Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO


Virus Ebola : Suivez l'actualité de l'épidémie


La fin de l'épidémie à virus Ebola n'est pas pour maintenant !

Un nouveau cas de maladie à virus Ebola a été confirmé aujourd'hui à Beni, en République démocratique du Congo (RDC).



EBOLA : ce que vous devez savoir si vous voyagez

Recommandations de l'OMS lorsque vous voyagez à destination ou en provenance des pays touchés par Ebola

EBOLA : ce que vous devez savoir si vous voyagez

Téléchargez l'infographie au format JPEG
Téléchargez l'infographie au format PDF

Avant votre départ, il convient de :

Sources : France diplomatie


Série documentaire

Brut, consacre une série documentaire aux ravages du virus Ebola en RDC

Episode 1


Episode 2


Episode 3

10 points essentiels* sur Ebola

*selon l'Institut de veille sanitaire


1. Le virus Ebola n’est pas naturellement présent en Europe. A ce jour, aucune personne ne s’est jamais infectée en dehors du continent africain.
2. Les personnes infectées ne peuvent pas transmettre le virus avant le début des symptômes.
3. La transmission du virus nécessite un contact physique rapproché avec une personne infectée présentant des symptômes ou un contact avec des surfaces souillées par les liquides biologiques de la personne (vomissements, linge par exemple).
4. Le virus Ebola n’est pas transmis par voie aérienne comme la grippe (dans les transports en commun, par exemple), ni par des vecteurs tels que les insectes.
5. La durée d’incubation de la maladie (période entre la contamination et le début des symptômes) est habituellement de quelques jours mais peut durer jusqu’à 3 semaines.
6. Les hémorragies ne sont pas présentes au début de la maladie, mais peuvent apparaître au bout de quelques jours, quand la maladie évolue.
7. Le virus est détruit par les solutions hydro-alcooliques (pour la peau) et par l’eau de javel diluée à 0,5% (pour les surfaces).
8. Il n’existe à ce jour pas de vaccin ni de médicaments spécifiques d’efficacité prouvée contre l’infection.
9. Il n’existe pas de moyen permettant de dépister ou de diagnostiquer l’infection avant le début des symptômes.
10. La prise en charge des personnes malades le plus tôt possible après le début des symptômes augmente les chances d’évolution favorable de la maladie.

Dossier : Fièvre Hémorragique Virale (FHV) à virus Ebola


ACTUALITES


Ebola : L'insécurité perturbe le suivi des cas suspects et de leurs proches - Nations Unies - France - 06/12/2019

Même si le nombre de nouveaux cas confirmés est resté relativement faible, l'interruption des activités d'intervention due aux attaques, à la violence et aux troubles « menace d'inverser les progrès récents ». C'est ce qu'indique l'OMS, l'Organisation mondiale de la santé.

Ces dernières semaines, l'OMS a continué d'observer une diminution encourageante du nombre de cas de maladie à virus Ebola confirmés.

Mais en même temps, l'agence onusienne rappelle que « la violence, les troubles civils généralisés et les attaques ciblées ont gravement perturbé la réponse d'Ebola et restreint l'accès aux communautés touchées dans plusieurs endroits ».

Par conséquent, les organismes humanitaires font état d'une « diminution du rendement » de plusieurs activités clés de l'intervention. Il s'agit notamment du volume d'alertes signalées et ayant fait l'objet d'une enquête ainsi que le nombre de contacts enregistrés et suivis.

« Le volume des alertes provenant des zones sanitaires touchées par l'insécurité est plus faible que d'habitude, ce qui a entraîné une réduction globale du nombre moyen d'alertes signalées la semaine dernière », a précisé l'OMS. Toutefois sur les 3.346 alertes signalées, 96% ont fait l'objet d'une enquête dans les 24 heures.

De plus, le pourcentage moyen global des contacts sous surveillance au cours des sept derniers jours est de 70%, ce qui est inférieur à la moyenne du mois de novembre précédant ces événements de sécurité.

Cela s'explique principalement par « des performances sous-optimales dans certaines zones sanitaires de Beni, Mabalako et Oicha ». Seuls 82% des contacts sont suivis à Beni, 68% à Mabalako et 42% à Oicha.

« Ces chiffres s'améliorent lentement depuis les événements, mais les fluctuations illustrent l'impact continu des événements liés à la sécurité sur les activités d'intervention », ajoute l'agence onusienne basée à Genève.

L'OMS s'engage à poursuivre la riposte

De façon générale, les organismes humanitaires redoutent une reprise de l'épidémie à un moment où elle semblait maîtrisée.

Neuf nouveaux cas confirmés d'Ebola ont été signalés entre le 27 novembre et le 3 décembre dans les provinces du Nord-Kivu et d'Ituri.

« Au cours des 21 derniers jours (du 13 novembre au 3 décembre), 22 cas confirmés ont été signalés dans 10 des 71 aires de santé de quatre zones sanitaires actives voisines des provinces du Nord-Kivu et d'Ituri », souligne l'OMS dans son dernier bulletin épidémiologique daté du jeudi 5 décembre.

Plus de la moitié des cas ont été répertoriés à Mabalako (12 cas) et un tiers à Mandima (6 cas). Beni et Oicha ont chacun notifié 2 cas. La majorité des cas (20) sont liés à des chaînes de transmission connues.

En visite le week-end dernier dans l'est de la RDC, le Directeur général de l'OMS avait loué le courage des agents de santé et appelé à renforcer la sécurité pour appuyer les efforts en vue de mettre fin à l'épidémie de maladie à virus Ebola.

« Rien n'est plus odieux que de s'en prendre à des professionnels de santé qui soignent les malades et aident les gens dans le besoin », avait ajouté Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« Chaque attaque de ce type interrompt les efforts pour endiguer la flambée de maladie à virus Ebola, ce qui met en péril la santé et le bien-être des hommes, des femmes et des enfants vivant dans ces zones ».

Déclarée le 1er août 2018, la dixième épidémie sur le sol congolais a tué 2.207 personnes, principalement dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri voisine.

A la date du 3 décembre, l'OMS note que 3.195 personnes ont contracté le virus. Mais malgré les perturbations, l'OMS et les partenaires humanitaires qui interviennent dans l'est de la RDC se sont engagés à poursuivre leurs activités de riposte contre le virus Ebola.

« L'OMS et ses partenaires d'intervention s'efforcent d'adapter la stratégie d'intervention pour protéger les communautés contre une résurgence de l'épidémie tout en assurant la sécurité de tous les intervenants », relève l'agence onusienne.

Lire l'article original

Consulter toutes les actualités




CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !