Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Gynécologie - Nouvelle technique d’opération sans incision : à Grand-Yoff, on passe à l’ère de la chirurgie virtuelle - 01/07/2009 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La technique de pointe émerveille son monde. Une nouvelle découverte a été présentée lundi dernier à l’Hô­pital général de Grand Yoff (Hog­gy) dans le cadre d’un atelier organisé par le Collège sénégalais des gynécologues obstétriciens (Cosego). Désor­mais, il est possible d’accéder au ventre sans pour autant le lacérer. Cette technique nommée cœlioscopie permet de «visualiser la cavité abdominale grâce à une petite ouverture sur la peau».

Selon Dr Hadabi Kamal Ahmed, président de la Société algérienne endoscopie et techniques avancées en gynécologie obstétrique (Saetago), avec juste quelques ouvertures épaisses, le chirurgien peut intervenir à l’aide d’une vidéo qui lui permet d’avoir une vue large sur l’espace d’intervention. L’universitaire algérien qui a animé la session est formel : avec cette nouvelle technique, c’est la mortalité maternelle qui sera fortement réduite dans les centres de santé.
Mieux, assure-t-il, «beaucoup d’interventions chirurgicales et digestives comme le traitement de la stérilité féminine, le diagnostic et le traitement des grossesses extra-utérines, la cure des kystes ovariens bénins, le traitement de certains fibromes peuvent se réaliser avec la cœlioscopie».

Avec cette technique de pointe, ce sont les longues hospitalisations des patients qui ont subi une intervention chirurgicale qui vont être dépassées. Les patients auront aussi un temps de récupération très court pour n’avoir que deux voire trois cavités à boucher sur le ventre.
Dr Hadabi s’est longuement réjoui de l’efficacité d’un tel appareil chirurgical qui, selon lui, aura un effet certain sur les indicateurs des mortalités maternelle et infantile et donc un pas important vers l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) 4 et 5.
Pour Dr Fara Wade, ce genre de session entre dans le cadre des missions du Cosego, qui consistent, entre au­tres, à doter leurs membres de «con­nais­sances et aptitudes par des formations continues afin de mieux les outiller dans la prise en charge des patientes».

L’aspect formation est d’ailleurs fréquemment revenu dans les discours du directeur de l’hôpital et du directeur des Etablissements publics de santé (Eps). Balla Mbacké Mboup s’est aussi réjoui du choix porté sur l’Hoggy pour abriter un tel atelier. Ce choix prouve, pour lui, que cet hôpital s’est inscrit depuis longtemps sur la voie de la modernité et entend relever les défis de la nouvelle technologie.

Par Aly FALL

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !