Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le VIH/Sida : veiller à une baisse de la séroprévalence - 09/04/2010 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les membres du Comité ministériel de lutte contre le VIH/Sida ont tenu une rencontre le mercredi 7 avril à Ouagadougou, au cours de laquelle ils ont plaidé pour l’engagement des plus hautes autorités du pays à éradiquer ce fléau. L’épidémie du Sida continue de faire des victimes au sein de la population burkinabè. Les acteurs impliqués dans la lutte contre ce fléau ont tenu une rencontre de plaidoyer en faveur de l’éradication du mal le mercredi 7 avril à Ouagadougou. Avec un taux de séroprévalence de 1,6%, le Burkina Faso doit fournir encore d’énormes efforts pour le maintenir à la baisse. Selon le coordonnateur du CMLS, Zoumana Traoré, les résultats de la riposte sont encourageants, mais pas suffisants.

"En matière de VIH/Sida, il ne faut jamais relâcher, parce que la maladie peut rebondir. Donc, il faut maintenir la garde", a-t-il prévenu. L’objectif de l’atelier même consistait à interpeller les participants à sensibiliser leur entourage afin que chaque citoyen adopte un comportement responsable vis-à-vis du Sida. Déjà dans les villages, des campagnes de sensibilisation sont menées à travers des causeries-débats, des projections de films, etc.

Cependant, M. Traoré a déploré la persistance de pratiques culturelles néfastes qu’il convient de condamner, car elles contribuent à la dissémination de la maladie. Il y a entre autres, le lévirat et le sororat. Mais de plus en plus, a indiqué le coordonnateur du CMLS, la population commence à s’abstenir de ces pratiques. Ont pris part à ce séminaire, les directeurs centraux, les membres du CMLS, les directeurs généraux des structures rattachées, les directeurs généraux et des représentants des téléphonies mobiles.

Ouamtinga Michel ILBOUDO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !