Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Mutilations génitales féminines: des pratiques à couper…court - 08/02/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre de la Promotion de la femme et de la Famille a rencontré hier l’une des communautés où les excisions ont encore pignon sur rue. Mutilations génitales féminines ! Au Cameroun, beaucoup en parlent, mais très peu réussissent souvent à mettre une ou des images derrière ces pratiques. Pourtant dans les régions de l’Extrême-Nord, du Sud-Ouest, de l’Est et dans certaines grandes villes de notre pays, des femmes les vivent dans la douleur. En moyenne 1,4% de la population féminine. Et quoi de plus parlant alors que des images fortes et des témoignages de victimes pour faire comprendre à ceux qui sont encore réfractaires à la lutte, qu’il est grand temps que le phénomène cesse.

Dans le cadre de la 4e journée de la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines (MGF), des projections de ces pratiques ont eu lieu hier. C’était à l’occasion d’une concertation entre Marie-Thérèse Abena, ministre de la Promotion de la femme et de la Famille, avec les autorités traditionnelles et religieuses de la Briqueterie, quartier de Yaoundé où le phénomène est assez ancré. L’objectif étant de renforcer les liens entre le gouvernement et la société civile pour définitivement barrer la voie à ces pratiques traditionnelles ayant des conséquences sur la santé physique et psychique de la femme. Il a d’ailleurs été question d’un plan national de lutte qui comprend entre autres, la protection et la prise en charge des victimes, la prévention pour éviter la naissance de nouveaux foyers de mutilations et la sensibilisation de masse.

Selon des associations, ce sont les mamans elles-mêmes qui conduisent leurs fillettes chez les exciseurs. Et pour certaines femmes, il n’y a plus de risques depuis que les praticiens ont modernisé leurs méthodes. « Maintenant, ils stérilisent le matériel et c’est comme à l’hôpital », lance une habitante de la Briqueterie. D’où la crainte du Minproff de voir les MGF s’installer dans les formations sanitaires. A terme, Marie-Thérèse a invité les « wanzam, (exciseurs), à se débarrasser véritablement de leurs couteaux. Un comité local de lutte contre les MGF sera mis en place à Yaoundé II dans les prochains jours.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !