retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Mai 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Publications scientifiques

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 6704 - Avril 2020 - pages 193-201

Contacter Madame Kanga Sita N'zoue Effets néphrotoxiques des plantes médicinales en Côte d’Ivoirenote

Auteurs : K.S. N’zoue, N.M. Kouame, B.M.S. Yobo, M. Kamagate, H. Die-Kakou, D. Nguessan - Côte d'Ivoire


Résumé

Introduction : La population mondiale, particulièrement celle des pays pauvres, a recours à la phytothérapie pour leurs soins de base. Cependant, certaines plantes ont des effets toxiques. L’objectif était d’évaluer les effets rénaux pharmacodynamiques bénéfique et de tolérance des plantes médicinales afin de prévenir leurs impacts délétères.
Matériel et méthodes : Il s’agissait d’une revue bibliographique portant sur les effets bénéfiques ou néfastes des plantes médicinales sur les reins qui a porté sur les articles publiés de janvier 1996 à octobre 2016 (10 ans).
Résultats : Nous avons inclus les articles disponibles sur internet (Pubmed, google scholar, Elsevier) et dans les bibliothèques universitaires de l’université Félix Houphouët Boigny, sans distinction d’origine ni de langue de rédaction. Nous avons recensé 31 espèces reparties en 28 familles dont les Fabaceaes et les Lithraceae étaient les plus citées. Quarante-quatre pourcent des plantes avaient causées une hypercréatininémie et 26% une toxicité du parenchyme rénal. Il s’agissait principalement Aloe vera, Archidendron pacijlorium, Aristoloche pistoloche, Artemisia ahsinthium. Crocus sativus, Euphorbia paralias.
Conclusion : La phytothérapie incontournable dans nos sociétés émergentes, semble peu cadrer ; ce qui pourrait exposer nos populations à de nombreux effets indésirables surtout rénaux souvent irréversibles. Des mesures en vue d’améliorer, d’évaluer et de canaliser la pratique de la phytothérapie devraient être entreprises.

Summary
Nephrotoxic effects of medicinal plants in Ivory Coast

Introduction: The world’s population, especially those in poor countries, uses herbal medicine for their basic care. However, some plants have toxic effects. The objective was to evaluate the beneficial pharmacodynamic renal effects and tolerance of medicinal plants in order to prevent their deleterious impacts.
Material and methods: It was a bibliographic review of the beneficial and/or harmful effects of medicinal plants on the kidneys on articles published between January 1996 and October 2016 (10 years). We have included the articles available on the internet (Pubmed, google scholar, Elsevier) and in the university libraries of the university Felix Houphouet Boigny, without distinction of origin or language of writing.
Results: We counted 31 species divided into 28 families, of which Fabaceaes and Lithraceae were the most cited. Forty-four percent of the plants caused hypercreatinemia and 26% renal parenchymal toxicity. It was mainly Aloe vera, Archidendron pacijlorium, pistoloche Aristoloche, Artemisia ahsinthium, Crocus sativus, Euphorbia paralias.
Conclusion: Phytotherapy, which is unavoidable in our emerging societies, seems to fit little; This could expose our populations to many adverse effects, especially renal, which are often irreversible. Measures to improve, evaluate and channel the practice of herbal medicine should be undertaken.

Cet article est actuellement coté note (2,3 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
Il a été consulté 1288 fois, téléchargé 7 fois et évalué 3 fois.  Aucun commentaire n'a encore été ajouté à propos de cet article

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains



X

Bonjour, vous pouvez acheter cet article à l'unité dans le kiosque APIDPM.




CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !