Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Menace de grève des paramédicaux - 07/05/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les « jeunes » paramédicaux ont averti que si le ministère ne réglait pas les problèmes qui touchent à leur travail, ils n'hésiteraient pas à faire la grève. Le ministère de la Santé publique pousse les paramédicaux à mener une grève. C'est ce ministère qui ne cherche pas la paix dans cette transition, a annoncé d’un ton ferme Jean Valérien Rakotonandrasana, président national de l'association des paramédicaux de Madagascar, hier, à Befelatanana, lors d'un point de presse. Ainsi ces paramédicaux se plaignent de la décision entreprise par leur ministère de tutelle. « Pourquoi l'affectation de Tsialofana Andriankinana, membre éminent de notre syndicat, qui a été suspendu par le Conseil d'État, est-elle poursuivie par le ministère de la Santé? De plus, elle est faite par le biais d'une note de service », reprend Aimé Rakotondrazafy, président du syndicat des infirmiers et des sages femmes.

Non considéré

Le ministère de la Santé ne se sent pas coupable face à cette déclaration. « Toutes ces déclarations sont fausses. Car le ministère mène de manière légale ses actions », répond Pascal Jacques Rajaonarison, ministre de la Santé publique. Aussi l'explication apportée par le secrétaire général du ministère de la Santé, Jean de Dieu Marie Rakotomanga est purement technique. « Il faut un kinésithérapeute dans chaque service de l'hôpital. Il s'avère qu'il en manque dans l'hôpital d'Antsiranana », argumente-t-il. Mais les paramédicaux s'insurgent face à cette explication. « Il y a six kinésithérapeutes à Antsiranana. Quatre d'entre eux, seulement, travaillent. Les deux exerçent d'autres travaux », relate Jean Valérien Rakotonandrasana.
Mais d'autres problèmes, à part l'affectation qualifiée « abusive », ont été également évoqués hier à Befelatanana comme les avantages financiers des paramédicaux. « Notre travail n’est pas non plus considéré par le ministère de la Santé. Nous travaillons 72 à 168 heures par semaine, au lieu de 40 heures. Nous avons alors demandé une considération de ces travaux par l'intermédiaire de notre grille indiciaire. Mais le ministère nous a menés en bateau depuis des mois », se plaint Aimé Rakotondrazafy. Le ministère a une fois de plus repris la logique des choses pour rétorquer aux paramédicaux. « La grille indiciaire des médecins est de 1600 au départ. Ils ont un bacc plus huit en poche. Tandis que les paramédicaux demandent une grille de 1200 au début de leur carrière, avec un bacc plus trois. Cette demande est-elle juste ? », confie le secrétaire général du ministère de la Santé. En attendant, les paramédicaux prévoient d'effectuer une manifestation importante dans quelques jours pour contester le ministère de la Santé.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !