Santé tropicale au Congo - Le guide de la médecine et de la santé au Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Congo > Revue de presse

Revue de presse

Réflexion - Brazzaville capitale de la cancérologie - 24/11/2008 - Les dépêches de Brazzaville - Congo-BrazzavilleEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

On a peine à le croire tant l'image de l'Afrique en matière d'hygiène et de santé est mauvaise, mais la capitale du Congo sera pendant une semaine le lieu géométrique de la prévention et du traitement du cancer. Une terrible maladie qui, sur le continent, tue aujourd'hui plus d'humains que le paludisme, la tuberculose et le Sida réunis. Vers le CHU de Brazzaville, où sera inauguré à l'occasion de cette Semaine de la cancérologie un centre ultra-moderne doté d'une bombe au cobalt, convergeront à partir du 1er décembre quelques uns des meilleurs spécialistes de la planète. Une équipe pluridisciplinaire et multinationale qui ne se contentera pas d'échanger savoirs et expériences à l'occasion d'un symposium, mais qui examinera, soignera, opèrera même des malades. Avec, à la clé, la création d'une université d'été qui rassemblera chaque année, toujours à Brazzaville, praticiens et étudiants autour de la prévention et de la lutte contre le cancer.

Venant après le 6ème Forum mondial du développement durable, il y a un mois, cette Semaine de la cancérologie organisée de bout en bout par le Comité international pour la renaissance de l'Afrique (CIRA) confirmera avec éclat que la priorité des priorités, dans le combat pour le développement, est la mise en place de moyens efficaces de prévention et de lutte contre la maladie en général, le cancer en particulier. Et ceci tout simplement parce que 70 % des cas seront détectés dans les pays en voie de développement à échéance de vingt ans, c'est-à-dire en 2030. Les Congolais en savent quelque chose puisque, dès à présent, ce sont 500 nouveaux cas qui sont recensés chaque année pour la seule ville de Brazzaville !

Que l'initiative prise par Maria Maylin, la présidente du CIRA, et son équipe soit à louer ne fait bien évidemment aucun doute. Mais au-delà des mots que l'on pourra écrire ou prononcer à ce sujet ce sont des aides très matérielles qui doivent maintenant lui être apportées. Car le combat qui s'engage sera long, coûteux, difficile et l'Etat, qui soutient cette initiative au plus haut niveau, ne peut le mener seul. Ceci veut dire, en termes clairs, que chacun, avec ses moyens grands ou petits, doit s'engager résolument dans la bataille. Tous ou presque nous serons en effet frappés un jour ou l'autre par le cancer, nous-même ou l'un des nôtres.

Brazzaville capitale de la cancérologie africaine : peut-on rêver plus belle vocation que celle-là en un siècle où les problèmes de santé et d'hygiène deviennent enfin une préoccupation majeure pour nos peuples ?

Jean-Paul Pigasse

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-BrazzavilleSanté tropicale au Congo
Le guide de la médecine et de la santé au Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !