Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

La gratuité du planning familial peu respectée - 22/07/2008 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Malgré les campagnes d’information, les produits contraceptifs se diffusent mal. La planification familiale n'est pas efficiente dans sa globalité. Outre les barrières financières, les barrières psychologiques et les croyances populaires entravent l'usage de la contraception dans les foyers malgaches. En dépit des actions menées par les autorités, un an après la déclaration officielle, il demeure que 24% des produits contraceptifs sur le marché ne trouvent pas preneurs.

Beaucoup de femmes, surtout dans les zones enclavées, se plaignent du coût encore élevé pour leur portefeuille de ce service.
« A ce jour, nous sommes étonnées de constater que les produits contraceptifs et les soins restent toujours payants. C'est la principale raison de la défaillance de nombreuses femmes quant à suivre un traitement contraceptif », explique Florine Rasolovelo, une native d'Antsohihy ahurie de voir que certains centres hospitaliers ne respectent pas la décision gouvernementale.

Un autre blocage, les rumeurs et autres croyances véhiculées autour de la planification familiale, annihilent les actions des autorités.
« Nombreuses sont les femmes qui croient que le PF est responsable de beaucoup de problèmes d'ordre génital », souligne Sahondra Aritiana, une autre mère de famille
à Nosy Be où peu de ses consœurs sont convaincues des avantages du PF.

« Le problème tourne autour du counselling qui n'est pas encore suffisant. D'où, on note ce phénomène de rejet de la part des patientes, sans parler des obstacles financers et socio-culturels qui limitent l'usage du planning familial », souligne un expert au sein de l'UNFPA, un des organismes partenaires de Madagascar.

« Nous renforçons la supervision et l'observation auprès des centres sanitaires. L'enquête auprès des clientes nous aide également », explique Dr Jacques Rakotonantoanina, directeur régional de la \1 et du planning familial dans la région Amoron'i Mania qui signale pourtant que le budget pour l'achat des produits contraceptifs risque de s'épuiser.
Pour Madagascar, les besoins annuels en produits contracepifs sont évalués à 530 000 dollars, soit 795 millions ariary, tous produits confondus.

Fanja Saholiarisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !