Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Dépistage gratuit du diabète - 05/05/2011 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le diabète ne présente pas un danger imminent pour la vie. Mais il constitue un poids conséquent pour la famille et la société. La complication du diabète provoque la première cause de quatre maladies sévères. « C'est le premier facteur de la cécité, de l'amputation, de la morbidité cardio-vasculaire et de l'insuffisance rénale chronique terminale à Madagascar », a prévenu Haja Ramamonjisoa, médecin chef de l'association de Malgaches luttant contre le diabète (AMADIA), lors de l'inauguration de la clinique du diabetique et de l'hypertension, dans l'hôpital luthérien d'Ambohibao, hier.

Le nombre de personnes infectées par cette maladie dans la Grande île au stade chronique reste indéterminé. Mais celui des diabétiques est encore minime. « 4 % de la population malgache sont des diabétiques, selon le rapport de l'Organisation mondiale de la Santé. Mais nous nous occupons actuellement de 20 000 personnes touchées par le diabète. Ces personnes constituent un poids énorme pour la société si la situation se complique. Car rien que la dyalise coûte deux millions d'ariary par mois », continue Haja Ramamonjisoa.

À vie

Le traitement de cet « état » des personnes atteintes par l'insuffisance d'insuline ou la perturbation de sa sécrétion dure toute la vie. « La prise de médicaments pour augmenter le taux d'insuline demeure à vie. Ces médicaments ne servent qu'à rendre l'état plus stable », relate le médecin chef de l'AMADIA. La meilleure prévention étant alors la pratique du sport, la gestion des nourritures et le dépistage. Le coût de ce dernier avoisine les 5 000 ariary dans les laboratoires. « Mais la clinique qui vient d'être inaugurée dépiste gratuitement le diabète pour toute classe sociale », annonce Thomas Andriamihaja, coordinateur médical de Sanofi Aventis qui est le principal bailleur de la nouvelle clinique. Deux centres financés par cette firme offrent la même prestation dans la capitale, entre autres, dans le centre médical de la Jirama à Antanimena et à l'Organisation sanitaire tananarivienne interentreprise (Ostie) à Behoririka.

« Le dépistage y est accompagné par des conseils de médecins. Tandis que le traitement est pris en charge par la personne », conclut Thomas Andriamihaja.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !