Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Les dossiers Santé tropicale

Les dossiers Santé tropicale

Dossier : « Fièvre hémorragique virale (FHV) à virus Ebola »

Qu'est-ce que le virus Ebola ?

Le virus Ebola appartient à la famille des filovirus, à laquelle appartient également le virus Marburg. Il a été identifié pour la première fois en 1976 dans la province ouest-équatoriale du Soudan et dans une région voisine du nord du Zaïre (aujourd'hui République Démocratique du Congo). Il existe cinq espèces de virus Ebola : Bundibugyo, Côte d'Ivoire, Reston, Soudan et Zaïre. Les flambées de fièvre hémorragique provoquées par le virus Ebola surviennent principalement en Afrique avec un taux de létalité de 25% à 90%.

Le virus Ebola se transmet à l'homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine.

Au sommaire de ce dossier :

Ce dossier aborde également la sécurité sanitaire pour les voyageurs. Vous trouverez une liste de recommandations de l'OMS lorsque vous voyagez à destination ou en provenance des pays touchés par Ebola.

Consulter le dossier sur le virus Ebola

Dossier : Paludisme

Consultez le dossier : les difficultés de prise en charge du diabète en AfriqueSelon les dernières estimations de décembre 2013, on a enregistré, en 2012, 207 millions de cas de paludisme (avec une marge d'incertitude comprise entre 135 millions et 287 millions) qui ont causé 627 000 décès (avec une marge d'incertitude comprise entre 473 000 et 789 000), soit une diminution de la mortalité de 42% au niveau mondial par rapport à 2000 et de 49% dans la Région africaine de l'OMS. La plupart des décès survient chez des enfants vivant en Afrique, où chaque minute un enfant meurt du paludisme. En Afrique le taux de mortalité des enfants a diminué de 54% par rapport à 2000.

Dormir sous une moustiquaires à imprégnation durable protège du paludisme

Ces moustiquaires assurent une protection individuelle contre les piqûres de moustiques. Elles peuvent protéger les populations les plus exposées en particulier le jeune enfant et la femme enceinte dans les zones de transmission intense. Ces moustiquaires sont efficaces de 3 à 5 ans selon le modèle et les conditions d'utilisation. Selon le Rapport mondial sur le paludisme 2013, 86% des personnes ayant accès à une moustiquaire, l'utilisent.

Ces informations sont extraites du dossier « 10 faits sur le paludisme » réalisé par l'OMS, actualisé en mars 2014 et disponible sur le site de l'OMS : http://www.who.int/features/factfiles/malaria/fr/

Consulter le dossier sur le paludisme

Dossier : les difficultés de prise en charge du diabète en Afrique

Consultez le dossier : les difficultés de prise en charge du diabète en AfriqueDe manière générale, en Afrique, les problèmes de lutte contre le diabète sont les mêmes que ceux que peuvent rencontrer les médecins et les autorités de santé face aux maladies infectieuses, parasitaires ou chroniques, (VIH/sida, paludisme, tuberculose …). Ce sont les difficultés d'un diagnostic précoce et de l'accès aux soins, le problème de l'abandon de traitement en raison du coût des transports et des médicaments, le manque de personnels et de structures qualifiés et la concurrence souvent préjudiciable des tradithérapeutes.

Quelques chiffres... Environ 15 millions de personnes atteintes du diabète en Afrique :

Consulter le dossier sur le dépistage du diabète



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !