Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Avec l’appui de l’UNFPA : Lancement de la campagne de soins gratuits des fistules uro-génitales - 08/06/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le centre hospitalier Nganda a servi de cadre au lancement, le mercredi 6 juin 2007, de la campagne de réparation des fistules uro-génitales par Mme Olive Lembe Kabila, épouse du président de la République. Au cours de cette campagne qui dure deux semaines, une cinquantaine de femmes souffrant de cette maladie vont être opérées gratuitement au centre hospitalier Nganda de Kintambo et à l’Hôpital St Joseph de Limete. Salutaire pour les malades, la campagne consiste aussi à sensibiliser la communauté à l’existence de la maladie en RDC et sur l’exigence de la bonne prise en charge de la femme enceinte.

A la cérémonie du lancement de la campagne, l’administrateur délégué général du centre hospitalier Nganda, Dr Sulu Maseb’a Mwanga, a affirmé que la fistule est la suite logique d’une négligence médicale ou d’une insuffisance de prise en charge lors de l’accouchement. Et tout cela dans un contexte de pauvreté. Spécialiste en gynécologie, il a expliqué que la fistule est la présence des perforations anormales qui, dorénavant, vont communiquer la vessie qui contient les urines, l’urètre ou les uretères avec soit l’intérieur de la matrice, du vagin ou du rectum.

Il s’en suit un écoulement permanent de urines par le vagin. « Quand cela arrive, la femme est parfois taxée de sorcière, ne méritant pas l’exclusion et l’abandon », a-t-il souligné, qualifiant l’attitude d’une injustice sociale à l’égard de la femme dont le naturel est de donner naissance à un enfant et qui, à ses dépens, se retrouve sans ce dernier parce que souvent il meurt, et, en plus, garde des telles séquelles avec des odeurs ocres insupportables. Il a, en outre, attribué l’existence de la fistule aux viols que les femmes ont subi pendant la guerre et au cours desquels, objets tranchants, bâtons, couteaux, balles et autres sont introduits dans leurs voies génitales.

Dr Sulu a enfin attribué la présence de la fistule, non seulement à l’insuffisance des hôpitaux, leur mauvais équipement, leur mauvais fonctionnement, l’ignorance ou la négligence, à l’existence des lois inappropriées à l’ouverture des hôpitaux, etc., mais aussi à la pauvreté qui bat son plein en RDC. Pour faire face à ce qu’il a appelé injustice sociale, il a invité à une solidarité de toute la communauté en vue de la réparation.

Avant de présenter l’équipe des urologues, gynécologues et chirurgiens congolais impliqués dans la réparation des fistules et dont il fait lui-même partie.
Le représentant du Fonds des Nations unies pour la population, Coulibaly Sidiki, a relevé que la campagne est le point culminant du programme régulier d’assistance et des soins de son agence avec le ministère de la Santé. Il a également souhaité l’extension de la campagne à l’échelle nationale.

De son côté, le ministre de la Santé, Victor Makwenge Kaput, a révélé que le nombre de fistuleuses s’estime actuellement à 16% de la gent féminine en RDC. Parmi ces femmes, seules 43% sont guéries et 57 autres sont ainsi abandonnées à leur triste sort. La campagne, pour le ministre, constitue une première réponse appropriée à cette triste réalité tout en précisant qu’il s’agit d’un plan stratégique national de lutte contre la fistule, exécuté par le Programme national de santé de la reproduction (PNSR), grâce à l’appui technique financier des partenaires internationaux avec à leur tête l’UNFPA.
Mme Olive Lembe Kabila, marraine de la campagne a appelé la conscience collective dans la recherche des solutions sur tous les problèmes.

Par R.S.K

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !