Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

MauriceMadagascar : Un paludisme d’un nouveau genre secoue les Tamataviens

L'Express | Maurice | 02/02/2006 | Lire l'article original

La ville de Toamasina est secouée depuis quelques jours par plusieurs cas de fièvre assez forte, qui résiste aux médicaments antipaludéens classiques. Avec la situation qui prévaut à la Réunion, des rumeurs d’épidémie de chikungunya se propagent créant une totale confusion.

La capitale du Betsimisaraka attire l’attention. Un accès palustre secoue la population. L’hôpital de la ville est bondé depuis quelques temps. “On fait face à une forte fièvre qui se manifeste différemment. Les malades résistent au traitement classique et aux antipaludiques qu’on leur donne et ne réagissent qu’au troisième jour après injection de quinine. Ils sont dans un état d’affaiblissement critique”, explique un docteur interne au sein de cet établissement hospitalier qui ajoute que, pour le moment, la seule consigne est de traiter la maladie comme étant un cas de forte fièvre.

“Je viens juste de sortir de l’hôpital où je suis restée quatre jours. Les médecins m’ont prescrit un traitement équivalent à celui du paludisme sans me donner plus de précision sur ma maladie. Plusieurs membres de ma famille en sont aussi atteints dont des enfants qui, heureusement, n’ont pas été hospitalisés”, témoigne Tema Martine, standardiste de l’hôpital.

Tous les ans, les saisons pluvieuses favorisent les maladies liées aux piqûres des moustiques à Toamasina. “Mais cette année, on enregistre plus de patients”, précise Dr Givence, médecin-chef.
Pour faire de la place, les responsables prescrivent des sérums pour les patients qui peuvent rentrer chez eux car les lits à l’hôpital sont tous occupés.

Aucun test effectué pour determiner la nature du mal

“Seul le prélèvement de l’Institut Pasteur peut nous confirmer la nature de la maladie. Les rumeurs circulant déjà dans la capitale de Betsimisaraka quant à l’existence de l’épidémie de chikungunya semblable à celle de la Réunion ne sont pas encore confirmées”, ajoute le responsable voulant écarter cette hypothèse.

Pour le moment, aucun prélèvement n’a été envoyé à cet institut. Mais une forte délégation ministérielle s’est rendue sur place depuis hier pour constater de visu la situation.

“Comme l’épidémie de chikungunya affecte cette île voisine, il est normal que les rumeurs gagnent du terrain. Si elles se confirment, l’existence de l’épidémie à Madagascar ne peut qu’être imputée aux services de liaison aérienne et maritime. Ces derniers ayant négligé la désinsectisation des lieux”, précise Dr Givence qui se pose des questions quant à la possibilité de transfert d’homme à homme de ce virus.

Aucune précision n’est sortie de la Direction des urgences et de la lutte contre les maladies transmissibles (DULMT) au sein du ministère de la Santé et du planning familial.

“On doit attendre le compte-rendu de la délégation envoyée sur place avant de prendre des décisions. Cela fait partie du processus à suivre pour toute apparition de cas de ce genre”, explique Dr Eliane Raelison, adjoint technique au sein du DULMT.

Mais la confusion est dans l’air. A Toamasina, on compte déjà des victimes alors que les autorités civiles et médicales ne prennent aucune mesure. “Ceux qui décèdent sont les personnes qui préfèrent l’automédication car, pour le moment, les médicaments sont encore suffisants au sein de notre hôpital”, conclut le médecin-chef. En revanche, les stocks en pharmacie commencent à s’épuiser.


Fanja Saholiarisoa

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !