retour Santé tropicale Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Partenariat Strides - 4ème conférence de l'Académie Africaine de Neurologie - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Revue de presse de santé tropicale

Trier les actualités par :

Lutte anti-tabac au Bénin et en Afrique de l’Ouest : “Les recettes du tabac sont détruites par l’investissement dans les maladies“ dixit Inoussa Saouna

acotonou.com | Bénin | 25/03/2023 | Lire l'article original

La lutte contre le tabac au Bénin et dans la plupart des pays de l’Afrique de l’ouest peine à porter ses fruits. Dans un entretien exclusif accordé à votre journal, Inoussa Saouna, secrétaire permanent de l’Observatoire de lutte contre le tabac en Afrique francophone (Otaf) et président de SOS tabagisme Niger, évoque les faiblesses de la lutte anti-tabac. Membre du Conseil d’administration de l’Alliance contre le tabac en Afrique, il avoue que les recettes du tabac sont détruites par l’investissement dans les maladies.

Inoussa Saouna, quel intérêt ont les Etats à autoriser la commercialisation du tabac ?

C’est un produit légal, en vente légale sur le plan international. C’est un produit de consommation d’une large gamme de la population. Donc en termes de profit, les Etats se retrouvent dans la fiscalité. Mais, c’est une recette complétement détruite par l’investissement qui sera fait par les personnes qui seront atteintes par les maladies liées au tabac. D’où la nécessité d’avoir des restrictions pour réduire cette consommation.

Si le tabac est un produit légal, pourquoi alors le combattre ?

Parce que sa consommation entraîne des grosses conséquences. Prenons l’exemple de la vente des armes, elle est légale mais on sait bien que ça tue les gens. Mais il y a une réglementation pour que les armes ne soient pas disponibles à tout le monde parce qu’on connait ses conséquences. Et pour nous autres, on considère la cigarette comme étant une arme de destruction massive.

Inoussa Saouna, depuis des années, vous vous êtes engagé dans cette lutte contre le tabagisme en Afrique. Les lignes semblent bouger à peine. Quelles sont, selon vous, les faiblesses de la lutte ?

En termes de faiblesses sur le dispositif, ce qu’on peut constater, c’est de deux ordres. Premièrement, c’est la question du manque d’engagement des autorités politiques pour appliquer les textes réglementaires et législatifs dont les pays se sont dotés. Deuxième facteur, toujours d’ordre politique, c’est le manque de financement. Quand je parle de financement national, c’est-à-dire la question du tabac dans nos pays en Afrique de l’ouest est toujours négligée sur le plan budgétaire même au sein du ministère de la santé publique. Voilà de mon point de vue, les deux facteurs qui plombent aujourd’hui les actions. C’est devenu pratiquement une activité des organisations de la société civile. Alors qu’elle relève bien de la santé publique donc de la santé des populations. Ça devrait être pris en charge au même titre que les autres maladies notamment les maladies transmissibles…

Vous avez souligné un aspect important. L’arsenal juridique dont dispose les pays pour mener efficacement la lutte anti-tabac. Que retenir des textes en la matière ?

Vous savez depuis 2003, l’Organisation mondiale de la santé a fait adopter la convention-cadre internationale pour la santé, la lutte contre le tabac. C’est la première convention internationale en matière de santé publique et la plupart de nos pays l’ont ratifiée. Et pour domestiquer cette convention, les Etats ont eu à adopter des lois ou des règlements à travers des décrets qui prennent en charge les grandes orientations de cette convention. Donc l’objectif est la limitation de la consommation du tabac notamment chez les populations plus jeunes et les plus pauvres. Ceci, à travers l’interdiction de fumer dans les lieux publics, l’interdiction totale de la publicité et plusieurs autres mesures fiscales tendant à créer une réduction drastique de la consommation du tabac. Malheureusement, ces dispositions sont mitigées, leur application reste mitigée et c’est du fait du politique.

Ne pensez-vous pas qu’au regard du caractère nocif des produits du tabac, il urge de passer à l’interdiction de la commercialisation et de la consommation du tabac ?

Lire la suite sur le site acotonou.com

Tous les articles

Partenariat Strides - 4ème conférence de l'Académie Africaine de Neurologie - Plus d'informations

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale. Inscriptions


Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit

img_produit
Téléchargez hearWHO - Pour vérifier l'audition !

img_produit

Vidéo formation

Espace formation Pierre Fabre

vig_webinar15
Prise en charge du paludisme en ASS : Place de la DHA – PQP - Pr Issaka SAGARA et Pr Mahamadou A THERA

encart_diam_cooper
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !