Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

30% des médicaments contre le paludisme à Madagascar non conformes aux normes - 10/02/2010 - Madagascar tribune - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les premiers résultats d’une étude à grande échelle des médicaments antipaludéens essentiels dans dix pays d’Afrique subsaharienne révèlent qu’un pourcentage élevé des médicaments qui circulent sur les marchés nationaux sont de qualité inférieure et contribuent donc à la croissance de souches résistantes du Plasmodium falciparum, la forme la plus virulente de paludisme. Ces conclusions rendues par le Programme de Promotion de la Qualité du Médicament (PQM), conduit par l’USAID et l’Organisation Mondiale de la Santé, et mis en œuvre par l’US Pharmacopeial Convention (USP), portent sur trois pays : Madagascar, le Sénégal et l’Ouganda.

À Madagascar, au Sénégal et en Ouganda, l’étude a porté sur un échantillon de 491 antipaludéens, qui ont tous subi des tests de base. Parmi ceux-ci, 197 échantillons ont subi des tests de qualité complets. Ces échantillons ont été recueillis tant auprès des secteurs réglementés, aussi bien publics que privés, que du secteur informel où beaucoup de patients obtiennent leurs médicaments.

Au total, l’étude a constaté qu’environ 44% des médicaments de l’échantillon en provenance du Sénégal, 30% des échantillons provenant de Madagascar, et 26% des échantillons provenant de l’Ouganda qui ont subi les tests complets sont donc inférieurs aux normes. Les problèmes relevés sont soit qu’ils ne contiennent pas une quantité suffisante des principes actifs, soit qu’ils ne se dissolvent pas correctement dans le corps ou soit qu’ils contiennent des niveaux inacceptables d’impuretés.

Le problème des médicaments contrefaits ou de qualité inférieure aux standards concerne l’ensemble de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique latine. Les médicaments à base d’artémisinine restent le dernier moyen abordable pour lutter contre le paludisme, d’autres traitements ayant déjà perdu leur efficacité à cause de la résistance accrue de la maladie à leurs molécules. Si les médicaments à base d’artémisinine cessent d’être efficaces, le bilan humain de la maladie, qui tue actuellement un million de personnes par an, risque d’augmenter fortement, avertissent les experts.

Recueilli par Yann

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !