.1 Besoin et objectifs - Cliquez pour lire

Les pertes auditives non prises en charge, y compris congénitales, constituent un obstacle sérieux pour le développement, l'éducation et l'intégration sociale d'un enfant (1, 2). Leurs répercussions ne se limitent pas aux effets néfastes sur la parole et le langage, notamment dans les pays à revenu faible et moyen (3). L'un des facteurs d'atténuation déterminants est l'âge du sujet au début de l'intervention (amplification ou inscription à des programmes d'éducation) (4, 5). Un nombre significatif de recherches montrent que les enfants chez qui on a détecté la perte auditive à un stade précoce et qui bénéficient d'une intervention précoce présentent de meilleurs résultats que ceux chez qui la détection et le traitement ont été plus tardifs (4, 6-11) (voir section 1.11). Les publications montrent que les enfants nés sourds ou atteints de perte auditive très tôt dans leur vie, qui ont été identifiés et qui ont bénéficié d'interventions pertinentes avant l'âge de six mois, en sont au même stade d'acquisition du langage que les enfants non affectés lorsqu'ils atteignent cinq ans (12-15).

Le dépistage auditif chez les nouveau-nés rend possible la détection et l'intervention précoces chez ces sujets (1, 15). Lorsqu'il est suivi d'une réadaptation rapide et pertinente, le dépistage auditif chez les nouveau-nés apporte des avantages significatifs par l'abaissement de l'âge du diagnostic et de l'intervention, et également par l'amélioration du développement cognitif et de l'acquisition du langage (4, 10, 16-19). Ces avantages mènent à leur tour à de meilleurs résultats sociaux et pédagogiques chez les nourrissons qui reçoivent des soins appropriés en temps opportun (2). Les études coûts-efficacité ont également démontré les bénéfices financiers apportés par le dépistage auditif universel du nouveau-né dans les pays à revenu élevé, à revenu faible à moyen et à revenu moyen (2, 20).

Fermer ce paragraphe

1.2 Situation et pratiques actuelles - Cliquez pour lire

Plusieurs pays ont mis en œuvre avec succès des programmes de dépistage auditif chez les nouveau-nés qui s'appuient sur toute une gamme de méthodes de dépistage, protocoles et liens avec les systèmes existants de soins de santé, sociaux et éducatifs (21). On estime que près du tiers de la population mondiale, principalement dans les régions à revenu élevé, bénéficie d'une couverture complète ou presque complète de programmes de dépistage auditif chez les nouveaunés (22). Le degré de mise en œuvre et de couverture de ces programmes est très variable selon les régions du monde. Une publication récente montre que la couverture du dépistage est étroitement liée au niveau de vie moyen et au bien-être économique (22). L'absence de politiques à cet effet ainsi que le manque de ressources humaines, d'équipement et de financement en matière de dépistage auditif chez les nouveau-nés constituent des défis auxquels les pays à revenu faible et moyen sont très souvent confrontés. À cela s'ajoute une faible sensibilisation à l'égard de la perte auditive et de la stigmatisation qui l'accompagne. Ces facteurs et les solutions possibles sont traités plus en détail dans le Rapport mondial sur l'audition (2).

De plus, à l'heure actuelle, le mode de mise en œuvre du dépistage auditif chez les nouveau-nés est variable selon les pays du monde. Cependant la plupart des lignes directrices adoptées se fondent sur les principes sous-jacents de l'énoncé de position du Comité conjoint sur l'audition chez les nourrissons [Joint Committee on Infant Hearing] (1, 23), comme l'indique la section 1.3.

Chaque pays devra élaborer son protocole de dépistage en fonction de plusieurs facteurs tels que la nature et la gravité de la perte auditive à détecter, les outils de dépistage disponibles, le soutien législatif, la disponibilité de personnel qualifié et de services compétents en audiologie, la diversité culturelle, les ressources disponibles et les coûts (1, 16, 24-26); cependant les principes qui sous-tendent les recommandations du Comité conjoint constituent une base solide pour le dépistage auditif universel du nouveau-né (1).

Fermer ce paragraphe

1.3 Principes directeurs pour le dépistage auditif chez les nouveau-nés - Cliquez pour lire

fig 1
  • Là où c'est pratiquement possible, le dépistage auditif des nouveau-nés devrait suivre le principe 1-3-6 (23, 27) (encadré 1.1).
    • Tous les nourrissons devraient faire l'objet d'un dépistage auditif au cours de leur premier mois de vie ;
    • Dans tous les cas où le dépistage initial et sa répétition justifient des tests diagnostiques, les nourrissons devraient faire l'objet d'une évaluation audiologique confirmant l'état de leur audition au plus tard avant l'âge de trois mois ;
    • Dès qu'une perte auditive a été diagnostiquée, le nourrisson et sa famille devraient immédiatement avoir accès à des services d'intervention précoce. Cette intervention devrait commencer aussitôt que possible après le diagnostic, au plus tard à l'âge de six mois.
  • Là où les enfants naissent majoritairement à l'extérieur du cadre hospitalier, ou là où l'accès aux soins de santé est limité et où il est impossible de respecter la chronologie 1-3-6, les programmes de dépistage auditif chez les nouveau-nés devraient viser à y remédier à terme ;
  • Là où c'est possible, le programme de dépistage auditif chez les nouveau-nés devrait être intégré ou lié aux systèmes existants de soins de santé, d'éducation ou sociaux, et les procédures et les résultats devraient être consignés et communiqués (28) ;
  • Le programme devrait adopter une approche axée sur la famille, les droits et la vie privée du nourrisson et de la famille étant garantis par une prise de décision éclairée et partagée, et par le consentement de la famille conformément aux lignes directrices nationales et de l'État (29) ;
  • Les interventions, y compris la fourniture d'aides auditives et les services de réadaptation, doivent refléter les préférences de la famille et ses aspirations pour l'enfant ;
  • Quel que soit le résultat du dépistage auditif chez les nouveau-nés, tous les nourrissons et les enfants devraient faire l'objet d'un suivi systématique des volets suivants : audition, développement cognitif, communication, atteinte des jalons d'apprentissage, santé générale et bien-être.

Fermer ce paragraphe

1.4 Groupe cible et objectifs - Cliquez pour lire

Le dépistage auditif des nouveau-nés devrait être universel, et tous les nourrissons (dans le secteur ou l'établissement où le programme est mis en œuvre) devraient être couverts et faire l'objet d'une évaluation visant à détecter les pertes auditives. Cependant, là où le nombre de naissances par an est élevé et où les ressources ne permettent pas un dépistage universel, les pays pourront choisir de ne mettre en œuvre qu'un programme de dépistage sélectif (ou ciblé) (3) visant par exemple les seuls nourrissons considérés comme « à risque », des sous-ensembles géographiques, ou les nourrissons d'une pouponnière de soins spéciaux ou d'une unité de soins intensifs néonatals (USIN) (voir figure 1.1). Cependant les pays devraient prévoir d'élargir le dépistage pour le rendre universel à terme. Si les tests se limitent aux nourrissons considérés comme « à risque », on a de bonnes chances de manquer les 50 % de cas de perte auditive sans cause apparente (2, 24, 30).

fig 2

L'objectif de tout programme de dépistage auditif est de diagnostiquer la perte auditive au stade le plus précoce possible chez les nourrissons pour leur offrir une intervention en temps opportun. Les pays devraient décider du niveau et de la nature de la perte auditive à viser principalement, selon la capacité de leur système de santé. Les programmes de soins de l'oreille et de l'audition de nombreux pays portent principalement sur l'intervention précoce chez les nourrissons atteints d'une perte auditive modérée ou plus (c'est-à-dire dépassant 35 dB) à l'oreille la moins touchée (1). Cependant, là où les ressources le permettent, les pertes d'audition légères ou unilatérales devraient également être prises en charge étant donné leurs répercussions sur le développement du langage et l'éducation (31, 32).

Fermer ce paragraphe

1.5 Protocole de dépistage - Cliquez pour lire

Il est important de se doter d'un protocole en deux étapes pour réduire le taux de faux positifs ou accroître la spécificité des programmes de dépistage (voir figure 1.2) :

  • première étape de dépistage, effectuée de préférence peu après la naissance ;
  • deuxième étape de dépistage pour tous les nourrissons qui ont échoué à la première étape ;
  • pour les nourrissons qui ont échoué la première et la deuxième étape, aiguillage vers un audiologiste pour diagnostic.

Note : certains programmes ajoutent une étape supplémentaire de dépistage pour réduire le nombre de faux positifs aiguillés vers un diagnostic d'audiologie (24, 33). Le dépistage en plusieurs étapes est plus coûteux et il peut avoir pour effet de retarder l'établissement d'un diagnostic et le début de l'intervention, mais il est plus spécifique et réduit donc le nombre de renvois inutiles vers un diagnostic audiologique spécialisé et coûteux.

fig 3

Fermer ce paragraphe

1.6 Âge et chronologie du dépistage - Cliquez pour lire

Première étape de dépistage: idéalement, elle devrait avoir lieu au cours du premier mois après la naissance de l'enfant, avant son départ de l'établissement. La première étape de dépistage peut avoir lieu le moins longtemps possible avant le départ de l'enfant, mais on devrait réserver la possibilité d'une deuxième étape avant cette date, au besoin. Si la naissance a lieu à l'extérieur du cadre hospitalier, ou si le programme de dépistage, par exemple, est lié aux visites de vaccination ou aux visites dans les centres pédiatriques, il peut être impossible d'effectuer le dépistage dans le délai d'un mois qui est recommandé. Dans ce cas la première étape doit avoir lieu dans les six premières semaines après la naissance.

Deuxième étape de dépistage : les enfants qui ont échoué à la première étape devraient faire l'objet d'une deuxième étape de dépistage. Pour réduire le risque de faux résultat positif résultant d'un état transitoire chez les nouveau-nés, cette étape peut avoir lieu avant le départ de l'hôpital, après un délai d'au moins plusieurs heures suivant la première étape, ou aussitôt que possible après le départ.

On devra prendre d'autres dispositions pour effectuer le dépistage auditif dans le cas de nourrissons chez qui l'exécution de cette procédure en temps opportun n'est pas médicalement recommandée ou présente des difficultés d'ordre pratique; il peut s'agir de patients d'une USIN, sous ventilateur ou atteints d'une affection grave menaçant leur survie. Si le dépistage est retardé, il devra être effectué dès que l'enfant sera médicalement stable.

Note : là où un grand nombre d'enfants nait à l'extérieur du cadre hospitalier ou du système formel de soins de santé, le dépistage au moment de la première vaccination (34) est une stratégie éventuelle pour accroître la couverture. On trouvera un exemple de ce type de stratégie dans les lignes directrices de l'Afrique du Sud sur le dépistage (35).

Fermer ce paragraphe

1.7 Tests de dépistage - Cliquez pour lire

Dans la mesure du possible, les mesures de dépistage devraient se fonder sur des critères physiologiques plutôt que comportementaux. Parmi les tests de dépistage sensibles qui sont communément employés, on trouve la réponse évoquée auditive automatique du tronc cérébral (RÉAA) et l'émission otoacoustique (ÉOA). Aucune de ces deux technologies n'est nettement supérieure à l'autre. Pour les nourrissons des centres pédiatriques, la première et la deuxième étape de dépistage peuvent être effectuées par des tests de RÉAA ou d'ÉOA. Dans certains programmes de dépistage, et là où les coûts le permettent, on pourra préférer la RÉAA, qui est recommandée pour les patients des USIN. Ces aspects et d'autres considérations relatives au choix de la méthode de test de dépistage sont exposés dans l'encadré 1.2.

Encadré 1.2. Considérations relatives au choix du test de dépistage
  • À lui seul, le test d'ÉOA ne permet pas d'identifier les nourrissons atteints de neuropathie auditive, qui représentent environ 10 % des cas de déficience auditive congénitale ;
  • L'incidence de la neuropathie auditive détectée par RÉAA est significativement plus élevée chez les nourrissons admis dans une USIN ;
  • Lorsqu'on se sert de l'ÉOA, la détection de l'émission otoacoustique évoquée transitoire (TEOAE) a une meilleure sensibilité, puisqu'elle permet d'atteindre des niveaux d'audition aussi faibles que 30 dB ;
  • Les méthodes par ÉOA et par RÉAA ont une sensibilité et une spécificité élevées, bien que la spécificité puisse être marginalement plus élevée dans le cas de la RÉAA ;
  • La RÉAA peut être plus coûteuse que l'ÉOA. Cependant, bien que la RÉAA exige un investissement initial plus important, l'ÉOA peut entraîner des coûts de suivi plus élevés à cause du plus grand nombre de diagnostics d'« aiguillage » et des plus hauts taux de faux positifs ;
  • L'enregistrement du résultat de RÉAA peut être un peu plus long que celui de l'ÉOA ;
  • L'ÉOA est plus sensible au niveau de bruit de fond que la RÉAA ;
  • Il a été signalé qu'un protocole de dépistage combinant l'ÉOA et la RÉAA donnait la meilleure valeur prédictive positive. Cependant dans de nombreux pays le prix d'achat des deux types de matériel peut être prohibitif.

Note : L'approche la plus efficace est le dépistage physiologique universel par les tests d'ÉOA ou de RÉAA; cependant, là où des considérations financières excluent l'adoption de tels programmes, ou là où on ne dispose pas de l'équipement ou du personnel voulus (ou bien si l'on doit commencer plus modestement et travailler en prévision d'un dépistage physiologique universel à venir), on pourra adopter provisoirement d'autres approches comportant des tests comportementaux (21). On trouvera plus de détails à la section 1.13.

Fermer ce paragraphe

1.8 Ressources humaines - Cliquez pour lire

Le dépistage chez les patients hospitalisés et externes peut être effectué par des audiologistes pédiatriques, des audiométristes, des techniciens en audiologie ou autres, des médecins généralistes, le personnel infirmier ou infirmier auxiliaire. Le choix du personnel de dépistage peut varier selon les ressources humaines disponibles sur chaque site de dépistage.

Là où le dépistage est effectué à l'extérieur du cadre hospitalier, on pourra mobiliser des agents de santé et d'autres professionnels offrant des services de soins pédiatriques à l'échelon primaire.

Note : Tous les employés affectés au dépistage doivent recevoir une formation quelles que soient leurs qualifications préalables. La formation doit porter principalement sur le matériel de dépistage à employer et les modes opératoires normalisés du programme, y compris la consignation des résultats, la collecte et la gestion des données (voir les exigences de formation à l'annexe 1). La supervision régulière du personnel en cours de formation est importante aux fins de contrôle de la qualité et de résolution de problèmes.

Fermer ce paragraphe

1.9 Suivi - Cliquez pour lire

Résultat « aiguillage » : tous les nourrissons qui ont un résultat « aiguillage » au premier dépistage doivent faire l'objet d'un suivi en vue d'un deuxième dépistage. Les nourrissons qui ont échoué au premier et au deuxième dépistages doivent être aiguillés vers un test diagnostic et faire l'objet d'un suivi.

Le suivi doit être effectué de façon systématique par une personne désignée qui s'assurera de l'exécution du dépistage ou des tests de diagnostic. Les étapes du cheminement de suivi doivent être clairement définies, et un système doit être mis en place pour faciliter la présence de la famille au suivi et assurer ainsi la meilleure observance possible.

Résultat « réussite » : les parents et les proches aidants doivent recevoir de l'information sur les jalons en matière d'audition et d'acquisition du langage (30) qui devraient être atteints au cours du développement de l'enfant. Dans les cas où ces jalons ne sont pas atteints comme prévu, ou si l'on soupçonne une perte auditive, l'enfant doit subir un test de dépistage auditif quels que soient les résultats des tests précédents. Cet aspect revêt une grande importance parce que la perte auditive peut survenir à tout moment après la naissance, ou de façon progressive, puis devenir apparente au fur et à mesure que l'enfant grandit.

Fermer ce paragraphe

1.10 Évaluation diagnostique - Cliquez pour lire

Tous les nourrissons ayant échoué aux deux étapes de dépistage doivent faire l'objet d'un diagnostic audiologique visant à confirmer l'état de leur audition avant l'âge de trois mois. Les tests devraient comprendre ce qui suit :

Évaluation objective des réponses du tronc cérébral au stimulus sonore, pour le diagnostic de perte d'audition par :

  • test de la réponse évoquée auditive du tronc cérébral (RÉA), la mesure standard employée pour diagnostiquer la nature et le degré de perte auditive de chaque oreille, en vue d'un traitement approprié (par ex. amplification, signes) ;
  • réponse auditive à l'état stable, peut être employée en plus de la RÉA pour produire des estimations des seuils de fréquence spécifiques.

Tympanométrie, évaluation de la fonction de l'oreille moyenne.

Réflexe stapédien, test de la fonction de l'oreille moyenne et l'intégrité des voies auditives du tronc cérébral.

Émissions oto-acoustiques, combinées à un test de RÉA, fournissent des informations cruciales en vue du diagnostic différentiel du spectre des troubles de neuropathie auditive et de perte d'audition neurosensorielle.

Évaluation médicale visant à déterminer l'étiologie de la perte auditive.

Les tests diagnostiques doivent être exécutés par un professionnel ayant les connaissances et l'expérience concernant les tests chez les nourrissons, qui suit les protocoles fondés sur les données probantes et qui dispose de l'équipement nécessaire à la production d'un diagnostic exhaustif en temps opportun.

Fermer ce paragraphe

1.11 Intervention - Cliquez pour lire

Conformément aux principes exposés à la section 1.3, idéalement, l'intervention devrait commencer avant que l'enfant touché par la perte auditive atteigne l'âge de six mois. Tous les pays devraient s'efforcer d'atteindre cet objectif. Cependant, lorsque cela n'est pas réaliste dans l'immédiat, les pays peuvent commencer par un objectif moins exigeant fixant le début de la prise en charge avant que l'enfant atteigne l'âge d'un an. Les décisions relatives à la prise en charge devraient être prises à selon une approche consultative axée sur la famille.

Les options en matière d'intervention comprennent le traitement de réadaptation en appui au développement des compétences linguistiques, ainsi que :

  • l'emploi des technologies d'aide auditive (appareils auditifs ou implants cochléaires) ;
  • l'apprentissage de la langue des signes ;
  • ou une combinaison des deux.

De plus, on devrait indiquer aux parents d'inscrire leur enfant dans un programme adéquat d'éducation précoce.

Fermer ce paragraphe

1.12 Signaux d'alarme pour l'aiguillage - Cliquez pour lire

Les nourrissons chez qui on a détecté toute maladie concomitante doivent être orientés vers le traitement pertinent, conformément aux meilleures normes de soins disponibles. Les états suivants, s'ils ont été identifiés, devraient entraîner un aiguillage immédiat vers un diagnostic audiologique :

  • infection congénitale à cytomégalovirus ;
  • méningite ;
  • anomalies congénitales du cou et de la tête (par ex. malformations unilatérales ou bilatérales de l'oreille, de la face ou de la tête) ;
  • blessure significative à la tête ;
  • syndromes associés à la perte auditive ;
  • ictère néonatal nécessitant une exsanguino-transfusion.

Fermer ce paragraphe

1.13 Autres trajectoires de dépistage - Cliquez pour lire

Dans les communautés où le dépistage chez les nouveau-nés est planifié et où une évaluation physiologique est impossible, que ce soit par manque de ressources (financières, en main-d'œuvre ou en infrastructures), ou parce que de grands nombres d'enfants naissent à l'extérieur des installations sanitaires et qu'il échappent donc à cette approche, on pourra choisir l'évaluation comportementale comme solution de rechange pour la première étape du processus de dépistage (36). Cependant, si l'on adopte cette méthode, on devra bien comprendre que sa spécificité et sa sensibilité ne sont pas très bien démontrées et qu'elle pourrait mener à une proportion plus élevée de faux négatifs et de faux positifs.

Voici quels sont les divers aspects des processus d'évaluation comportementale :

Premier dépistage
  • chronologie : au premier contact avec le système de santé, par exemple lors de la première visite dans un centre de soins de santé pour la vaccination (34) ;
  • méthode : mesures validées aux fins du dépistage comportemental (voir annexe 2) ;
  • personnel : agents de santé formés pour la mise en œuvre de l'observation comportementale ;
  • aiguillage : les nourrissons chez qui la réponse n'est pas claire devraient être dirigés vers un deuxième dépistage effectué dans un établissement de soins où les tests d'audition sont disponibles.
Deuxième dépistage
  • chronologie : aussitôt que possible après le premier dépistage ;
  • méthode : tests d'ÉOA ou de RÉAA (voir section 1.7) ;
  • personnel : voir Ressources humaines (section 1.8) ;
  • aiguillage : les nourrissons ayant échoué au test physiologique devraient être dirigés vers un test diagnostique, suivi d'une intervention précoce si le diagnostic de perte auditive est confirmé.
Diagnostic et intervention :

Les options de diagnostic et d'intervention sont décrites aux sections 1.10 et 1.11.

Fermer ce paragraphe

Références - Cliquez pour lire

  1. Kamenov K, Chadha S. Methodological quality of clinical guidelines for universal newborn hearing screening. DMCN. Jan 2021; 63(1):16–21 (https://doi.org/10.1111/dmcn.14694, consulté le 18 mai 2021).
  2. Rapport mondial sur l'audition. Genève : Organisation mondiale de la Santé; 2021. Licence : CC BY-NC-SA 3.0 IGO.
  3. Olusanya BO. Neonatal hearing screening and intervention in resource-limited settings: an overview. Arch Dis Child. Juil 2012; 97(7):654–9 (doi: 10.1136/archdischild-2012-301786, consulté le 10 mai 2021).
  4. Nelson HD, Bougatsos C, Nygren P, 2001 US Preventive Services Task Force. Universal newborn hearing screening: systematic review to update the 2001 US Preventive Services Task Force Recommendation. Pediatrics. Juil 2008; 122(1):e266–76. doi: 10.1542/peds.2007–1422. Erratum in: Pediatrics. Sep 2008;122(3):689.
  5. Patel H, Feldman M. Le dépistage universel des troubles de l'audition chez les nouveau-nés. Paediatr Child Health. Mai 2011;16(5):302–305.
  6. Ching TY, Dillon H, Leigh G, Cupples L. Learning from the Longitudinal Outcomes of Children with Hearing Impairment (LOCHI) study: summary of 5-year findings and implications. Int J Audiol. 2018; 57(sup2):S105–S111 (https://doi.org/10.1080/14992027.2017.1385865, consulté le 18 mai 2021).
  7. Kennedy CR, McCann DC, Campbell MJ, Law CM, Mullee M, Petrou S, Watkin, Worsfold S, Yuen HM, Stevenson J. Language ability after early detection of permanent childhood hearing impairment. N Engl J Med. 2006;354:2131–2141. doi:10.1056/NEJMoa054915.
  8. Yoshinaga-Itano C, Coulter D, Thomson V. Developmental outcomes of children with hearing loss born in Colorado hospitals with and without universal newborn hearing screening programs. Seminars in Neonatology. Déc. 2001; 6(6):521–529.
  9. Dettman SJ, Pinder D, Briggs RJS, Dowell RC, Leigh JR. Communication development in children who receive the cochlear implant younger than 12 months: risks versus benefits. Ear and Hearing. Avril 2007; 28(2):11S–18S. doi:10.1097/AUD.0b013e31803153f8.
  10. Neumann K, Gross M, Böttcher P, Euler HA, Spormann-Lagodzinski M, Polzer M. Effectiveness and efficiency of a universal newborn hearing screening in Germany. Folia Phoniatrica et Logopaedica. 2006;58(6):440–455.
  11. Yoshinaga-Itano C. Language, speech, and social-emotional development of children who are deaf or hard of hearing: the early years. The Volta Review. 2000; 100(5):1–117.
  12. OMS. Childhood hearing loss, strategies for prevention and care. 2016; Genève. Organisation mondiale de la Santé.
  13. Yoshinaga-Itano C, Seday AL, Coulter DK, Mehl AL. Language of early- and later-identified children with hearing loss. Pediatrics. 1998; 102(5):1161–71.
  14. Moeller MP. Early intervention and language development in children who are deaf and hard of hearing. Pediatrics. 2000; 106(3):E43.
  15. Ching TYC, Dillon H, Button L, Seeto M, Van Buynder P, Marnane V, et al. Age at intervention for permanent hearing loss and 5-year language outcomes. Pediatrics. 2017; 140(3).
  16. Wolff R, Hommerich J, Riemsma R, Antes G, Lange S, Kleijnen J. Hearing screening in newborns: systematic review of accuracy, effectiveness, and effects of interventions after screening. Arch Dis Child. 2010; 95:130–135.
  17. Neumann K, Chadha S, Tavartkiladze G, Bu Xingkuan, White KR. Newborn and infant hearing screening facing globally growing numbers of people suffering from disabling hearing loss. Int J Neonatal Screen. 2019; 5(7). doi:10.3390/ijns5010007.
  18. Yoshinaga-Itano C. Levels of evidence: universal newborn hearing screening (UNHS) and early hearing detection and intervention systems (EHDI). J Commun Disord. Sep-oct 2004; 37(5):451– 65. doi:10.1016/j.jcomdis.2004.04.008.
  19. Kover AMH, Konings S, Dekker FW, Beers M, Wever CC, Frijns JHM, et al. Newborn hearing screening vs later hearing screening and development outcomes in children with permanent childhood hearing impairment. JAMA. 2010; 304(15):1701–1708.
  20. Sharma R, Gu Yuanyuan, Ching TYC, Marnane V, Parkinson B. Economic evaluations of childhood hearing loss screening programmes: a systematic review and critique. Appl Health Econ Health Policy. 2019; 17(3):331–357. doi:10.1007/s40258-018-00456-1.
  21. Newborn and infant hearing screening, current issues and guiding principles for action. Genève : Organisation mondiale de la Santé; 2010.
  22. Neumann K, Euler HA, Chadha S, White KR. A survey on the global status of newborn and infant hearing screening. JEHDI. 2020; 5(2):63–84 (https://digitalcommons.usu.edu/cgi/viewcontent. cgi?article=1130&context=jehdi, consulté le 18 mai 2021).
  23. JCIH. Year 2019 Position Statement: Principles and guidelines for early hearing detection and intervention programs. JEHDI. 2019; 4(2):1–44.
  24. Mishra G, Sharma Y, Mehta K, Patel G. Efficacy of distortion product oto-acoustic emission (OAE)/ auditory brainstem evoked response (ABR) protocols in universal neonatal hearing screening and detecting hearing loss in children <2 years of age. Indian J Otolaryngol Head Neck Surg. 2013; 65(2):105–110.
  25. Pitathawatchai P, Khaimook W, Kirtsreesakul V. Pilot implementation of newborn hearing screening programme at four hospitals in Southern Thailand. Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé, 2019; 97:663–671 (doi: https://dx.doi.org/10.2471/BLT.18.220939, consulté le 18 mai 2021).
  26. Shearer AE, Shen J, Amr S, Morton C, Smith RJ. A proposal for comprehensive newborn hearing screening to improve identification of deaf and hard of hearing children. Genet Med. 2019; 21(11):2614–2630.
  27. Yoshinaga-Itano C, Sedey AL, Wiggin M, Chung W. Early hearing detection and vocabulary of children with hearing loss. Pediatrics. Août 2017; 140(2).
  28. Olusanya B. Screening for neonatal deafness in resource-poor countries: challenges and solutions. Research and Reports in Neonatology. 2015; 5:51–64. doi:10.2147/RRN.S61862.
  29. Moeller MP, Carr G, Seaver L, Stredler- Brown, Holzinger D. Best practices in family-centered early intervention for children who are deaf or hard of hearing: an international consensus statement. J Deaf Studies Deaf Edu. Oct 2013; 18(4):429–444.
  30. Ministère de la Santé, gouvernement de l'Australie. National framework for neonatal hearing screening. Canberra ACT. Août 2013 (https://www1.health.gov.au/internet/main/publishing.nsf/ Content/neonatal-hearing-screening, consulté le 18 mai 2021).
  31. Huttunen K, Erixon E, Löfkvist U, Mäki-Torkko E. The impact of permanent early onset unilateral hearing impairment in children – a systematic review. Int J Pediatr Otorhinolaryngol. 2019;120:173–183.
  32. Lieu JE. Permanent unilateral hearing loss (UHL) and childhood development. Curr Otorhinolaryngol Rep. 2018; 6(1):74–81
  33. Berrettini S, Ghirri P, Lazzerini F, Lenzi G, Forli F. Newborn hearing screening protocol in Tuscany region. Italian J Pediatr. 2017; 43:82. doi:10.1186/s13052-017-0397-1.
  34. Olusanya BO, Ebuehi OM, Somefun AO. Universal infant hearing screening programme in a community with predominant non-hospital births: a three-year experience. J Epidemiol Community Health. 2009 Jun; 63(6):481–7. doi: 10.1136/jech.2008.082784.
  35. The Health Professions Council of South Africa. Early hearing detection and intervention (EHDI), guidelines. Afrique du Sud. 2018 (https://www.hpcsa.co.za/Uploads/SLH/Guidelines%20for%20 Early_ Hearing_Detection_and_Intervention_(EHDI)_2018.pdf, consulté le 18 mai 2021).
  36. Kuki S, Chadha S, Dhingra S, Gulati A. The role of current audiological tests in the early diagnosis of hearing impairment in infant. Indian J Otolaryngol Head Neck Surg. Juil 2013; 65(3):244–50. doi: 10.1007/s12070-012-0558-x.

Fermer ce paragraphe

Fermer cette section

2. Dépistage auditif chez les enfants d'âge scolaire - Cliquez pour lire

2.1 Besoins et objectifs - Cliquez pour lire

La mise en œuvre d'un dépistage auditif universel des nouveau-nés dans de nombreux endroits a facilité l'identification et la prise en charge de la perte auditive congénitale peu de temps après la naissance. Cependant, à l'échelle mondiale, aucun dépistage de la perte auditive n'est effectué chez la plupart des nouveau-nés et, même s'il est effectué, les cas de perte auditive progressive ou apparaissant plus tard au cours de l'enfance demeurent souvent non détectés et par conséquent non traités (1). De plus, des maladies de l'oreille telles que l'otite moyenne sont souvent le motif de visites dans les centres de soins de santé et une cause de morbidité chez les enfants (1). En l'absence de traitement, elles peuvent mener à une perte auditive et dans certains cas à des complications potentiellement mortelles. Pendant les années de développement de l'enfant, une perte auditive peut avoir de lourdes répercussions sur l'acquisition de la parole et du langage et sur l'éducation. La détection précoce des problèmes de l'oreille et de l'audition chez les enfants, suivie des soins pertinents, permet d'éviter les effets à long terme sur l'apprentissage du langage, la cognition, l'éducation et le développement social (2, 3), et son rôle est donc primordial.

Étant donné que dans le monde, la vaste majorité des enfants vont à l'école, les tests effectués en milieu scolaire (et préscolaire) représentent la meilleure voie possible pour l'instauration du dépistage auditif universel chez les enfants. Lorsqu'ils sont suivis d'un diagnostic rapide et d'interventions appropriées, les programmes scolaires (et préscolaires) de dépistage deviennent un outil de réduction des effets des pertes auditives et des maladies de l'oreille non traitées. Ils sont également l'occasion d'informer les enfants et les enseignants sur l'audition saine et les pratiques d'écoute sans risque (1).

Le dépistage auditif à l'école (soit le dépistage en milieu préscolaire, dans les écoles primaires et secondaires ou à l'arrivée à l'école) n'est obligatoire que dans certaines parties du monde, et il existe peu de données publiées sur les réglementations, les politiques et les lignes directrices actuelles à cet effet. Même là où le dépistage auditif à l'école est effectué, il existe des divergences entre les divers protocoles, tests utilisés et seuils employés pour l'aiguillage en vue du traitement (4-12). Une revue récemment publiée fait ressortir le besoin urgent de protocoles de dépistage auditif standardisés à l'échelle mondiale qui permettraient d'améliorer la robustesse et l'effet possible de ce type d'intervention (4).

Fermer ce paragraphe

2.2 Principes directeurs pour le dépistage auditif à l'école - Cliquez pour lire

Les programmes de dépistage auditif à l'école devraient prendre en compte les points suivants :

  • Les services de diagnostic audiologique et d'otologie doivent être mis sur pied avant les programmes de dépistage ou parallèlement à ceux-ci, et ils devraient être accessibles à ceux qui y ont été dirigés à partir du programme de dépistage ;
  • Le cheminement clinique et les mécanismes de suivi devraient être définis lors de la planification de l'intervention, de sorte que les enfants chez qui on a identifié une perte auditive ou une maladie de l'oreille puissent recevoir les soins dont ils ont besoin ;
  • Les interventions (services médicaux et chirurgicaux, technologie d'aide auditive et réadaptation) doivent être rendues disponibles et recommandées selon une approche axée sur la personne, qui doit viser les besoins cliniques du patient, respecter ses préférences et refléter le contexte culturel ainsi que la disponibilité des ressources ;
  • Là où cela est possible, le dépistage auditif et des maladies de l'oreille en milieu scolaire (et préscolaire) devrait être intégré aux visites médicales systématiques en milieu scolaire ou combiné aux autres interventions médicales telles que les examens médicaux généraux, le dépistage des maladies oculaires, les soins dentaires, etc. ;
  • Les composantes de responsabilité professionnelle, de gestion des risques, d'assurance de la qualité, de gestion des données et d'évaluation de programme doivent être élaborées avant la mise en œuvre du programme de dépistage lui-même. Un comité consultatif peut être constitué et chargé de superviser la planification, la mise en œuvre et l'évaluation.

Fermer ce paragraphe

2.3 Groupe cible et objectifs - Cliquez pour lire

Le dépistage chez les enfants en milieu préscolaire et scolaire doit avoir pour objet de détecter les troubles suivants le plus tôt possible :

Perte auditive d'une ou des deux oreilles (y compris les pertes auditives de transmission, neurosensorielles et mixtes).2 Idéalement, on devrait identifier tous les cas où le seuil d'audition est supérieur à 20 dB (5-11). Là où les contraintes environnementales ou la capacité du système de santé pour les aiguillages rendent difficile la mise en œuvre du seuil d'audition à 20 dB, les pays pourront, par exemple, commencer avec un seuil d'audition cible de 30 ou de 35 dB pour chaque oreille (9). Une fois ce seuil bien établi, ils pourront viser à identifier les enfants présentant un seuil d'audition supérieur à 20 dB (voir encadré 2.1).

2 Le dépistage auditif ne comprend généralement qu'un test de conduction aérienne. La différentiation du type de perte auditive (de transmission, neurosensorielle ou mixte) n'est rendue possible que par l'audiométrie diagnostique, qui devrait être accessible à tous les enfants réorientés lors du dépistage auditif initial.

Maladie de l'oreille susceptible de causer une perte d'audition, par exemple :

  • otite moyenne chronique ;
  • otite moyenne aiguë ;
  • otite moyenne avec épanchement ;
  • bouchon de cérumen ;
  • malformations de l'oreille ;
  • corps étrangers dans l'oreille.
Encadré 2.1. Considérations pour le choix du seuil d'audition cible

Idéalement, les enfants atteints de perte auditive, quel que soit son degré (c'est-à-dire de 20 dB ou plus) devraient être identifiés, parce que même les pertes auditives peu prononcées peuvent avoir un effet sur les résultats d'apprentissage (13, 14). C'est l'objectif qui devrait être poursuivi, notamment là où les niveaux de bruit ambiants peuvent être soumis à un contrôle strict (par ex. inférieurs à 40 dBA), et là où la capacité des systèmes de santé permet de répondre à la demande ainsi créée.

Avec la mise en place des programmes, il peut être prudent de cibler d'abord des seuils plus élevés comme 30 ou 35 dB. La raison en est que les seuils moins élevés, de 20 ou 25 dB :

  • sont difficiles à évaluer en présence de bruit ambiant (dépassant 40 dBA) ;
  • mènent à un plus grand nombre d'aiguillages vers une évaluation diagnostique, et peuvent donc poser des difficultés pour les systèmes de santé ;
  • peuvent mener à une plus forte proportion d'aiguillages de faux positifs, et donc à une surcharge des systèmes de santé et à une méfiance à l'égard du processus de dépistage.

Fermer ce paragraphe

2.4 Âge et fréquence du dépistage - Cliquez pour lire

Au minimum, tous les enfants devraient faire l'objet d'un dépistage des pertes auditives et des maladies de l'oreille à leur entrée à l'école. Dans les pays où la capacité du système de santé le permet, les tests d'audition et de dépistage des maladies d'oreille doivent être effectués régulièrement (6) :

  • à la première arrivée à l'école ;
  • à l'école maternelle ;
  • et en 1ère, 2e , 3e , 7e et 11e années.

Les années sont indiquées ci-dessus à titre purement indicatif et à la lumière des lignes directrices existantes. La chronologie réelle des dépistages en milieu préscolaire ou scolaire devra être décidée par chaque pays en fonction de l'épidémiologie des maladies de l'oreille et des pertes auditives ainsi que des ressources disponibles. Par exemple, un pays donné pourrait commencer par effectuer le dépistage auditif et des maladies de l'oreille à l'entrée à l'école et seulement en 1ère, 3e et 7e années (9), puis en accroître graduellement la fréquence selon l'évolution de la capacité du système de santé.

De plus, lorsque les enseignants, les parents ou les proches aidants expriment une inquiétude quant à l'audition d'un enfant, celui-ci devrait être aiguillé vers un service de santé en vue d'une vérification des oreilles et de l'audition.

Fermer ce paragraphe

2.5 Site du dépistage - Cliquez pour lire

Pour faciliter l'accès aux élèves, il est préférable d'effectuer le dépistage en milieu scolaire (5-12). Dans les locaux de l'école, on devrait repérer un emplacement tranquille et vérifier les niveaux de bruit à l'avance. Il est important de s'assurer que, pendant les tests de dépistage, les niveaux de bruits ne dépassent pas les niveaux maximaux permissibles de bruit ambiant (NMPBA) prescrits pour les casques et les seuils choisis. De plus, les tests devraient être interrompus en cas d'accroissement temporaire du bruit ambiant. Les niveaux de bruit ambiant peuvent être mesurés à l'aide d'un sonomètre ou, à défaut, par une application validée pour la mesure du bruit ambiant à l'aide d'un téléphone.3 S'ils ne disposent pas d'un sonomètre, les dépisteurs pourront tester la qualité du site en vérifiant les seuils de dépistage à employer selon leur capacité à entendre les signaux à leur propre seuil de détection connu à cet endroit.

Fermer ce paragraphe

2.6 Tests de dépistage - Cliquez pour lire

Pour évaluer l'audition chez des enfants ou des élèves, on devrait utiliser les méthodes suivantes (le tableau 2.1 présente les types de tests, les outils et les méthodes à employer) :

  • Audiométrie tonale par conduction aérienne, pour vérifier si l'enfant perçoit le seuil cible (20 dB/25 dB/30 dB/35 dB) à toutes les fréquences testées (voir la section 2.3 sur les groupes cibles et les objectifs, ainsi que l'encadré 2.1) ;
  • Examen des oreilles avec otoscopie, pour détecter les anomalies cibles de l'oreille (voir section 3.3). L'otoscopie ne doit être effectuée que là où l'on dispose d'un personnel formé et du soutien à la prise de décision pour l'examen et le diagnostic de maladies de l'oreille (que ce soit sur place ou à distance). Là où l'on ne dispose pas du personnel et du soutien voulus, on pourra exclure l'otoscopie et la tympanométrie ;
  • La tympanométrie (là où elle est possible) doit être effectuée dans le cadre du protocole d'examen de l'oreille et de tests d'audition.
tab 2.1

* L'appareil Arclight est un exemple d'instrument à bas prix. Voir : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7041821/

Fermer ce paragraphe

2.7 Ressources humaines - Cliquez pour lire

Chez les enfants, les tests d'audition et de l'oreille peuvent être effectués par les professionnels suivants :

  • Cliniciens en soins de l'oreille et de l'audition (par ex. otorhinolaryngologistes [ORL], audiologistes, orthophonistes) ;
  • Cliniciens autres que des soins de l'oreille (par ex. médecins scolaires, médecins généralistes, pédiatres) ;
  • Personnel infirmier et agents de santé dûment formés (par ex. cliniciens, assistants médicaux, techniciens) (13, 14) ;
  • Travailleurs de la santé non professionnels dûment formés (par ex. agents de santé communautaire) (13, 14) ;
  • Enseignants dûment formés (19).

Là où les tests de l'oreille et de l'audition doivent être effectués par des non cliniciens, ceux-ci doivent recevoir une formation suivie d'une pratique supervisée, d'un contrôle de la qualité et d'un appui en continu. Après la formation, ils doivent faire l'objet de vérifications régulières veillant à assurer le respect des bonnes pratiques, des normes et des lignes directrices. L'encadré 2.2 résume les exigences de formation des non cliniciens.

Encadré 2.2. Contenu de la formation pour le dépistage des troubles de l'oreille et de l'audition en milieu scolaire

Les cliniciens, le personnel infirmier et les agents de santé qui n'ont pas été préalablement formés en soins de l'oreille et de l'audition devraient recevoir la formation suivante :

  • importance de l'audition, notamment pour l'éducation ;
  • objet du protocole de dépistage ;
  • l'essentiel de l'anatomie de l'oreille ;
  • causes de pertes d'audition ;
  • grandes lignes du fonctionnement du programme de dépistage et du processus de signalement ;
  • rôle du dépisteur ;
  • méthodes de dépistage et d'aiguillage ;
  • disposition de la salle de dépistage et étalonnage des appareils ;
  • matériel, y compris son entretien et le diagnostic en cas de défectuosité ;
  • mesure des bruits de fond ;
  • otoscopie et tympanométrie (s'ils sont disponibles) ;
  • détection des troubles de l'oreille et de l'audition.

Les cliniciens et soins de l'audition devraient être sensibilisés aux objectifs et au protocole du programme de dépistage.

Fermer ce paragraphe

2.8 Critères d'aiguillage - Cliquez pour lire

Comme cela est expliqué dans les principes (section 2.2), le programme de dépistage en milieu scolaire doit être lié aux services de soins de l'oreille et de l'audition pour que les soins pertinents puissent être prodigués aux enfants chez qui on a détecté des maladies de l'oreille ou une perte d'audition. Voici quelle est la suite à donner aux différents types de résultats aux tests :

  • Résultat « réussite » : lorsque le dépistage des troubles de l'oreille et de l'audition donne le résultat « réussite », et qu'on n'a détecté aucun des critères d'« aiguillage », on doit conseiller aux enfants de prendre soin de leurs oreilles et leur fournir de l'information sur les soins de l'oreille et de l'audition 4 ;
  • Résultat « aiguillage » : les enfants chez qui le dépistage mène à un résultat « aiguillage » devraient subir un examen de l'oreille et de l'audition en vue d'un diagnostic et d'une prise en charge. Idéalement, cette étape devrait être exécutée par un clinicien avec les compétences voulues en soins de l'oreille et de l'audition ;
  • Signaux d'alarme : les enfants qui ont reçu un « signal d'alarme » lors du dépistage des troubles de l'oreille et de l'audition devraient être dirigés vers une évaluation plus poussée, quel que soit le résultat du dépistage. Les signaux d'alarme sont les suivants :
    • inquiétudes exprimées par un parent/proche aidant ou enseignant concernant, chez un enfant, l'audition, l'acquisition de la parole et du langage, l'inattention, des difficultés d'apprentissage ou tout problème lié aux oreilles (quel que soit le résultat des tests) (8) ;
    • écoulement de l'oreille; si celui-ci dégage une odeur désagréable, l'enfant devrait être aiguillé immédiatement et en urgence ;
    • rougeur et enflure douloureuse derrière l'oreille (mastoïde) ;
    • douleur aiguë dans l'oreille ou autour de celle-ci.

L'enfant peut être dirigé vers un médecin généraliste, un infirmier qualifié ou un clinicien en soins de l'oreille et de l'audition. Le choix du professionnel vers qui l'enfant sera aiguillé doit se faire selon le contexte local, la disponibilité des cliniciens en soins de l'oreille et de l'audition et d'autres professionnels de la santé qualifiés. On pourra suivre un système d'aiguillage par triage. Par exemple les enjeux de nature médicale comme l'écoulement de l'oreille, l'enflure, etc. pourront être traités par un médecin généraliste ou un infirmier qualifié, et les problèmes de perte d'audition devraient être adressés directement à un clinicien en soins de l'oreille et de l'audition.

4 Feuillet sur les soins de l'oreille (en anglais) : https://who.canto.global/s/Q2CPO

Fermer ce paragraphe

2.9 Évaluation diagnostique - Cliquez pour lire

Voici quels sont les services de diagnostic pour l'évaluation des pertes auditives qui devraient être disponibles au centre spécialisé (5-12) :

  • audiométrie tonale de diagnostic (là où cela est possible, devrait inclure des tests de conduction osseuse) ;
  • examen otoscopique ou microscopique ;
  • tympanométrie ou autres mesures de l'état de l'oreille moyenne.

Le type de test diagnostique à effectuer doit être déterminé par le clinicien en soins de l'oreille et de l'audition après l'examen. Des tests spécialisés neurologiques ou radiologiques pourront être requis.

Fermer ce paragraphe

2.10 Intervention - Cliquez pour lire

Tous les enfants chez qui on a détecté une perte d'audition ou des maladies de l'oreille devraient avoir un accès rapide à des interventions. La nécessité de ces types de services doit être déterminée selon les avis des cliniciens et selon une approche axée sur la personne qui doit prendre en compte : (1)

  • la nature et la gravité de la perte d'audition ;
  • les maladies de l'oreille et les complications possibles ;
  • la ou les maladies concomitantes ;
  • les préférences de la famille quant au type d'intervention ;
  • les aspects culturels.

Voici quelle est la gamme de services d'intervention : (1)

  • traitement médical des maladies de l'oreille ;
  • chirurgie de l'oreille moyenne ;
  • recours aux technologies d'aide auditive : appareils auditifs ou autres dispositifs implantés tels que les implants cochléaires ou de l'oreille moyenne ;
  • recours aux technologies de correction auditive : boucles d'induction; systèmes câblés, modulation de fréquence ou à infrarouge; ou systèmes distants à microphone (appareils à entrée audio directe) ;
  • traitement de réadaptation ;
  • langue des signes et autres formes de substitution sensorielle, selon le cas (par ex. lecture sur les lèvres et dactylologie) ;
  • services de sous-titrage.

Il est important que les parents/proches aidants dont les enfants ont reçu un diagnostic de maladie de l'oreille ou de perte auditive reçoivent le soutien et les conseils voulus, par exemple par l'intermédiaire de groupes de soutien entre parents. De plus, les enseignants doivent être informés (par les parents/proches aidants) des besoins de l'enfant pour pouvoir mettre en œuvre certaines mesures d'adaptation au besoin (par ex. faire asseoir l'enfant au premier rang, réduire le bruit ambiant, utiliser des systèmes en boucle, etc.).

Fermer ce paragraphe

2.11 Promotion de la santé auditive - Cliquez pour lire

Un programme de dépistage à l'école couvrant les troubles de l'oreille et de l'audition est l'occasion de faire la promotion de la santé de l'oreille et de l'audition. On devrait offrir aux enfants et à leur famille/leurs proches aidants, aux professeurs et au personnel scolaire de l'information sur l'importance :

  • de la santé auditive ;
  • des soins de l'oreille, y compris quoi faire et ne pas faire, pour protéger son audition ;5
  • de l'écoute sans risque, y compris l'utilisation aux dispositifs de protection de l'audition, les pratiques d'écoute sans risque et les outils disponibles comme les applis d'écoute sans risque.

Fermer ce paragraphe

2.12 Gestion des données - Cliquez pour lire

Les principes de gestion des données devraient être clairement définis comme une exigence dans les lignes directrices; de plus, on devra définir un mécanisme de notification et de contrôle de la qualité.

Le protocole de gestion des données devrait couvrir :

  • la communication des résultats des tests aux parents et aux enseignants ;
  • la confidentialité des résultats ;
  • la consignation des résultats et le maintien d'une base de données comprenant :
    • les résultats du dépistage et leur(s) date(s) (par ex. résultats pour chaque fréquence, niveau de bruit ambiant lors du dépistage) ;
    • les recommandations formulées ;
    • le personnel effectuant le suivi ;
    • le suivi des résultats des enfants aiguillés en vertu du programme.
  • Les rapports produits régulièrement devront répondre à certaines questions, par exemple :
    • Quel pourcentage de la population cible le dépistage a-t-il rejoint ?
    • Parmi les sujets ayant subi le dépistage, quel pourcentage a été aiguillé en vue d'une évaluation de l'oreille et de l'audition ?
    • Parmi les sujets aiguillés, quel pourcentage a fait l'objet d'une évaluation de l'oreille et de l'audition effectuée par un professionnel ?
    • Parmi les sujets ayant fait l'objet du dépistage, chez quel pourcentage a-t-on détecté des maladies de l'oreille ou des problèmes d'audition ?
    • Quels types de maladies de l'oreille ou de problèmes d'audition a-t-on détectés ?
  • Buts de l'analyse et de la communication des données :
    • assurer le suivi des tendances au cours du temps ;
    • illustrer la nécessité du dépistage des troubles de l'oreille et de l'audition en milieu scolaire à des fins de contrôle de la qualité ;
    • formation et rétroaction à l'intention des dépisteurs et des éducateurs.

5 Feuillet sur les soins de l'oreille (en anglais) : https://who.canto.global/s/Q2CPO

Fermer ce paragraphe

2.13 Prérequis pour la mise en oeuvre du dépistage des troubles auditifs à l'école - Cliquez pour lire

La planification des programmes de dépistage des troubles de l'oreille et auditifs à l'école doit prendre en compte les facteurs suivants :

  • Les services de soins de l'oreille et de l'audition doivent être disponibles pour les enfants référés, ou ils doivent être mis sur pied simultanément ;
  • Les niveaux de bruit sur le site du dépistage doivent être contrôlés ;
  • Le dispositif de dépistage doit être étalonné régulièrement (de préférence au moins une fois par an) à l'aide d'un équipement fiable ;
  • Le consentement ou l'assentiment doit être donné par le parent/proche aidant et l'enfant (actif ou passif, selon les politiques locales) ;
  • Les mesures d'asepsie usuelles doivent être prises pour la prévention des infections ;
  • La gestion et la responsabilité du programme doivent être assurées ;
  • Des procédures doivent être en place pour le suivi des sujets référés.

Fermer ce paragraphe

2.14 Utilisation de la télémédecine pour le dépistage en milieu scolaire (20) - Cliquez pour lire

Dans les régions où les ressources humaines sont limitées, le dépistage des troubles de l'oreille et des pertes auditives peut être effectué par l'intermédiaire de services de télémédecine; des agents de santé dûment formés effectuent alors les examens sur place en lien avec des cliniciens situés à distance. À partir de l'examen des images et des résultats des tests, les cliniciens peuvent guider les agents de santé vers un diagnostic potentiel et l'aiguillage vers des soins. La connexion peut se dérouler en temps réel, ou bien les images et les résultats peuvent être stockés en vue d'un examen ultérieur effectué par le clinicien, et la rétroaction peut avoir lieu dans un délai prévu en vue de faciliter l'intervention précoce.

Fermer ce paragraphe

Références - Cliquez pour lire

  1. Rapport mondial sur l'audition. Genève : Organisation mondiale de la Santé; 2021. Licence : CC BY-NC-SA 3.0 IGO.
  2. Moeller MP. Early intervention and language development in children who are deaf and hard of hearing. Pediatrics. 2000; 106(3). doi:10.1542/peds.106.3.e43.
  3. Robinshaw HM. Early intervention for hearing impairment: differences in the timing of communicative and linguistic development. Br J Audiol. 1995;29(6):315–334 (doi:10.3109/03005369509076750, consulté le 18 mai 2021).
  4. Yong M, Panth N, McMahon C, Thorne P, Emmett S D. How the world's children hear: a narrative review of school hearing screening programs globally. OTO Open. 2020;4(2) (doi:10.1177/2473974X20923580, consulté le 18 mai 2021).
  5. American Academy of Audiology. (2011). American Academy of Audiology Clinical Practice Guidelines: Childhood Hearing Screening (https://audiology-web.s3.amazonaws.com/migrated/ ChildhoodScreeningGuidelines.pdf_5399751c9ec216.42663963.pdf, consulté le 18 mai 2021).
  6. American Speech-Language-Hearing Association. (1997). Guidelines for Audiologic Screening; 1–64 (www.asha.org/policy, consulté le 18 mai 2021).
  7. Ministère de la Santé et des Services sociaux. (2016). Hearing screening guidelines for the preschool/school population. Anchorage, États-Unis.
  8. Harlor AD, Bower C, Walker RD, Curry ES, Hammer LD, Laughlin JJ, et al. Hearing assessment in infants and children: recommendations beyond neonatal screening. Pediatrics. 2009; 124(4):1252–1263.
  9. Mahomed F, Swanepoel DW, Ayieko, J. Open access guide to audiology and hearing aids for otolaryngologists: audiology screening: school aged hearing screening. Le Cap, Afrique du Sud; 2014 (https://www.entdev.uct.ac.za/guides/open-access-guide-to-audiology-and-hearing-aidsforotolaryngologists, consulté le 18 mai 2021).
  10. Ministère de la Santé, Nouvelle-Zélande. (2008). The B4 School Check – a handbook for practitioners. Nouvelle-Zélande.
  11. Département de l'Éducation du Tennessee et Département de la Santé du Tennessee. (2015). Tennessee School Health Screening Guidelines (https://www.tn.gov/content/dam/tn/education/ csh/csh_ school_health_screening_guidelines.pdf, consulté le 18 mai 2021).
  12. Département de l'Éducation du Mississippi. (n.d.). Handbook for Speech-Language Pathologists in Mississippi Schools (https://www.mdek12.org/sites/default/files/Offices/MDE/OAE/OSE/InfoandPublications/Handbook_speech_lang_path.pdf, consulté le 18 mai 2021).
  13. Dawood N, Mahomed Asmail F, Louw C, Swanepoel W. Mhealth hearing screening for children by non-specialist health workers in communities. Int J Audiol. 2020 Oct 12:1–7. doi:10.1080/149920 27.2020.1829719. Publication électronique précédant l'impression.
  14. Manus M, van der Linde J, Kuper H, Olinger R, Swanepoel W. Community-based hearing and vision screening in schools in low-income communities using mobile health technologies. Lang Speech Hear Serv Sch. 2021 April 20;52(2):568–580. doi:10.1044/2020_LSHSS-20-00089.
  15. Mahomed-Asmail F, Swanepoel DW, Eikelboom RH. Referral criteria for school-based hearing screening in South Africa: considerations for resource-limited contexts. Health SA Gesondheid. 2016; 96–102.
  16. Eksteen S, Eikelboom RH, Launer S, Kuper H, Swanepoel DW. Referral criteria for preschool hearing screening in resource-constrained settings: a retrospective comparison of protocols. Lang Speech Hear Serv Sch. Jan 2021; EN COURS D'EXAMEN
  17. Wolmarans J, De Sousa KC, Frisby C, Mahomed-Asmail F, Smits C, Moore DR, et al. (2021). Speech recognition in noise using binaural diotic and antiphasic digits-in-noise in children: maturation and self-test validity. J Am Acad Audiol; EN COURS D'IMPRESSION.
  18. Denys S, Hofmann M, Luts H, Guérin C, Keymeulen A, Van Hoeck K, et al. School-age hearing screening based on speech-in-noise perception using the digit triplet test. Ear Hear. Nov. déc. 2018; 39(6):1104–1115. doi:10.1097/AUD.0000000000000563.
  19. Shinn JR, Jayawardena ADL, Patro A, Zuniga MG, Netterville JL. Teacher prescreening for hearing loss in the developing world. Ear Nose Throat J. 13 oct 2019. doi:10.1177/0145561319880388. Publication électronique précédant l'impression.
  20. Emmett S, Robler SK, Wang NY, Labrique A, Gallo JJ, Hofstetter P. Hearing Norton Sound: a community randomised trial protocol to address childhood hearing loss in rural Alaska. BMJ Open. 2019;9(1):e023078 (doi:10.1136/bmjopen-2018-023078, consulté le 18 mai 2021).

Fermer ce paragraphe

Fermer cette section

3. Dépistage auditif chez les personnes âgées - Cliquez pour lire

3.1 Besoins et objectifs - Cliquez pour lire

Selon les estimations de Global Burden of Disease, plus de 65 % de la population de plus de 60 ans dans le monde est touchée par des pertes auditives à divers degrés (1). Étant donné les tendances démographiques mondiales (2), il est probable que les besoins en soins auditifs chez les personnes âgées continueront de croître au cours des prochaines décennies (3).

Les pertes auditives survenues chez l’adulte et non traitées ont pour conséquences le retrait social et l’isolement, la dysfonction émotionnelle, les menaces à l’égard des relations personnelles, la perte de productivité et de salaires, la retraite précoce et le déclin mental et physique, y compris les pertes d’équilibre et les chutes (4-10). Chez les personnes âgées, il existe un lien significatif entre la perte auditive et les risques accrus de démence et déclin cognitif. Étant donné la forte prévalence de la perte auditive chez les aînés et ses liens avec la démence, à l’échelle de la population, sa prise en charge pourrait contribuer à réduire les risques de démence de 8 % (11). En effet, à l’échelle de la population, la perte auditive est le facteur de démence potentiellement modifiable le plus commun chez les aînés.

La détection précoce de la perte auditive et les interventions appropriées peuvent atténuer une grande partie de ses effets néfastes chez les personnes âgées (12-14). Cependant l’apparition de la perte auditive est souvent insidieuse et peut passer inaperçue (15). En particulier les sexagénaires atteints d’une perte auditive non reconnue ou non traitée courent un risque accru d’isolement social et de déclin cognitif (16). En dépit des limitations fonctionnelles liées à la perte auditive (17), les sujets attendent généralement jusqu’à 10 ans avant de chercher à obtenir des soins auditifs (18, 19). Cependant, chez les personnes âgées, il est important de mettre en place un dépistage auditif systématique suivi d’une réadaptation rapide (comme l’installation de prothèses auditives) (4, 17, 20).

Bien que peu d’études aient porté sur la rentabilité du dépistage auditif chez les aînés, celles-ci font état du lien entre l’emploi accru des prothèses auditives (21) et l’amélioration de la qualité de vie des aînés, ainsi qu’avec les avantages économiques pour la société (18, 22).

Fermer ce paragraphe

3.2 Pratiques de dépistage dans le monde - Cliquez pour lire

À l'échelle mondiale, les lignes directrices en matière de dépistage auditif chez les personnes âgées sont limitées. Là où de telles lignes directrices existent, les recommandations qu'elles contiennent accusent des écarts substantiels (23-26). Dans certains pays, le dépistage auditif ne vise que les sujets faisant l'objet d'indications ou de préoccupations d'ordre clinique; ailleurs, on recommande un dépistage annuel ou triannuel. Les groupes d'âge visés par le dépistage varient également, tout comme les méthodes de tests et de suivi (23, 25, 26). En 2021, le United States Preventive Services Task Force (27) a conclu qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de données suffisantes en faveur du dépistage de la perte auditive chez les adultes asymptomatiques de 50 ans et plus. Il n'existe pas de lignes directrices universelles indiquant quand et comment le dépistage doit être effectué chez les personnes âgées.

L'insuffisance des données scientifiques en appui au dépistage systématique de la perte auditive chez les aînés constitue un obstacle fondamental à l'élargissement du dépistage. Cette absence relative de données fait ressortir l'importance de la recherche dans divers contextes et dans divers pays. Vu le vieillissement de la population mondiale et les données de plus en plus nombreuses sur les répercussions néfastes de la perte auditive apparaissant chez l'adulte, il est devenu nécessaire de passer à l'action. L'importance du dépistage auditif systématique suivi d'une intervention chez les personnes âgées étant de mieux en mieux comprise (17, 18), les pays pourront se baser sur les directives ci-dessous pour planifier, mettre en place et évaluer leurs propres programmes de dépistage. Ces recommandations se fondent sur les connaissances et les données disponibles à l'heure actuelle, et elles pourront être modifiées. Au cours des prochaines années, l'élaboration de programmes de dépistage auditif chez les personnes âgées apportera probablement de nouvelles données au corpus limité actuel, ce qui permettra de perfectionner les protocoles de dépistage et de produire des lignes directrices de haute qualité.

Fermer ce paragraphe

3.3 Principes directeurs sur le dépistage auditif chez les personnes âgées - Cliquez pour lire

Les principes qui sous-tendent les programmes de dépistage auditif chez les personnes âgées sont les suivants :

  • Les services de diagnostic audiologique doivent être mis sur pied parallèlement aux programmes de dépistage, et ils devraient être accessibles à ceux qui ont été aiguillés à partir de ces derniers ;
  • Les interventions, y compris les services de réadaptation et la technologie d'aide auditive, doivent être disponibles et recommandées selon une approche axée sur la personne; elles doivent répondre aux besoins et aux préférences du sujet en matière d'audition et ne pas se fonder uniquement sur les résultats des tests audiologiques ;
  • Le cheminement clinique et les mécanismes de suivi doivent être définis lors de la planification d'intervention et intégrés au protocole global. Cet aspect est essentiel parce qu'il doit permettre aux sujets chez qui on a détecté une perte auditive de bénéficier des options de soins axés sur la personne après le dépistage (1) ;
  • Là où cela est possible, le dépistage auditif devrait être intégré aux visites médicales systématiques ou combiné aux autres interventions médicales (examens médicaux généraux, dépistage des maladies oculaires, soins dentaires, etc.). Le manuel ICOPE de l'OMS recommande d'effectuer le dépistage auditif conjointement avec celui d'autres affections intrinsèques (malnutrition, cognition, mobilité, humeur, vision) ainsi que des maladies sous-jacentes. Il peut également être intégré à l'évaluation des personnes atteintes de problèmes concomitants comme le diabète et les troubles cognitifs ;
  • Les composantes de responsabilité professionnelle, de gestion des risques, d'assurance de la qualité et d'évaluation de programme doivent être élaborées avant la mise en place du programme de dépistage lui-même.

Fermer ce paragraphe

3.4 Groupe cible et objectifs - Cliquez pour lire

Toutes les personnes âgées devraient faire l'objet d'un dépistage visant à identifier, le plus précocement possible, celles qui sont atteintes de perte auditive et qui pourraient bénéficier du recours aux technologies d'aide auditive ou à des interventions non technologiques telles que l'éducation, le conseil et la formation en communication.

(Le groupe cible n'inclut pas les personnes actuellement couvertes par des programmes de protection de l'audition contre l'exposition au bruit ou aux produits chimiques au travail. Ces services n'entrent pas dans le champ d'application du présent document et ne devraient pas être influencés ni modifiés par les programmes de dépistage auditif en fonction de l'âge.)

Fermer ce paragraphe

3.5 Âge et fréquence du dépistage - Cliquez pour lire

À partir de 50 ans, tous les adultes devraient faire l'objet d'un dépistage régulier de la perte d'audition. Celui-ci peut être effectué tous les 5 ans jusqu'à l'âge de 64 ans. À partir de 65 ans, la fréquence devrait être augmentée et passer à 1 à 3 ans (23, 26). Là où cela est possible, le calendrier de dépistage auditif devrait être coordonné avec celui des autres examens médicaux.

Fermer ce paragraphe

3.6 Site du dépistage - Cliquez pour lire

Le dépistage peut avoir lieu dans différents types d'endroits :

  • cadres cliniques : centres de soins primaires, cliniques médicales, hôpitaux, cliniques d'audiologie ;
  • cadres communautaires : installations publiques telles que les centres récréatifs ou les bibliothèques ;
  • cadres résidentiels : domicile privé ou installations de soins de longue durée pour personnes âgées.

Dans chacun de ces cadres, les tests peuvent être effectués en personne ou en ligne. Le site doit être choisi selon le contexte local, la facilité d'accès pour les personnes âgées, la disponibilité des ressources humaines et la possibilité de contrôler les niveaux de bruit ambiant pendant les tests pour obtenir des résultats précis. Dans les cadres résidentiels, le dépistage peut avoir lieu lors des visites des services de soins à domicile.

Fermer ce paragraphe

3.7 Tests de dépistage - Cliquez pour lire

Chez les aînés, le dépistage de la perte auditive se fait en deux étapes :

Étape 1 : on devrait interroger toutes les personnes visées par le dépistage sur l'état de leur audition et les difficultés d'audition qu'elles éprouvent dans leur vie quotidienne; on devrait leur poser des questions simples comme celles données en exemple dans l'encadré 3.1. Dans la mesure du possible, on devrait se servir de questions validées liées à des caractéristiques psychométriques.

Encadré 3.1. Exemples de questions pour le dépistage

A. Questions oui/non :

  • Éprouvez-vous des difficultés à entendre actuellement ? (29)
  • Avez-vous reçu un diagnostic de perte auditive ?
  • Utilisez-vous des appareils auditifs ?

B. Questions à échelle d'appréciation :

  • Comment qualifieriez-vous l'état de votre audition (avec un appareil auditif si vous en employez un) ? (30)
    • excellent ;
    • très bon ;
    • bon ;
    • passable ;
    • mauvais.

C. Questionnaire de dépistage existant

Inventaire des handicaps auditifs chez les personnes âgées (31).

Une réponse positive à la question ou au questionnaire indique un problème auditif, et la personne doit être aiguillée vers une évaluation audiologique plutôt que vers le dépistage. Dans certains cas, si la personne a déjà reçu un diagnostic de perte auditive ou se sert d'une prothèse auditive, l'aiguillage vers une évaluation audiologique peut ne pas être nécessaire. Cependant celle-ci peut être requise s'il n'y a pas eu de suivi récent effectué par un professionnel des soins de l'oreille et de l'audition. La personne peut être aiguillée directement vers cette consultation sans avoir à passer par l'étape 2.

Les personnes dont la réponse est négative (c'est-à-dire qui ne déclarent aucun problème auditif) devraient passer par un deuxième dépistage (étape 2).

Étape 2 : les tests suivants, décrits au tableau 3.1, ont pour fonction de détecter la perte auditive chez les personnes âgées :

  • détection de sons purs à une intensité prédéterminée, dans les deux oreilles ;
  • test de série de trois chiffres entendus dans le bruit ;
  • mesure des seuils de conduction aérienne par dépistage du seuil de son pur ;
  • test de la voix chuchotée.
tab 3.1

* Là où la capacité du système de santé le permet et où cela est considéré plus approprié, on pourra chercher à détecter les cas de perte auditive légère (c'est-à-dire choix d'un seuil de détection supérieur à 20 dB comme critère).

Lors du déroulement de l'un ou l'autre des tests décrits ci-dessus, il est important de s'assurer que les niveaux de bruit ambiant soient inférieurs à 40 dBA (32). Pour ce faire, on pourra faire une mesure à l'aide d'un sonomètre ou d'une appli validée pour téléphone intelligent.6

6 Voici des exemples d'applications validées qui peuvent être téléchargées à cet effet : NIOSH Sound Level Meter, Sound Meter Pro ou Sound Meter and Noise Detector.

Fermer ce paragraphe

3.8 Suivi - Cliquez pour lire

a) Résultat « réussite » : à toutes les personnes ayant obtenu le résultat « réussite » lors du dépistage, adresser des conseils sur les points suivants :

  • soins des oreilles, avec l'information pertinente sur l'audition, la fonction d'écoute dans la vie quotidienne et les soins de l'oreille et de l'audition ;7
  • nouveau dépistage à une date spécifiée à venir (après un délai maximum de 5 ans ou 2 ans, selon l'âge) ;
  • consultation médicale en cas de symptômes : accroissement des difficultés d'audition, acouphènes, écoulement de l'oreille, etc.

b) Résultat « aiguillage » : pour toutes les personnes qui sont référées à la suite du dépistage :

  • Il faut leur poser des questions sur la présence de « signaux d'alarme » (voir encadré 3.2) ;
  • Elles devraient subir un examen de l'oreille en vue de la détection de la présence d'un bouchon de cérumen et de son élimination ;
  • Elles devraient faire l'objet d'un nouveau dépistage après l'enlèvement du bouchon de cérumen ;
  • Après l'enlèvement du cérumen et le nouveau dépistage, en cas de nouveau résultat « aiguillage », ces personnes devraient passer des tests de diagnostic, si possible pendant la même visite pour limiter le désagrément pour le patient et maximiser l'observance.

c) Signaux d'alarme : toutes les personnes chez qui le dépistage a produit un « signal d'alarme » devraient être référés vers un clinicien en soins de l'oreille et de l'audition, quel que soit le résultat du dépistage.

Encadré 3.2. « Signaux d’alarme »

Un « signal d'alarme » produit par un dépistage indique la nécessité d'une prise en charge par un spécialiste. Il peut s'agir des cas suivants :

  • antécédents de perte auditive rapide bilatérale ou unilatérale de cause inconnue ;
  • exposition au bruit (au travail, au domicile ou lors d'activités récréatives) ou à des médicaments ou produits chimiques ototoxiques ;
  • douleur de l'oreille, écoulement de l'oreille ou étourdissements ;
  • diagnostic préalable de maladie de l'oreille, par exemple d'otite moyenne.

Toutes les personnes qui sont aiguillées vers une évaluation plus poussée doivent faire l'objet d'un suivi visant à assurer qu'elles ont accès aux services de diagnostic et aux soins nécessaires. Les processus de dépistage, d'aiguillage et de suivi sont exposés à la figure 3.1.

7 Feuillet sur les soins de l'oreille (en anglais) : https://who.canto.global/s/Q2CPO

fig 3.1

* Adaptation de la publication de l'OMS, Integrated care for older people (‎ICOPE)‎: guidance for person-centred assessment and pathways in primary care. Voir : https://apps.who.int/iris/handle/10665/326843.

Fermer ce paragraphe

3.9 Ressources humaines - Cliquez pour lire

Le dépistage auditif chez les personnes âgées peut être effectué par les professionnels suivants :

  • cliniciens en soins de l'oreille et de l'audition (par ex. ORL, audiologistes, orthophonistes) ;
  • cliniciens autres que des soins de l'oreille (par ex. médecins de famille, médecins) ;
  • agents de santé dûment formés (par ex. cliniciens, assistants médicaux, techniciens, personnel infirmier, pharmaciens ou autres membres des professions connexes) ;
  • agents de santé non professionnels dûment formés (par ex. agents de santé communautaire) ;
  • autres, comme des bénévoles dûment formés.

Là où le dépistage auditif doit être effectué par des agents de santé ou d'autres non-cliniciens, la formation doit leur être prodiguée en premier, puis suivie d'une supervision et d'un soutien continu dont le niveau dépendra des tests que leur formation leur permet d'effectuer.

Fermer ce paragraphe

3.10 Évaluation diagnostique - Cliquez pour lire

Toutes les personnes ayant obtenu un résultat « aiguillage » après l'enlèvement du cérumen (si c'est ce qui a été indiqué) devraient subir une évaluation auditive diagnostique visant à confirmer la perte auditive et à établir son degré et sa nature. Cette étape permet de déterminer la nécessité d'une réadaptation ou d'autres intervention, et elle devrait inclure au moins ce qui suit :

  • l'audiométrie tonale : conduction aérienne et osseuse ;
  • la tympanométrie pour l'évaluation de l'oreille moyenne.

Là où c'est possible, on devrait effectuer un test d'audiométrie vocale, qui peut fournir des informations précieuses sur le fonctionnement quotidien. Les évaluations diagnostiques de base peuvent être effectuées par un professionnel des soins de l'oreille et de l'audition ou tout autre employé dûment formé.

Fermer ce paragraphe

3.11 Intervention - Cliquez pour lire

Après le diagnostic de perte auditive, les interventions doivent inclure l'option a) et peuvent inclure les options b), c) ou d) :

(a) Éducation et conseils de base sur la perte auditive à l'intention des personnes atteintes de perte auditive, de leurs proches aidants et de leurs familles, pour faciliter l'acceptation psychologique et l'ajustement. On devrait également inclure la formation en communication et les adaptations aux environnements sociaux et physiques, ainsi que le mentorat par les pairs.

(b) Le besoin d'une aide auditive et le choix du type d'appareil devraient être évalués, quelle que soit la technologie nécessaire (par ex. appareils auditifs, implants, systèmes d'aide auditive), et ceux-ci devraient être fournis et ajustés par un professionnel dûment formé et autorisé à cet effet (conformément aux règles et règlements locaux).

(c) Autres tests ou tests plus avancés, là où cela a été indiqué selon la nature de la perte auditive ou des symptômes connexes.

(d) Répétition des tests à une date ultérieure, si cela est considéré comme nécessaire.

Après l'identification de la perte auditive, il est primordial qu'elle soit prise en charge aussitôt que possible et de façon appropriée pour atténuer tout effet néfaste. Les stratégies d'intervention doivent suivre une approche axée sur la personne et tenir compte des besoins et des préférences du sujet en matière de communication, ainsi que des ressources disponibles (1) (figure 3.2). Les stratégies d'intervention devraient également prendre en compte l'environnement social et physique de la personne concernée (encadré 3.3), ce qui inclut les conseils sur les technologies d'aide auditive (par ex. systèmes de modulation de fréquence et boucles d'induction), le soustitrage, la lecture sur les lèvres et la formation sur les stratégies de communication. Certaines personnes (et leurs familles ou proches aidants) peuvent bénéficier de conseils qui leur permettront d'accepter plus facilement la perte auditive et de s'y adapter, et également d'apprendre à surmonter la stigmatisation de la part des autres personnes relativement à la perte auditive. D'autres peuvent également avoir besoin de soins pour des troubles concomitants tels que le déclin cognitif ou la démence.

fig 3.2

Encadré 3.3. Évaluation et gestion des environnements sociaux et physiques*
  • Offrir un soutien et une aide en gestion de la détresse émotionnelle ;
  • Offrir des technologies d'aide auditive à la maison (par ex. sonnettes et téléphones vibrants ou clignotants) ;
  • Fournir à la personne concernée et à sa famille ou ses proches aidants des stratégies de maintien des liens et des relations sociales.

*Adaptation de OMS, Integrated care for older people (ICOPE): guidance for person-centred assessment and pathways in primary care. Voir : https://apps.who.int/iris/handle/10665/326843.

Fermer ce paragraphe

3.12 Promotion de la santé auditive - Cliquez pour lire

Les personnes chez lesquelles le test de dépistage auditif a donné un résultat « réussite » doivent recevoir de l'information sur la prévention de la perte auditive et les soins des oreilles, notamment :

  • l'importance de la santé auditive ;
  • les soins de l'oreille, y compris quoi faire et ne pas faire pour protéger son audition ;8
  • le contrôle du bruit dans l'environnement, ainsi que la protection de l'audition au foyer et au travail ;
  • l'écoute sans danger, y compris l'importance des pratiques d'écoute sans danger et les moyens connexes ;
  • l'importance de la communication pour le maintien de la participation aux activités quotidiennes.

8 Feuillet sur les soins de l’oreille (en anglais) : https://who.canto.global/s/Q2CPO

Fermer ce paragraphe

Références - Cliquez pour lire
  1. Rapport mondial sur l'audition. Genève : Organisation mondiale de la Santé; 2021. Licence : CC BY-NC-SA 3.0 IGO.
  2. Fonds des Nations Unies pour la population. Tendances démographiques (https://www.unfpa.org/ world-populationtrends, consulté le 18 mai 2021).
  3. Organisation mondiale de la Santé. https://apps.who.int/iris/handle/10665/260336 Genève : Organisation mondiale de la Santé; 2018.; 2018 (https://apps.who.int/iris/handle/10665/260336, consulté le 18 mai 2021).
  4. Mulrow CD, Aguilar C, Endicott JE, Tuley MR, Velez R, Charlip WS, et al. Quality of-life changes and hearing impairment. A randomized trial. Ann Intern Med. 1990; 113(3):188–94.
  5. Gates GA, Mills JH. Presbycusis. Lancet. 2005; 366:1111–20.
  6. Huddle MG, Goman AM, Kernizan FC, Foley DM, Price C, Frick KD, et al. The economic impact of adult hearing loss: a systematic review. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. 2017; 143(10):1040–8.
  7. Lawrence BJ, Jayakody DMP, Bennett RJ, Eikelboom RH, Gasson N, Friedland PL. Hearing loss and depression in older adults: a systematic review and meta-analysis. Gerontologist. 2020; 60(3):e137–e54.
  8. Weinstein BE, Ventry IM. Hearing impairment and social isolation in the elderly. J Speech Hear Res. 1982; 25:593–9.
  9. Carabellese C, Appollonio I, Rozzini R, Bianchetti A, Frisoni GB, Frattola L, et al. Sensory impairment and quality of life in a community elderly population. J Am Geriatr Soc. 1993; 41:401–7.
  10. Vas VF. The biopsychosocial impact of hearing loss on people with hearing loss and their communication partners: University of Nottingham; 2017.
  11. Livingtson G, Huntley J, Sommerlad A, Ames D, Ballard C, Banerjee S, et al. Dementia prevention, intervention, and care: 2020 report of the Lancet Commission. Lancet. Août 2020; 396:413–446.
  12. Barker AB, Leighton P, Ferguson MA. Coping together with hearing loss: a qualitative meta-synthesis of the psychosocial experiences of people with hearing loss and their communication partners. Int J Audiol. 2017; 56(5):297–305.
  13. Gaylor JM, Raman G, Chung M, Lee J, Rao M, Lau J, et al. Cochlear implantation in adults: a systematic review and meta-analysis. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. 2013; 139(3):265–72.
  14. Ferguson MA, Kitterick PT, Chong LY, Edmondson-Jones M, Barker F, Hoare DJ. Hearing aids for mild to moderate hearing loss in adults. The Cochrane Database Syst Rev. 2017; 9(9):Cd012023.
  15. Howarth A, Shone GR. Ageing and the auditory system. Postgrad Med J. Mars 2006; 82(965):166–171.
  16. Mick P, Pichora-Fuller MK. Is hearing loss associated with poorer health in older adults who might benefit from hearing screening? Ear Hear. Mai-juin 2016; 37(3):e194–201. doi:10.1097/ AUD.0000000000000267.
  17. Organisation mondiale de la Santé. Integrated care for older people: guidelines on communitylevel interventions to manage declines in intrinsic capacity. Genève : Organisation mondiale de la Santé; 2017 (https://apps.who.int/iris/handle/10665/258981?search-result=true&query=Integrate d+care+for+older+people&scope=&rpp=10&sort_by=score&order=desc, consulté le 18 mai 2021).
  18. Davis A, Smith P, Ferguson M, Stephens D, Gianopoulos I. Acceptability, benefit and costs of early screening for hearing disability: a study of potential screening tests and models. Health Technology Assessment. 2007; 11(42).
  19. Simpson AN, Matthews LJ, Cassarly C, Dubno JR. Time from hearing aid candidacy to hearing aid adoption: a longitudinal cohort study. Ear Hear. 2019; 40(3):468–76.
  20. Yueh B, Souza PE, McDowell JA, Collins MP, Loovis CF, Hedrick SC, et al. Randomized trial of amplification strategies. Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 2001; 127(10):1197–204.
  21. Yueh B, Piccirillo JF. Screening for hearing loss in older adults: insufficient evidence does not mean insufficient benefit. JAMA. 2021; 325(12):1162–1163. doi:10.1001/jama.2021.2020.
  22. Yueh B, Collins MP, Souza PE, Boyko EJ, Loovis CF, Heagerty PJ, et al. Long-term effectiveness of screening for hearing loss: the screening for auditory impairment– which hearing assessment test (SAI-WHAT) randomized trial. J Am Geriatr Soc. 2010; 58(3):427–34.
  23. American Speech-Language-Hearing Association. (1997). Guidelines for Audiologic Screening; 1–64 (www.asha.org/policy, consulté le 18 mai 2021).
  24. Alberta College of Speech-Language Pathologists and Audiologists. Hearing screening guideline preschool to adult. Sept 2015 Sept (https://silo.tips/download/september-2015-hearingscreeningguideline-1, consulté le 18 mai 2021).
  25. Moyer VA. Screening for hearing loss in older adults: U.S. preventative services task force recommendation statement. Clinical guidelines. Nov 2012 (https://doi.org/10.7326/0003-4819157- 9-201211060-00526, consulté le 18 mai 2021).
  26. The Royal Australian College of General Practitioners. Guidelines for preventive activities in general practice. 9e éd. East Melbourne, Vic: RACGP, 2016.
  27. US Preventative Services Task Force. Screening for hearing loss in older adults. JAMA. Mars 2021; 325(12):1196–1201 (https://www.uspreventiveservicestaskforce.org/uspstf/recommendation/ hearing-loss-in-older-adults-screening, consulté le 18 mai 2021).
  28. Thiyagarajan JA, Araujo de Carvalho I, Peña-Rosas JP, Chadha S, Mariotti SP, Dua T, et al. (2019). Redesigning care for older people to preserve physical and mental capacity: WHO guidelines on community-level interventions in integrated care. PLoS Med 16(10):e1002948 (https://doi.org/10.1371/journal.pmed.1002948, consulté le 18 mai 2021).
  29. Gates GA, Murphy M, Rees TS, Fraher A. Screening for handicapping hearing loss in the elderly. J Fam Pract. Jan 2003;52(1):56–62.
  30. Hämäläinen A, Pichora-Fuller MK, Wittich W, Phillips NA, Mick P. Self-report measures of hearing and vision in older adults participating in the Canadian Longitudinal Study of Aging are explained by behavioral sensory measures, demographic, and social factors. Ear Hear. 19 mars 2021. doi:10.1097/AUD.0000000000000992 (https://journals.lww.com/ear-hearing/Abstract/9000/Self_report_Measures_of_Hearing_and_Vision_in.98530.asx, consulté le 18 mai 2021).
  31. Ventry IM, Weinstein BE. The hearing handicap inventory for the elderly: a new tool. Ear Hear. Maijuin 1982;3(3):128–34. doi:10.1097/00003446-198205000-00006.
  32. OMS. Ear and hearing survey handbook. Genève : Organisation mondiale de la Santé; 2020. Licence : CC BY-NC-SA 3.0 IGO.

Fermer ce paragraphe

Fermer cette section

Télécharger le document intégral : Dépistage auditif : considérations sur la mise en œuvre. Washington, D.C. : Organisation panaméricaine de la Santé ; 2022. Licence : CC BY-NC-SA 3.0 IGO.


hearWHO - Vérifiez votre audition !

vig_hearWHO
La détection précoce d'une perte auditive est cruciale pour une réhabilitation efficace.
Afin de s'assurer que la perte auditive est détectée le plus tôt possible, tout le monde devrait vérifier son audition de temps en temps, en particulier les personnes qui présentent un risque plus élevé de perte auditive. Il s'agit notamment des personnes qui écoutent souvent de la musique forte, qui travaillent dans des endroits bruyants, qui utilisent des médicaments nocifs pour l'ouïe ou qui ont plus de 60 ans. Afin de faciliter les contrôles auditifs, l'OMS a mis au point une application logicielle mobile et en ligne pour le dépistage auditif.

L'application hearWHO est basée sur la technologie validée des chiffres dans le bruit. Cette application permet au grand public d'accéder à un dépisteur auditif pour vérifier son état auditif et le suivre dans le temps. L'application, facile à utiliser, affiche clairement les résultats de l'utilisateur et conserve une trace personnalisée de son état auditif au fil du temps.

L'application est particulièrement recommandée pour les personnes qui écoutent souvent de la musique forte sur des appareils audio personnels. Elle peut également être utilisée par les agents de santé pour dépister les pertes auditives au sein de la communauté et les orienter vers des tests de diagnostic en cas d'échec du dépistage.

Compatibilité : appareils iOS et Android. Informations et liens de téléchargement


Pour aller plus loin


Revue de littérature

Aspects audiométriques chez les patients traités pour tuberculose multi-résistante à Bangui, République centrafricaine
F. Kossinda, J.L. Sanzema Komoto, G. Piamale, A. Doui Doumgba, H. Tall,V. Fikouma, J.R. Malendoma, A.A. Taoussi, U. Vickos - Centrafrique
Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 7101 - Janvier 2024 - pages 31-37

Troubles auditifs chez les patients diabétiques au Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO)
L. Zoungrana, E.E.M. Nao, S. Traore, H. Tieno, N.P.A. Elienai Some, O. Guira, R. Bognounou, A. Tonde, J.Y. Drabo - Burkina Faso
Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6902 - Février 2022 - pages 101-112

Prévalence et déterminants de la surdité post-méningitique dans une population pédiatrique à Yaoundé - Cameroun
F.B. Nyada, L.C. Atanga, F. Djomou, S. Nguefack, R. Meva'a Biouele, V.J.E. Evehe, N. Choffor, A. Ndjolo - Cameroun Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6707 - Juillet 2020 - pages 387-393

Facteurs favorisant les otomycoses en région tropicale
P.M. Randrianandraina, A.H. Rakotomananjo, H.E. Ramilison, G.F.A. Razanakoto, R.M.J. Razafindrakoto - Madagascar
Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6611 - Novembre 2019 - pages 562-568

Périchondrites aiguës du pavillon de l’oreille. A propos de 23 cas
N. Pilor, C Ndiaye, H Ahmed, E.S. Diom, A Tall, I.C. N’diaye - Sénégal
Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6610 - Octobre 2019 - pages 521-527

Profil des acouphènes subjectifs de l’adulte en milieu hospitalier au Togo. Cas du CHU Sylvanus Olympio de Lomé
W. Foma, B. Amana, SLA. Lawson, E. Pegbessou, E. Tagba, W. Dolou, E. Amana, E. Boko, E. Kpemissi - Togo
Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6504 - Avril 2018 - pages 209-216

Tétanos à porte d’entrée otogène. Aspects épidémiologiques, cliniques et évolutifs à la clinique des Maladies Infectieuses du Centre Hospitalier National Universitaire de Fann, Dakar, Sénégal
K. Diallo Mbaye, N. A Lakhe, N.M Dia Badiane, M. Fopa, D. Ka, V.MP Cisse Diallo, L. Fortes Deguenonvo, C.T Ndour, M. Seydi - Sénégal
Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6412 - Décembre 2017 - pages 599-606

Evaluation de la protection auditive des travailleurs d’une usine de transformation de fèves de cacao de 2010 à 2011 en Côte d’Ivoire
A.F Tchicaya, A. Ina, YM Kouassi, PT Dje, LMA N’Guessan, CP Guiegui, SB Wognin, JS Bonny - Côte d'Ivoire
Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6311 - Novembre 2016 - pages 573-581


Bouchon de cérumen

packshot
Dispositif médical dès 3 ans

Double action rapide : détruit et dissout le bouchon
• Solution aqueuse + deux tensioactifs
2 pulvérisations 2 fois par jour, pendant 5 jours
• Avant l’extraction d’un bouchon par un praticien : 4 pulvérisations dans le conduit auditif, 15 à 30 min avant l’extraction

Hygiène régulière

vig
Dispositif médical dès 12 ans

• Prévient l’accumulation de cérumen et d’impuretés dans le conduit auditif
• Eau de mer 100% naturelle
1 à 2 brumisations par oreille, 2 fois par semaine

packshot
Dispositif médical spécialement conçu pour les enfants de 3 à 12 ans

• Prévient l’accumulation de cérumen et d’impuretés dans le conduit auditif
• Eau de mer 100% naturelle + glycérol
1 à 2 brumisations par oreille, 2 fois par semaine


Cooper

Cooper Consumer Health
Place Lucien Auvert - 77020 Melun - France
Tél. : +33 1 64 87 86 17
Fax : +33 1 64 87 89 00




CONTACTEZ-NOUS

Adresse

Téléphone

CARTE DU SITE

Revue MAN

Revue OST

Actualités

FMC

Webinaires

Espaces labos

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !