Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO


Virus Ebola : Suivez l'actualité de l'épidémie


A ce jour 1 pays demeure toujours touché par l'épidémie :
  • République démocratique du Congo (RDC)


EBOLA : ce que vous devez savoir si vous voyagez

Recommandations de l'OMS lorsque vous voyagez à destination ou en provenance des pays touchés par Ebola

EBOLA : ce que vous devez savoir si vous voyagez

Téléchargez l'infographie au format JPEG
Téléchargez l'infographie au format PDF

Avant votre départ, il convient de :

Sources : France diplomatie


Série documentaire

Brut, consacre une série documentaire aux ravages du virus Ebola en RDC

Episode 1


Episode 2


Episode 3

10 points essentiels* sur Ebola

*selon l'Institut de veille sanitaire


1. Le virus Ebola n’est pas naturellement présent en Europe. A ce jour, aucune personne ne s’est jamais infectée en dehors du continent africain.
2. Les personnes infectées ne peuvent pas transmettre le virus avant le début des symptômes.
3. La transmission du virus nécessite un contact physique rapproché avec une personne infectée présentant des symptômes ou un contact avec des surfaces souillées par les liquides biologiques de la personne (vomissements, linge par exemple).
4. Le virus Ebola n’est pas transmis par voie aérienne comme la grippe (dans les transports en commun, par exemple), ni par des vecteurs tels que les insectes.
5. La durée d’incubation de la maladie (période entre la contamination et le début des symptômes) est habituellement de quelques jours mais peut durer jusqu’à 3 semaines.
6. Les hémorragies ne sont pas présentes au début de la maladie, mais peuvent apparaître au bout de quelques jours, quand la maladie évolue.
7. Le virus est détruit par les solutions hydro-alcooliques (pour la peau) et par l’eau de javel diluée à 0,5% (pour les surfaces).
8. Il n’existe à ce jour pas de vaccin ni de médicaments spécifiques d’efficacité prouvée contre l’infection.
9. Il n’existe pas de moyen permettant de dépister ou de diagnostiquer l’infection avant le début des symptômes.
10. La prise en charge des personnes malades le plus tôt possible après le début des symptômes augmente les chances d’évolution favorable de la maladie.

Dossier : Fièvre Hémorragique Virale (FHV) à virus Ebola


ACTUALITES


Ebola en RDC : Le cap des 3.000 cas et des 2.000 morts a été franchi (OMS) - Nations Unies - France - 30/08/2019

Plus de 3.000 cas d'Ebola dont plus de 2.000 décès ont été enregistrés en République Démocratique du Congo (RDC), a annoncé vendredi l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le Directeur exécutif du programme d'urgences de l'OMS, Dr. Mike Ryan, a annoncé vendredi sur Twitter un dernier bilan faisant état d'un « total de 3.004 cas (2899 confirmés et 105 probables), dont 2.005 décès ».

Selon l'OMS, 902 personnes ont survécu à Ebola depuis le début de l'épidémie dans l'est de la RDC en août 2018. « Les patients reçoivent toujours des soins », a souligné le Dr. Ryan.

L'annonce de ce nouveau bilan intervient à la veille du début de la visite du Secrétaire général de l'ONU en RDC. Antonio Guterres est attendu samedi à Goma, la capitale du Nord-Kivu (est du pays) où il doit rencontrer des personnes ayant survécu à Ebola ainsi que des travailleurs du secteur de la santé engagés dans la riposte au virus.

« La RDC connaît l'une des crises humanitaires les plus importantes et les plus complexes du monde », a souligné vendredi sur Twitter, le Directeur général de l'OMS, Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui accompagnera le Secrétaire général de l'ONU en RDC.

A la veille de cette visite, le chef de l'OMS a appelé les partenaires à « respecter les promesses qu'ils ont faites aux communautés » pour contribuer à la lutte contre le virus Ebola et au renforcement du système de santé.

Près de 600 enfants morts depuis le début de l'épidémie (UNICEF)

Pour le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le franchissement du cap des 2.000 morts doit être un cri de ralliement pour intensifier les efforts visant à vaincre Ebola et mettre fin à l'épidémie.

Sur les plus de 850 enfants ayant contracté le virus mortel dans le nord-est de la RD près de 600 enfants ont perdu la vie ces 13 derniers mois, a déploré l'UNICEF.

« Alors que le nombre de (victimes) ne cesse de croître, il est essentiel de rappeler que chacun de ces cas est l'enfant de quelqu'un, son fils ou sa fille ; une mère, un père, un frère ou une sœur. Et chacune de ces morts laisse une famille en deuil mais aussi effrayée et inquiète de sa propre exposition à la maladie », a rappelé Edouard Beigbeder, le représentant de l'UNICEF en RDC.

L'agence onusienne rappelle qu'il est essentiel de soutenir, d'engager et de sensibiliser les communautés touchées pour mettre fin à l'épidémie d'Ebola.

« La percée récente dans la recherche d'un traitement efficace pour cette maladie et l'efficacité continue des efforts de vaccination pour prévenir la transmission et l'infection signifient que, pour la première fois, nous avons maintenant les moyens de prévenir et de traiter Ebola », a dit M. Beigbeder. « Cependant, ces avancées sont peu significatives si les individus ont trop peur pour se faire soigner ou trop lentement pour détecter les symptômes. En veillant à ce que la population locale soit informée, engagée et investie dans la riposte, nous avons les meilleures chances de vaincre la maladie », a-t-il souligné.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), plus de 207.000 personnes ont été vaccinées contre Ebola ces 13 derniers mois.

Lire l'article original

Consulter toutes les actualités




CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !