Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Poliomyélite : la campagne de vaccination commence vendredi - 03/04/2008 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les autorités sanitaires appellent les parents du Littoral, du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord à faire vacciner leurs enfants. Le 26 mars dernier, le gouverneur de la province du Littoral annonçait qu’un cas de poliomyélite avait été détecté dans la ville de Douala, précisément à l’hôpital de district de New-Bell. La nouvelle, qui avait été jusque là gardée secrète avant sa diffusion dans les médias audiovisuels, ajoutait par ailleurs qu’une campagne de vaccination gratuite serait organisée suite à cette découverte.

Le lendemain jeudi 27 mars, des notes de services signés par le docteur Justine Fodjo Madomchom, chef de service de l’hôpital de district de New-Bell, informaient le public et le service du personnel de la tenue de cette campagne "les 4, 5 et 6 avril prochains". A l’origine de cette histoire, un petit garçon âgé de 6ans qui avait été admis à l’hôpital le 26 novembre 2007, présentant des signes cliniques alarmants. L’enfant, malade depuis le 18 novembre 2007, était grippé et disait avoir mal au dos.

Les résultats des examens faits sur le petit Loïc D. révéleront qu’il souffre de poliomyélite, la forme la plus "sauvage du virus". Ces résultats seront confirmés le 29 février 2008 par le laboratoire de Johannesburg en Afrique du sud. L’enfant, chez qui on a découvert trois variétés de virus, est décédé mardi 1er avril dernier. Pour stopper la propagation rapide du virus à Douala et ses environs, une campagne de riposte sera organisée dès vendredi 4 avril dans toute la province du Littoral, mais aussi dans celles du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord.

En effet, du fait de la proximité entre la province du Sud-Ouest et du Littoral où le cas a été détecté, mais aussi de la situation géographique de l’Extrême-Nord avec le Nigeria et le Tchad, avec notamment la présence des réfugiés tchadiens sur notre sol, le ministère de la Santé publique (Minsanté) a décidé de faire également vacciner les enfants dans cette région, à "titre préventif". Une mesure qui n’est pas à prendre à la légère quand on sait que les virus qui circulent au Cameroun viennent du Nigeria et du Tchad.

Par ailleurs, la typologie du virus observé chez le petit Loïc a montré que celui-ci était venu de N’Djamena où 20 cas de poliomyélite ont été signalés ces derniers temps. Ainsi, 572.417 enfants dans le Littoral, 306.418 dans le Sud-Ouest et 1.036.614 dans l’Extrême-Nord, soit 1.915.448 enfants de 0-5ans seront vaccinés lors de cette première phase de vaccination gratuite qui s’achève le 6 avril prochain, la deuxième phase étant prévue du 9 au 11 mai.

Au cours de cette campagne, les équipes de vaccination passeront dans les domiciles afin d’administrer le vaccin aux enfants. Chaque enfant recevra ainsi deux gouttes de vaccin dans la bouche à chaque phase de vaccination. Selon le Programme élargi de vaccination (Pev), un vaccin monovalent, "plus efficace et plus homogène" sera administré aux enfants de l’Extrême-Nord, tandis qu’un vaccin trivalent (trois types de polio) sera administré à ceux du Littoral et du Sud-Ouest.

D’après les statistiques du Minsanté, le Cameroun a enregistré "42% de réduction du nombre de districts infectés" entre 2005 et 2007, soit 198 cas de paralysie détectés en 2007 dans les 10 provinces, dont un cas a été confirmé à New-Bell. La découverte de ce cas de poliomyélite sauvage dans la province du Littoral vient remettre à l’ordre du jour une maladie qu’on croyait avoir éradiquée.

Quand on sait qu’il n’existe pas de traitement approprié pour vaincre cette maladie et que seules les vaccinations permettent de la prévenir, on déplore l’absence l’année dernière des Journées nationales de vaccination (Jnv) qui n’ont pas permis à des millions d’enfants de recevoir le vaccin contre la poliomyélite, une maladie contagieuse causée par un virus qui s’attaque surtout aux membres de l’enfant, entraînant la paralysie.

Patricia Ngo Ngouem (Stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !