Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

7% de la population congolaise est concernée par le diabète - 14/11/2011 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

À l'occasion de la Journée mondiale du diabète, un focus regroupant médecins et chercheurs, l'association Diabaction et quelques patients, a été organisé à l'auditorium du CHU de Brazzaville, par le ministère de la Santé et de la Population, sur le thème de « L'éducation et la prévention du diabète »

Menée sous le patronage du ministre de tutelle, Georges Moyen, en présence du directeur général de la santé, du directeur général du CHU et du représentant de l'OMS, cette rencontre visait à sensibiliser et appeler les Congolais à l'action sur cette maladie, les aider à réduire les risques de vulnérabilité face au diabète sucré, et à rendre effective l'importance de la prévention. Plusieurs thèmes ont été abordés parmi lesquels : la prévention du diabète, ses complications et l'organisation de sa prise en charge : situation actuelle et perspectives.

Au cours du focus, un patient a fait état des difficultés encourues par un diabétique et de la prise en charge difficile dont les malades font l'objet. Il a notamment abordé la question du coût de l'insuline (18 000 FCFA au Congo, 15 000 FCFA au Sénégal, et seulement 3 500 FCFA au Cameroun).

Parmi les 366 millions de diabétiques que comptent le monde, 12 millions sont en Afrique. Brazzaville n'est pas en marge, puisque selon les dernières enquêtes, même si elles paraissent un peu plus anciennes et en attendant les études plus approfondies, 7% de la population en souffre. Le professeur Henri Germain Monabeka du CHU de Brazzaville a, dans son intervention, déclaré qu'il fallait agir sur certains facteurs. « À partir de 40 et 50 ans, le régime alimentaire ne doit plus être le même qu'à 25 ou 30 ans », a-t-il précisé. Il a également rappelé que lorsque l'on a des antécédents familiaux de diabète, on doit se contrôler car on est sujet à risque. Les causes sont diverses, regroupées en plusieurs catégories. Il s'agit notamment de l'obésité. Celle-ci a un impact énorme sur les accidents cardiovasculaires. En effet, toutes ces maladies coronaires arrivent lorsque l'on commence à prendre du poids. « Il va falloir faire de la marche à pieds, au moins 30 minutes de marche avec sueur, et pratiquer du sport », a-t-il ajouté.

Le Dr Paulin Kibeke a quant à lui déploré le fait le diagnostic était souvent fait au moment des complications. « En effet, nous ne surveillons rien du tout, que cela soit chez l'enfant ou bien chez l'adulte, et l'on n'arrive à l'hôpital dans le coma », a-t-il déploré. Enfin, concernant la prise en charge du diabète, le Dr Evariste Bouenizabila a déclaré que cette maladie et ses conséquences seraient vulgarisées à travers des actions de proximité.

Guillaume Ondzé

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !