Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Kaolack : la lèpre refait surface - 01/10/2008 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Elle a refait surface au niveau de la région de Kaolack, plus particulièrement dans la commune. Elle enregistre 30 cas de lèpre sur les 50 enregistrés. On assiste, à Kaolack, à une recrudescence de la lèpre. Ainsi, en 2007, sur les cinquante cas enregistrés, trente l’ont été dans la commune de Kaolack, renseigne Ousseynou Ndour, responsable régional du Programme National de Lutte contre la Tuberculose et la Lèpre (PNLTL).

Il en a fait la révélation au cours d’une journée de sensibilisation sur les maladies handicapantes en partenariat avec l’ONG allemande Dahw. Laquelle journée a été organisée hier, lundi, au quartier Bongré par l’Association des encadreurs des collectivités éducatives du Sénégal (Aeces) de la cellule de Kaolack. Ceci au profit des enfants de la capitale du Saloum.

Cette recrudescence de la lèpre, le responsable régional du Pntl l’explique par le surpeuplement, la promiscuité et l’insalubrité au niveau de certains quartiers comme Médina Baye, Sarra Ndiougary et les Abattoires. Des facteurs qui favorisent la propagation de la maladie au niveau de la région et plus particulièrement dans la commune, et qui font que ces quartiers enregistrent, à en croire notre interlocuteur, le plus grand nombre de cas.

Interpellé sur ce qu’il convient de faire pour circonscrire la maladie, Ousseynou Ndour pense que cela a déjà démarré avec cette journée de sensibilisation axée notamment sur les maladies handicapantes telles que la lèpre, la poliomyélite et la tuberculose. Et d’indiquer que la lèpre est une maladie peu connue de la communauté. Et c’est pourquoi la maladie persiste. C’est pourquoi, poursuit Ousseynou Ndour, il faudra organiser beaucoup de journées de sensibilisation, l’objectif étant d’expliquer ce qu’est cette maladie et en quoi consiste son traitement, en leur faisant savoir que le traitement de la lèpre est possible et partout gratuit. Et il se fait sur une durée d’un mois, pas plus.

ELH. Thiendella FALL

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !