Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Les tradipraticiens attendent une prescription - 01/09/2008 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ephraïm Inoni a présidé une conférence africaine sur la médecine traditionnelle hier à Yaoundé. Justin Blaise Akono " En acceptant d'accueillir cette conférence, le Cameroun soutient la mise en œuvre de la décade sur la médecine traditionnelle ". Ainsi parlait hier dimanche au Palais des congrès de Yaoundé le premier ministre camerounais Ephraïm Inoni. C'était lors de la conférence sur la revue à mi-parcours de la décade de la médecine traditionnelle africaine (2001-2010). Conférence qui coïncide avec la sixième journée africaine de ce type de médecine dont le thème porte sur " le rôle des tradipraticiens de santé dans les soins de santé primaire ".

A cet effet, le directeur régional de l'organisation mondiale de la santé (Oms) pour la région Afrique, Louis Sambo a souhaité que la médecine traditionnelle soit incluse dans les systèmes de santé nationaux. " Elle doit être reconnue, promue, développée et institutionnalisée pour le bénéfice de la santé publique ", a-t-il souligné. Comme si le premier ministre et lui s'étaient passé le mot, Ephraïm Inoni a ajouté que ceci servirait à lutter contre des maladies telles que le paludisme, le VIH-Sida, la tuberculose et les infections opportunes. Selon lui, le Cameroun a déjà enregistré des avancées tant sur le plan institutionnel que technique en ce qui concerne cette médecine.

Notamment l'organisation de nombreux ateliers de sensibilisation, un plan de communication, la création en 2002 d'un service des prestations socio-sanitaires traditionnelles chargé du suivi des activités y afférentes au ministère de la Santé publique, l'élaboration d'une stratégie pour la période 2006- 2010. " Un projet de loi portant reconnaissance de la médecine traditionnelle au Cameroun sera bientôt élaboré ", a annoncé Ephraïm Inoni. Le premier draft du projet de loi organisant l'exercice de la médecine traditionnelle au Cameroun a été élaboré en 2005.

L'Oms estime à 80% des populations rurales vivant dans les pays en développement tributaires de la médecine traditionnelle pour leurs besoins primaires de santé. L'Oms définit la médecine traditionnelle comme l'ensemble des connaissances et des pratiques, explicables ou non, utilisées pour diagnostiquer, prévenir ou éliminer des maladies physiques, mentales ou sociales, et qui peuvent se fonder exclusivement sur une expérience et des observations passées transmises de génération en génération. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la directrice des affaires sociales de l'Union africaine a souhaité que cette médecine traditionnelle soit protégée par la propriété intellectuelle.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !