Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO


Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !



Suivez-nous :



Numéros d'urgences

Numéros d'urgences Covid-19 pour chaque pays d'Afrique


Affiche prévention Covid-19 Bénin


Affiche prévention Covid-19 Sénégal


Affiche prévention Covid-19 Sénégal


Messages clés et actions pour la prévention et le contrôle de la COVID-19 dans les écoles

Lire le document (PDF UNICEF)


OMS Afrique - Faire face au stress durant la flambée de maladie à coronavirus COVID-19

Faire face au stress durant la flambée de maladie à coronavirus COVID-19


Tenez-vous au courant des dernières informations sur la flambée de COVID-19, disponibles sur le site Web de l'OMS et auprès des autorités de santé publique nationales et locales.



OMS Afrique - Questions-réponses

Qu'est-ce qu'un coronavirus ?

Les coronavirus forment une vaste famille de virus qui peuvent être pathogènes chez l'homme et chez l'animal. On sait que, chez l'être humain, plusieurs coronavirus peuvent entraîner des infections respiratoires dont les manifestations vont du simple rhume à des maladies plus graves comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le dernier coronavirus qui a été découvert est responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).


OMS Afrique - Conseils au grand public - En finir avec les idées reçues

Le virus de la COVID-19 peut se transmettre sous les climats chauds et humides

D'après les données dont on dispose jusqu'à présent, le virus de la COVID-19 peut se transmettre dans TOUTES LES RÉGIONS, y compris les zones chaudes et humides. Indépendamment du climat, prenez des mesures de protection si vous vivez ou si vous vous rendez dans une zone où il y a des cas de COVID-19. Le meilleur moyen de se protéger contre l'infection est de se laver souvent les mains. Le lavage des mains élimine les virus qui pourraient s'y trouver et évite qu'on ne soit contaminé en se touchant les yeux, le nez ou la bouche.


OMS Afrique - Conseils au grand public - Quand et comment utiliser un masque ?

  • Si vous êtes en bonne santé, vous ne devez utiliser un masque que si vous vous occupez d'une personne présumée infectée par le Covid-19 ;
  • Portez un masque si vous toussez ou éternuez ;
  • Le masque n'est efficace que s'il est associé à un lavage des mains fréquent avec une solution hydroalcoolique ou à l'eau et au savon ;
  • Si vous portez un masque, il est important que vous sachiez l'utiliser et l'éliminer correctement.



Dossier : Coronavirus COVID-19


ACTUALITES


Déclaration de l'OICS, de l'OMS et de l'ONUDC sur l'accès aux médicaments placés sous contrôle international pendant la pandémie de Covid-19 - OMS - Suisse - 14/08/2020

L'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) appellent les gouvernements à faire correspondre les achats et l'approvisionnement concernant les médicaments placés sous contrôle international aux besoins des patients atteints de la COVID-19 ou d'autres maladies.

Il faut garantir l'accès aux médicaments placés sous contrôle, par exemple les sédatifs et les analgésiques utilisés pour les intubations dans le cadre de la prise en charge des patients atteints de COVID-19. Les patients qui ne sont pas atteints de COVID-19 ont aussi besoin de médicaments placés sous contrôle pour la prise en charge de la douleur et les soins palliatifs, les soins chirurgicaux et l'anesthésie, les troubles mentaux et neurologiques, ainsi que pour le traitement des troubles liés à la consommation de drogues.

Il ne faut pas oublier les patients qui ont besoin de médicaments placés sous contrôle pour la prise en charge de ces maladies. Avant la pandémie de COVID-19, ces patients avaient déjà des difficultés à accéder aux médicaments placés sous contrôle. La pandémie de COVID-19 a entraîné de nouvelles interruptions de la chaîne d'approvisionnement en médicaments, et il ne faut surtout pas oublier ou négliger l'accès aux services de santé et aux médicaments essentiels pendant cette pandémie.

L'accès doit être équitable

Alors que la pandémie touche de plus en plus les pays où les ressources disponibles pour les infrastructures et les services de santé sont insuffisantes, il est impératif, du point de vue éthique, que toutes les personnes, dans tous les pays, puissent accéder aux médicaments essentiels, y compris les médicaments placés sous contrôle international.

Les gouvernements doivent veiller à ce que des médicaments placés sous contrôle international, de qualité garantie, soient disponibles en quantités suffisantes et abordables pour les personnes qui reçoivent des soins médicaux. Pendant toute la durée de la pandémie et une fois passée la phase aiguë de la surcharge qui pèse sur l'infrastructure de soins, les gouvernements doivent absolument coopérer pour qu'aucun pays, aucune région, aucun district, aucune ville ni aucun patient ne soit laissé pour compte. Les autorités nationales compétentes, les fabricants, les fournisseurs et les distributeurs jouent un rôle crucial en veillant à ce que les médicaments placés sous contrôle international nécessaires d'urgence pour des traitements médicaux soient disponibles à l'intérieur et au-delà des frontières nationales. La chaîne d'approvisionnement est le fondement de soins médicaux de qualité car, en l'absence d'approvisionnement en articles nécessaires, y compris les médicaments essentiels placés sous contrôle, les patients souffriront.

Solutions pour éliminer les obstacles

Il est rappelé aux gouvernements que, dans les situations d'urgence aiguë, il est possible, en vertu des conventions internationales relatives au contrôle des drogues, d'appliquer des procédures de contrôle simplifiées pour l'exportation, le transport et la fourniture de produits à usage médical contenant des substances placées sous contrôle, en particulier dans les cas où les autorités compétentes des pays importateurs ne peuvent pas mettre en oeuvre toutes leurs capacités. Les autorités nationales compétentes peuvent autoriser l'exportation de médicaments contenant des stupéfiants et/ou des substances psychotropes vers les zones touchées, même en l'absence des autorisations et/ou des cotations correspondantes pour l'importation.

Il n'est pas nécessaire d'inclure les livraisons urgentes dans les cotations concernant les pays destinataires touchés par des situations d'urgence. Dans la mesure du possible, les autorités nationales compétentes sont également encouragées à délivrer des autorisations électroniques d'importation et d'exportation à l'aide du Système international d'autorisation des importations et des exportations (I2ES) de l'OICS et du Système électronique d'échange de notifications préalables à l'exportation (PEN Online) et à indiquer les mesures d'urgence connexes dans le forum prévu à cet effet.

Les pays doivent assouplir les restrictions relatives aux transports appliquées dans le cadre de la COVID-19 pour les médicaments placés sous contrôle et envisager de produire localement lorsque cela est possible, afin de faire face aux pics de demande liés à la COVID-19.

Pour aider les pays qui s'efforcent de trouver des solutions au manque de médicaments placés sous contrôle et aux difficultés pour y accéder, les 3 organisations proposent les documents d'assistance technique et d'appui suivants :

  • Les pays sont invités à se référer au Guide sur l'évaluation des besoins de substances placées sous contrôle international établi par l'Office international de contrôle des stupéfiants et l'Organisation mondiale de la Santé à l'intention des autorités nationales compétentes ;
  • Les pays sont invités à se référer au module pratique de l'OMS sur la prise en charge clinique des infections respiratoires aiguës sévères, qui présente des conseils sur l'utilisation des médicaments placés sous contrôle pour le traitement des patients atteints de la COVID-19 ;
  • Il est également conseillé aux pays d'utiliser les orientations opérationnelles de l'OMS pour maintenir les services essentiels pendant une flambée épidémique afin de pouvoir faire face à la pandémie de COVID-19 tout en maintenant les services de santé essentiels et l'approvisionnement en médicaments nécessaires pour le traitement d'autres pathologies ;
  • Les pays sont invités à se référer à des orientations normatives telles que la Liste OMS des médicaments essentiels et les lignes directrices pour la prise en charge pharmacologique et la radiothérapie de la douleur cancéreuse chez l'adulte et l'adolescent ;
  • Il est également conseillé aux pays de consulter et d'utiliser les stratégies présentées dans le guide technique de de l'ONUDC sur l'élargissement de l'accès et de la disponibilité concernant les médicaments placés sous contrôle, établi en collaboration avec des experts, des partenaires de la société civile et d'autres partenaires internationaux ;
  • Dans le cadre du Programme mondial commun ONUDC-OMS-UICC, les pays sont invités à demander à l'ONUDC et à l'OMS une assistance et un appui techniques au niveau national, impliquant également des partenaires de la société civile.

Conclusions

Le travail des médecins, du personnel infirmier et des professionnels de la santé en général, qui fournissent des traitements et prodiguent des soins aux personnes, y compris aux plus vulnérables, doit être soutenu et des médicaments sûrs et efficaces doivent toujours être disponibles, accessibles et abordables pour les personnes qui en ont besoin.

L'OICS, l'OMS et l'ONUDC sont déterminés à poursuivre leur collaboration pour résoudre ce problème crucial et, ensemble, ils redoubleront d'efforts pour coopérer avec d'autres partenaires et intensifier la sensibilisation et l'assistance technique aux pays en vue d'améliorer l'accès aux médicaments placés sous contrôle pendant la pandémie de COVID-19 et de lever autant que possible les obstacles afin que les patients atteints de COVID-19 ou d'autres maladies qui ont besoin de médicaments placés sous contrôle international y aient accès.

Lire l'article original

Consulter toutes les actualités



Formation - MOOC

MOOC : COVID-19 et soins critiques - Informations et inscriptions

Dans le contexte épidémiologique actuel et l'afflux important de patients présentant une atteinte respiratoire grave liée au SARS-CoV-2 (COVID-19), il est nécessaire de disposer d'outils de formation accélérée à la prise en charge de la défaillance respiratoire chez ces patients afin de rendre opérationnel un maximum de professionnels de santé.
C'est tout l'objet de ce cours qui se présente sous forme d'un « mini MOOC » qui nécessite 2 heures d'investissement au maximum. Plus d'informations



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !