Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Souffrez-vous de crises hémorroïdaires ? - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici

Revue de presse de Santé tropicale

Trier les actualités par :

Le cocktail d’Arv, un traitement efficace du Vih/Sida

Le potentiel | Congo-Kinshasa | 11/02/2006 | Lire l'article original

Un traitement préférable de cocktail d’antirétroviraux précoce pourrait être la façon la plu efficace de lutter contre les Vih/Sida, selon une étude présentée récemment à l’issue de la 13ème Conférence annuelle sur le rétrovirus (Croi) organisée à Denver aux Usa.
Des experts présents à cette conférence ont indiqué que le commencement d’une thérapie par un traitement antirétroviral hautement actif (haart) dès le début de l’injection pourrait réduire de façon importante les risques d’effets secondaires sérieux liés à ces médicaments appropriés. Cette doctrine, notent les experts, va à l’encontre du jugement actuel de la médecine qui préconise que le traitement devrait intervenir aux séropositifs après qu’ils aient présenté des symptômes sévères en tenant compte de la toxicité de la thérapie susceptible de provoquer de sérieuses complications, notamment un blocage du niveau du fonctionnement des reins compte tenu de la toxicité du traitement. Les séropositifs, indiquent les experts, qui vont commencer à prendre un cocktail d’Arv tôt dans leur infection et continuent le traitement sans discontinuité, ont 60% moins de risque de défaillance rénale et de lipoactrophie ainsi qu’une régression localisée ou généralisée des tissus adipeux de l’organisme. Les risques de neurothérapie, qui présenterait une complication possible affectant le système nerveux, ont été réduits de 30%.

Lire l'article original

Retour

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale. Inscriptions


Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit

img_produit

img_produit

Vidéo formation

Espace formation Pierre Fabre

vig_webinar19
Mycoses cutanées superficielles - Pr Boubacar Ahy Diatta, dermatologue - Sénégal

encart_diam_dafra
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !