Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Pikine : vingt cinq pour cent des adultes sont hypertendus - 12/10/2009 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Vingt cinq pour cent des populations de la zone de Pikine souffrent de maladies cardiovasculaires (hypertendus). La révélation est du chef de service de Cardiologie de l’hôpital Aristide Le Dantec, le cardiologue, le Pr Serigne Abdou Bâ. C’était au cours de la célébration, le dimanche 11 octobre, de la Journée mondiale du cœur.

« La prise en charge des maladies du cœur est coûteuse. Elle contribue à la paupérisation des populations. Nous avons donc organisé cette marche pour sensibiliser l’opinion car la sensibilisation est la seule arme valable contre ces maladies cardiovasculaires », a dit le Pr Serigne Abdou Bâ.

La Journée mondiale du cœur a été mise à profit par le spécialiste des maladies cardiovasculaires pour signaler que l’hypertension artérielle prend des proportions inquiétantes au Sénégal. Et d’ajouter que les maladies cardiovasculaires constituent « l’une des premières causes de mortalité qui affectent de plus en plus les sujets jeunes ».

Toutefois, « la prévalence reste plus importante chez les sujets âgés ». En effet, « selon une enquête réalisée dans la zone de Pikine, 25% des adultes sont porteurs de cette affection qui expose le malade à l’insuffisance rénale et aux complications cardiaques ». « L’hyperten-sion est la première maladie cardiovasculaire. Les enquêtes réalisées dans la zone de Pikine révèlent que 25 % des adultes étaient hypertendus. Ce taux est certainement dépassé à l’heure où je vous parle. Nous sommes en train de mener une nouvelle enquête pour déterminer les facteurs de risque », a-t-il expliqué. Les facteurs sont, entre autre, l’excès de cholestérol, l’absence de l’activité sportive, la consommation du tabac, du sucre...

Le cardiologue a indiqué que les personnes qui acculent les facteurs de risques de crise cardiaque éprouvent d’énormes difficultés et peuvent tomber en crise à n’importe quel moment. Avant d’ajouter que l’écrasante majorité des personnes atteintes de l’arrêt cardiaque meurt sur le champ. « L’arrêt cardiaque, c’est ce que nous redoutons plus. C’est l’une des plus grandes complications des maladies cardiovasculaires » a souligné le Pr Ba.

Pour faire face aux maladies cardiovasculaires, qui constituent la deuxième cause de décès au Sénégal après le paludisme, le spécialiste a conseillé aux populations de consommer beaucoup de fruits et légumes. Ces aliments pourraient aider les 57 cardiologues que compte le Sénégal dans la lutte contre les maladies du cœur.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !