Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Paludisme : 84% des ménages possèdent une moustiquaire - 11/10/2018 - lejecos - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Au Sénégal, 84 % des ménages possèdent au moins une moustiquaire imprégnée d'insecticide (MII). Avec l'exception de Dakar (67 %) toutes les régions présentent une possession de MII supérieure à 85% de ménages.

La moitié des ménages sénégalais (50 %) possède au moins une MII pour chaque deux personne. Presque trois quarts (73 %) de la population a accès à une MII. Par contre, seulement 57 % de la population des ménages a dormi sous une MII la nuit précédant l'enquête.

Parmi les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes, cette proportion est légèrement plus élevée (61 % et 62 %, respectivement).

Le paludisme pendant la grossesse peut avoir comme conséquence la naissance d'enfants de faible poids et faire courir aux enfants des risques accrus de décès. Il est donc recommandé que les femmes enceintes reçoivent multiples doses de Sulfadoxine Pyriméthamine (SP) comme traitement préventif intermittent (TPIg).

Parmi les femmes ayant eu une naissance vivante au cours des deux années ayant précédé l'enquête, 94 % ont reçu de la SP au cours des consultations prénatales, 63 % en ont reçu au moins deux doses, et seulement 22 % en ont reçu au moins trois doses.

Le pourcentage de femmes enceintes ayant pris trois doses ou plus a augmenté depuis 2015, quand le Sénégal a mis en effet la recommandation d'administrer une dose lors de chaque visite prénatale après le premier trimestre.

Ce pourcentage a doublé entre 2015 (11 %) et 2017 (22 %).

Deux enfants de moins de cinq ans sur dix ont eu de la fièvre dans les deux semaines avant l'enquête. Parmi ces enfants, des conseils ou un traitement ont été recherchés pour la moitié (51 %), et pour 3 sur 10, ils ont été recherchés le jour même ou le jour après le début de la fièvre. Pour 16 % d'enfants fébriles, on a prélevé du sang au doigt ou au talon pour les tester.

Par Pathe Touré

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !