Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Taux de mortalité néo-natale à réduire : la réduction de la mortalité néo-natale figure parmi les sujets à améliorer au ministère de la santé. Le nombre de bébés décédés au cours des 28 premiers jours demeure élevé - 05/01/2009 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Malgré tout ce qui a été accompli à ce jour, le tableau reste encore sombre en ce qui concerne le taux de mortalité durant les 28 premiers jours du bébé. En 2012, le ministère de la santé devra ramener à 17 pour mille naissances vivantes (NV) le taux de mortalité néo-natale qui est de 32 pour 1000 NV en 2005. « Parmi ceux qui ne survivent pas à leurs premiers jours, 75 % meurent au cours de la première semaine et 50 % au cours des trois premiers jours », souligne un responsable du service de la santé de l'enfant auprès du ministère de la santé. Gagner ce défi nécessite des actions probantes que le ministère compte intensifier pour les trois prochaines années.

Réduction des risques

Le couple mère-nouveau né constitue une des ses priorités pour gagner son pari. A l'occasion de la dernière édition de la semaine de la santé de la mère et de l'enfant, au mois d’octobre, l'accent a été mis sur la formation des agents de santé en matière de prise en charge des enfants de moins de cinq ans. Les mères ont aussi été initiées à déceler les signes de danger chez le nouveau-né. « Grâce aux conseils de la sage femme qui m'a suivie de près au cours de ma grossesse, j'ai bien retenu les gestes à faire quand mon bébé d'une semaine présentait un abdomen distendu. Nous sommes tout de suite allés voir un médecin », raconte Justine Ramarolambo, une mère de famille, habitant à Ivato.

L'introduction des soins obstrétricaux néo-natals d’urgence (SONU) qui visent à réduire les risques de mortalité, est aussi de mise. « Le SONU sert par exemple à bien gérer la délivrance du placenta. Il inclut en outre la réanimation du nouveau-né ainsi que les soins et surveillances du bébé » souligne le docteur Masy Harisoa, un responsable au sein de l'Organisation mondiale de la santé. Des plateaux techniques ont été installés avec l'aide de cette organisation onusienne, dans les hôpitaux de références comme à Ambatondrazaka et Befelatanana.

L'enclavement des 70 % de la population constitue en outre un handicap sur le suivi de la santé des mères et enfants. La décentralisation de la prise en charge des enfants de moins de cinq ans a été donc lancée au mois de mai de l'année écoulée.

Des agents communautaires et des agents de santé ont reçu des formations sur la prise en charge des enfants de moins de cinq ans. Quatre districts, à savoir Mahajanga II, Vondrozo, Betioky Atsimo, et Sambava reçoivent la phase pilote de ce programme.
D'autres travaux de recherche sont en cours afin de réduire davantage le taux de mortalité néo-natale.

Noro Haingo Rakotoseheno

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !