Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

« Chacun d'entre nous a mal à la tête au moins une fois au cours de l'année. Il peut prendre différentes formes et durer de quelques heures à quelques jours. Les maux de tête les plus fréquents sont les céphalées de tension et la migraine. Les femmes ont plus souvent mal à la tête que les hommes. Les causes des maux de tête sont généralement sans gravité mais peuvent plus rarement être un symptôme d'une autre maladie plus sérieuse. »

Quels sont mes symptômes ?

Comment soulager ma douleur ?

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique pour savoir comment :

  • Identifier le mal en fonction de vos symptômes ;
  • vous soulager efficacement et rapidement ;
  • diminuer les risques de le subir à l'avenir.

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Situation de la méningite : 816 cas suspects dont 82 décès - 04/03/2014 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre de la Santé a animé une conférence de presse, le lundi 3 mars 2014. Avec les journalistes, Léné Sébgo et ses collaborateurs ont échangé sur la méningite et la rougeole, deux maladies à potentiel épidémique. Au cours des huit premières semaines de l’année 2014, le Burkina Faso a enregistré 816 cas de méningite dont 82 décès. C’est ce qui a été révélé au cours de la conférence de presse tenue par le ministère de la Santé, le lundi 3 mars 2014 à Ouagadougou.

Les districts sanitaires de Houndé, dans la province du Tuy, et de Boussé dans le Kourwéogo, qui, selon le ministre de la Santé, ont franchi le seuil d’alerte de 5 cas pour 100 000 habitants. Dans ces deux districts, le pneumocoque est le germe prédominant, selon les laboratoires. « En somme, la situation épidémiologique n’est pas inquiétante », a rassuré Léné Sébgo. Même s’il reconnaît que les mesures de prévention doivent être renforcées tant au niveau individuel que collectif. Il a, par ailleurs, rappelé que la méningite est une inflammation des méninges et elle peut être d’origine bactérienne ou virale. C’est une maladie grave pouvant conduire à la mort. Le germe le plus répandu est le méningocoque ou Nesseria meningitidis, un germe spécifiquement humain.

Selon le ministre et ses collaborateurs, les épidémies de méningite frappent lourdement l’Afrique subsaharienne, connue pour être « la ceinture de la méningite », une zone qui va du Sénégal à l’Ethiopie. Et dans les pays sahéliens comme le Burkina Faso, la période propice va de décembre à juin. Face à la persistance des épidémies de méningite dues au Nesseria meningitidis (NmA), le gouvernement burkinabè en 2010, avec l’appui de l’OMS, a organisé une campagne de vaccination préventive de masse avec le vaccin conjugué. A entendre le ministre de la Santé, le pays n’a plus enregistré de cas de méningite NmA. Pour faire face à une éventuelle épidémie de méningite cette année, le gouvernement a adopté en conseil des ministres, le 18 septembre 2013, un plan de préparation de riposte. D’un coût global de 2 milliards 441 millions de F CFA, ce plan vise les axes de contrôle de la maladie à travers le renforcement de la surveillance épidémiologique, l’amélioration des capacités des laboratoires ainsi que de la prise en charge des cas. Après la méningite, le ministre de la Santé et ses collaborateurs ont fait le point de la situation épidémiologique de la rougeole de la première à la huitième semaine de l’année 2014, c’est-à-dire, du 1er janvier au 23 février. A ce sujet, le ministre a souligné trois foyers suspects dont un dans le district sanitaire de Diapaga, avec 437 cas dont 2 décès. Dans le district sanitaire de Bittou, 48 cas avec zéro décès ont été identifiés. Toujours selon le ministre, le 3e foyer a été découvert dans le district sanitaire de Pouytenga, avec 22 cas sans décès. La rougeole est une maladie éruptive d’origine virale, transmise par voie aérienne d’une personne à l’autre à travers les gouttelettes contaminées en suspension dans l’air. En vue d’établir les caractéristiques essentielles des différents foyers épidémiques, des investigations se poursuivent sur le terrain.

Mariam OUEDRAOGO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !