Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Revue de presse

Revue de presse

Trier les actualités par :

Sénégalfleche Contraception : les autorités médicales veulent amener le taux à 7 %

Le soleil | Sénégal | 11/02/2014 | Lire l'article original

Malgré les croyances religieuses et socioculturelles, les responsables de la région médicale de Matam veulent faire passer le taux de prévalence contraceptive de 3 % à 7% en 2015. Les résultats enregistrés en 2013 montrent qu’il est possible d’atteindre cet objectif, car la population est consciente des bienfaits de la planification familiale.

La région de Matam a l’un des plus faibles taux de prévalence contraceptive au Sénégal, 3 % contre 16 % au niveau national. Ce taux est jugé faible par le médecin-chef de région, Dr Yankhoba Dial, qui révèle qu’ils veulent amener la prévalence contraceptive à 7 % d’ici à 2015. « Cela est possible ! » s’exclame la sage-femme Anne Fatimata Niang, par ailleurs coordinatrice de la Santé de la reproduction (Sr) du district sanitaire de Matam. Elle informe que le taux de prévalence contraceptive a connu une nette amélioration dans cette région. « Un rapport a révélé que le centre de santé de Matam a un taux de prévalence contraceptive de routine de 12 % et de recrutement de 25 % au courant de l’année 2013 ».

Mieux, dit-elle, au district de Matam, il a été constaté une nette amélioration de l’offre de services de planification familiale, grâce à la formation des prestataires de santé, et à la disponibilité des méthodes et produits contraceptifs. A cela s’ajoutent des journées de sensibilisation et de mobilisation sur la thématique dans les postes de santé. « Ce qui fait que nous avons actuellement un taux de recrutement qui avoisine 6 % pour 4 % de prévalence contraceptive au district de Matam. Les autres structures sanitaires de la région sont en train de faire les mêmes efforts. Et nous avons espoir que si nous continuons sur cette lancée, nous allons atteindre les 7 % fixés pour 2015 », souligne Mme Niang.

La sage-femme rappelle que l’objectif principal est que toutes les femmes de la région qui le désirent bénéficient de méthodes contraceptives. « C’est pour cette raison que nous offrons tous les services de planification familiale. Nous intervenons aussi dans la prise en charge des infections sexuellement transmissibles », soutient-elle, non sans signaler que les valeurs socioculturelles restent un frein à la planification familiale à Matam. Selon notre interlocutrice, des religieux, dans leurs interprétations, pensent que l’Islam interdit la planification familiale, poussant ainsi certains hommes à refuser à leurs épouses le droit d’utiliser des contraceptifs pour espacer leurs naissances. « Mais, avec la sensibilisation, certains grands marabouts l’ont accepté. Ils envoient même leurs épouses dans les structures de santé pour qu’elles fassent le planning. Ils ont pris conscience de l’importance de l’espacement des naissances », soutient la coordinatrice de la Santé de la reproduction à Matam.

E. KALY

Retour


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !