Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Le ministère de la Santé lance le traitement gratuit du paludisme grave - 06/03/2010 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Cette information est la toile de fond du point de presse animé le samedi 6 mars par Georges Moyen, ministre de la Santé, dans son cabinet de travail. Rappelons que le paludisme grave est celui auquel sont associés les symptômes suivants : anémie, état comateux, détresse respiratoire, urines brunes. Le paludisme simple, quant à lui, ne présente pas tous ces signes, mais la gratuité de son traitement est déjà effective pour les enfants de 0 à 15 ans et les femmes enceintes depuis 2008. Et ceci conformément à la mesure du président de la République traduite en actes par le ministère, comme l'a rappelé l'orateur.

Avec le traitement gratuit du paludisme grave, il s'agit de renforcer, voire d'améliorer, les stratégies de soins du paludisme d'une manière générale. Les médicaments pour faire face à ce paludisme grave viennent d'être distribués dans tous les départements du pays. Et dès le 8 mars, quelques centres pilotes sont choisis pour une durée de trois mois, avant les hôpitaux et autres centres de santé intégrés.

A la question de limiter la gratuité aux enfants et aux femmes enceintes, Georges Moyen a signifié que, dans toute œuvre humaine, on commence une action toujours par un bout, mais cela ne veut pas dire que le chef de l'État n'envisage pas d'étendre la mesure. Sur les différents contrôles préconisés, le ministre affirme que les responsables sanitaires sont placés devant leur responsabilité et qu'aucun médicament ne doit sortir du circuit formel. D'autre part, les services d'épidémiologie et des maladies sont appelés à donner un large écho à la gratuité de ce traitement contre le paludisme grave. Les malades doivent savoir qu'ils sont appelés à être traités gratuitement, en tenant compte, bien sûr, des catégories de population.

En ce qui concerne les consultations hospitalières, elles restent payantes, le ministère a rappelé qu'il fallait éviter l'amalgame entre la gratuité du traitement du paludisme et la gratuité de l'hospitalisation.

Rappelant que le paludisme est la première cause de mortalité, le ministre a redit qu'à travers les diverses mesures prises le chef de l'État ne ménageait aucun effort dans ce domaine pour le bien-être de la population.

Faustin Akono

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !