Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Cataracte : on opère à vil prix au CHU - 04/03/2008 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une campagne de chirurgie de cette pathologie ouverte hier au Centre hospitalier universitaire de Yaoundé. Depuis hier matin, le service d’ophtalmologie du centre hospitalier universitaire de Yaoundé grouille de monde. C’est à l’effet de se faire dépister et si nécessaire se faire opérer de la cataracte. Cette maladie du cristallin, responsable d’un aveuglement sur deux, touche à majorité les personnes de plus de 50 ans. Mais elle peut survenir chez l’enfant dès la naissance, après un traumatisme de l’œil ou la prise de certains médicaments.

Si la pathologie touche des centaines de milliers de Camerounais, mais seul un patient sur dix atteint de la maladie a accès à la chirurgie. D’où la campagne actuellement en cours.

Selon le Dr Blaise Noa Noatina, coordonnateur adjoint du Programme national de lutte contre la cécité, le déficit de traitement de la cataracte est dû au manque de centres de chirurgie spécialisés, au manque de matériel ou de consommables. « Les compresses, les fils, les produits d’anesthésie pour la chirurgie de l’œil ne sont pas disponibles partout », explique le Dr Noa. Et la chirurgie est le seul moyen de guérir la cataracte. « Il n’y a pas de traitement médicamenteux pour cette pathologie. Et même le laser n’y peut vraiment rien », observe l’ophtalmologiste.

La présente campagne, première du genre à Yaoundé, court jusqu’au 8 mars prochain. Les malades, dont les plus nombreux ont été sélectionnés dans six districts de santé de la province du Centre, n’auront que 5000 F Cfa à débourser pour recouvrer leur vue. Cette campagne, qui permettra d’opérer cent patients, étant subventionnée sur fonds PPTE. Son but est de favoriser l’accès de ces soins aux plus démunis. Pour le premier jour, vingt cinq personnes ont déjà été conduites au bloc opératoire. Depuis trois ans, deux mille cas de chirurgie de la cataracte sont ainsi subventionnés par le ministère de la Santé publique. « Cependant, ceux qui n’auront pas pu se faire opérer durant cette campagne devront se rapprocher des centres subventionnés afin de recevoir leur traitement », a tenu à rappeler le Dr Blaise Noa Noatina. Et ils sont 20, disséminés sur l’ensemble du territoire national.

Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !