Santé tropicale au Bénin - Le guide de la médecine et de la santé au Bénin


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Bénin > Revue de presse

Revue de presse

ONG Bénin santé sensibilise contre la rage : 3 millions de personnes menacées au Bénin - 01/10/2013 - Actu Bénin - BéninEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« Etats des lieux de la rage humaine au Bénin et sur sa prise en charge ». C’est autour de ce thème, que le Professeur Abdou Rahman Aguemon a échangé avec le public à l’occasion de la Journée internationale de la rage, vendredi 27 septembre 2013. Après une marche écourtée en raison de dame pluie, et une manifestation de sensibilisation au ministère de l’Agriculture, les membres de l’Ong Bénin santé se sont retrouvés à l’Infosec.

Dans sa communication, le Professeur Abdou Rahman Aguemon attiré l’attention des uns et des autres sur les ravages de la rage, une maladie inconnue, mais aux conséquences dangereuses incommensurables. La rage selon le médecin, est une zoonose, c’est –à-dire une maladie transmise par la morsure ou la griffure du chien, et parfois du singe et du chat. La rage déclarée, a-t-il insisté, est à 100% mortelle. Aujourd’hui au Bénin, les cibles les plus touchées par la maladie, ce sont les populations démunies et la couche enfantine. « La rage est une menace pour 3 millions d’habitants au Bénin, surtout dans la partie septentrionale. Quand un chien mord un homme, il faut que le chien soit conduit à un médecin vétérinaire, et la personne mordue vaccinée. Le virus porteur de la rage est un neurotrope, il emprunte les voies nerveuses pour se loger dans le cerveau », a déclaré le Professeur. Il n’y donc aucun autre recours efficace contre ce mal pernicieux. Les populations sont donc invitées dans tous les cas de figures suspects à se faire vacciner.

W.N

Lire l'article original

Plus d'articles Béninois - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

BéninSanté tropicale au Bénin
Le guide de la médecine et de la santé au Bénin


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !