Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Greffe de rein : le couple Valisoalalao expérimente une nouvelle méthode - 05/03/2010 - La gazette de la grande île - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le couple Valisoalalao a expérimenté une nouvelle forme d’opération chirurgicale via le nombril. C’était une réussite. Un mois seulement après l'ablation d'un de ses reins, Tiana Valisolalao, une malgache de 45 ans, se sent en pleine forme. «J'arrive à monter les escaliers, je me surprends à courir. Je suis rentrée chez moi quatre jours après l'intervention et j'ai très vite arrêté les médicaments antidouleur», raconte cette résidente de Caluire, qui va bientôt reprendre son travail de consultante. Le 1er février, elle a été la première donneuse d'organe d'Europe à subir un prélèvement du rein par le nombril, une opération inédite, menée au service de transplantation de l'hôpital Edouard-Herriot (Lyon 8e). Cette technique, importée des Etats-Unis, permet notamment au patient de récupérer trois fois plus vite qu'avec les interventions classiques par cœlioscopie.

«On ne fait plus qu'une seule incision. Il y a moins de douleurs postopératoires et un avantage esthétique avec une cicatrice presque invisible. Il ne faut pas oublier que les donneurs ne sont pas des malades», précise le professeur Xavier Martin, chef du service d'urologie et de chirurgie de la transplantation. Cette technique va-t-elle inciter plus de personnes à effectuer un don de rein de leur vivant_? «Ce n'est pas le but premier. Mais cela peut avoir cet effet», répond Xavier Martin. En France, un tiers des patients souffrant d'insuffisance rénale chronique ont pu obtenir une greffe, dont 10% viennent d'un donneur vivant. «Il y a pénurie», constate le professeur Lionel Badet, chirurgien au service transplantation. Tiana a, elle, décidé, il y a un an, de donner son rein, pour sauver Achille Valisoalalao, son mari. «Et le résultat est excellent, pour elle comme pour moi», se réjouit-il.

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !