Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine du Maghreb - Revue médicale internationale Maghrébine - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

MadagascarMaurice - La médecine, moteur de l’économie

L'express de Madagascar | Madagascar | 30/01/2006 | Lire l'article original

Le Dr Paratian, directeur médical de Strade Consultants, et le DrJaganathen, promoteurs du projet.
Ce n’est un secret pour personne. Les secteurs sucre et textile s’essoufflent. Vers quel nouveau créneau Maurice devra-t-elle se tourner à l’avenir ? La réponse est la recherche clinique.


“On a un besoin urgent de changer d’attitude afin de contrecarrer le marasme économique. Nous devrons utiliser tous nos atouts pour faire de Maurice un Multidisciplinary Centre for Excellence.” Celui qui parle ainsi s’appelle le Dr Uvarajen Paratian, directeur médical de Strade Consultants. Avec son collègue, le Dr Jensen Jaganathen, directeur scientifique, il souhaite apporter son expertise dans le domaine biomédical et la recherche pharmaceutique en créant une Contract Research Organisation (CRO).
Leur projet cadre avec la stratégie gouvernementale de diversifier la base industrielle et d’attirer de nouveaux investisseurs. Dans cette optique, Enterprise Mauritius avait organisé des rencontres avec différents partenaires, notamment des institutions publiques, des médecins et des chercheurs sur le développement d’activités économiques à Maurice autour des recherches cliniques, de traitements de données ainsi que l’exportation des produits phyto-pharmaceutiques.

De nouveaux métiers seront créés

Les docteurs Paratian et Jaganathen, qui ont travaillé plusieurs années dans le domaine biomédical en France, sont très enthousiastes. “ Notre exposure en Europe nous rapporte aujourd’hui quelque chose. Nous pourrons encourager les gros laboratoires à venir délocaliser leurs études cliniques ici. C’est un secteur qu’il faudra développer et c’est l’occasion de le faire. De nouveaux métiers seront créés ”, explique le Dr Paratian.
La recherche clinique comporte quatre phases. Après avoir trouvé une molécule, elle doit être testée sur un volontaire sain pour voir quels peuvent être les effets secondaires. Durant la phase deux, la molécule est testée sur le malade à l’hôpital et en phase trois, ce sont 500 patients qui sont concernés par le test. Ces derniers ne sont cependant pas hospitalisés. L’autorisation de mise sur le marché est obtenue à la fin de cette phase. En dernière phase, lorsqu’on a démontré l’innocuité du médicament, ce dernier est testé à une échelle internationale.
Un comité d’éthique servira de garde-fou contre les abus. Les termes vivisection et cobaye sont bannis de la recherche clinique, assurent nos interlocuteurs. Les retombées en terme de nouvelles connaissances, de formation des médecins et des infirmiers ainsi que d’acquisition de nouveaux matériels médicaux sont importantes. Les grands laboratoires ont tout à gagner. Maurice a une population multiethnique, possède de bonnes liaisons aériennes et une télécommunication efficace. “Une étude qui prend six mois en France peut prendre la moitié du temps ici, étant donné la petitesse de l’île. Pour les laboratoires, c’est un aspect non négligeable, car chaque jour de perdu, représente beaucoup d’argent”, souligne Jensen Jaganathen.

La fabrication des médicaments et des médicaments génériques dans des usines aux normes mondiales est aussi sérieusement envisagée. En attendant, la mise en œuvre du cadre légal nécessaire au projet ainsi que la création d’un comité d’éthique et d’un laboratoire de pharmacovigilance, nos deux scientifiques trépignent d’impatience.

Bindu Boyjoo

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !