Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Journée mondiale de lutte contre le paludisme : Dr Allah Kouadio Remi révèle : " 90 milliards de FCFA seront investis dans la lutte contre le paludisme" - 11/05/2009 - Le patriote - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Contrairement au VIH/Sida, le Paludisme demeure la première cause de morbidité, de mortalité hospitalière en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, le ministère de la santé et de l’Hygiène publique, Dr. Allah Kouadio Remi a sonné hier à Sikensi le tocsin de la mobilisation contre cette maladie. C’était au cours de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le paludisme. « Vaincre le paludisme, c’est lutter pour moins de souffrance, c’est éviter la pauvreté, limiter les décès occasionnels et célébrer la vie », a-t-il indiqué.

Selon lui, l’année 2010 sera l’étape charnière pour la mise en œuvre d’intervention clé dans la lutte contre cette maladie. «Dans deux ans, 90 milliards de FCFA seront investis dans la lutte contre le paludisme », a révélé Dr. Allah Kouadio Remi. Cette somme sera mise à la disposition de la Côte d’Ivoire par le Fonds mondial de lutte contre le paludisme. Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a ensuite exhorté toute la population à se mobiliser contre ce fléau. « Chacun à son niveau, quelque soit son rang social, doit agir », a poursuivi Dr. Allah Kouadio, avant d’ajouter que 800 000 moustiquaires imprégnées ont été distribués l’an dernier en Côte d’Ivoire, dont 30 000 dans le département de Sikensi. L’objectif de la lutte est, à ses yeux, la protection effective des enfants contre le paludisme. « Il faut utiliser ces moustiquaires et dormir tous les jours dessous », a conclu Dr. Allah Kouadio. Peu avant, le Représentant résident de l’OMS en Côte d’Ivoire, Dr. Komla Siamevi, avait rappelé que, selon le rapport sur le paludisme dans le monde en 2008, « 86 % des 247 millions de cas de paludisme annuels estimés dans le monde et 91 % des décès dus à cette maladie se localisent encore dans la région africaine ».

Selon lui, le paludisme décime près d’un million de personnes chaque année et en affecte jusqu’à 500 millions d’âmes dans 109 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine. « Un enfant meurt du paludisme toutes les 30 secondes de par le monde », a-t-il averti. Dr Komla Siamevi a, par ailleurs, remarqué que les deux années à venir représentent une véritable occasion à saisir pour préserver au moins un million de vies grâce à l’approvisionnement rapide en dispositifs antipaludiques tels que la moustiquaire imprégnée d’insecticide, les tests de diagnostic, les médicaments antipaludiques et les pulvérisations intra-domiciliaires d’insecticides. L’objectif visé est, selon lui, de faire disparaître la mortalité due au paludisme d’ici 2015. De son côté, M. Raoul Coti, représentant résident de l’UNICEF, a remarqué que son institution a distribué, de 2008 à ce jour, 2 millions de moustiquaires imprégnées en Côte d’Ivoire et 11 millions de comprimés pour le traitement préventif de la femme enceinte.

Tout en soulignant que le paludisme est l’une des premières causes de mortalité infantile et juvénile, M. Coti a conseillé aux parents de faire dormir les enfants sous les moustiquaires imprégnées. Maire de Sikensi, M. Faustin Abo s’est réjoui de la célébration de cette journée mondiale de lutte contre le paludisme dans sa commune, en relevant au passage que « par ignorance, manque d’informations, de communication, nous négligeons le paludisme ». Chez nous, cette célébration était placée sous le thème « vaincre le paludisme : le compte à rebours est lancé ». Elle a été marquée par une remise de moustiquaires à des femmes enceintes et à des mères de famille. On retiendra également que l’OMS a offert, via son Représentant résident, 200 moustiquaires imprégnées à la maternité de Sikensi. De même, on se souviendra des conseils d’usage pour éviter le paludisme, donnés par le chef central de Sikensi, l’Imam Diaby Moustapha de la Mosquée de Sikensi, l’abbé Yves Kré et par une mère de famille.

Y. Sangaré, envoyé spécial

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !