Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Hôpital général de Grand-Yoff - lutte contre le paludisme - 17/10/2009 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Hôpital général de Grand-Yoff (Hoggy) a reçu hier, l’ambassadeur de Thaïlande au Sénégal, qui y a effectué une visite de travail. Ce dernier a couvert, par la même occasion, tous les 300 lits de l’établissement de moustiquaires imprégnées. En outre, au cours de cette cérémonie, le directeur de l’Hoggy a annoncé plusieurs projets de modernisation de l’établissement, qui est déjà parvenu à se hisser à la tête des établissements publics de santé à Dakar, en termes de fréquentation, selon le colonel Babacar Ngom.

L’ambassadeur de Thaïlande couvre tous les lits de moustiquaires

ImageLe bassin de rétention situé à quelques jets de pierres de l’Hôpital général de Grand-Yoff (Hoggy) menace encore les populations de la cité et les malades internés dans ledit établissement. Le personnel médical n’a jamais cessé de déplorer cette proximité dangereuse, qui aurait accentué les cas de paludisme chez les populations. C’est justement pour lutter contre le palu chez les malades hospitalisés pour d’autres raisons que l’ambassadeur de la Thaïlande au Sénégal, a offert hier, un lot de 300 moustiquaires imprégnées à l’Hoggy. Déjà que cet établissement de 3e niveau ne dispose que de 300 lits, Son Excellence Itti Ditbanjong a ainsi couvert tous les lits, tout en promettant de mettre, prochainement, à la disposition de l’hôpital un produit chimique destiné à étouffer le développement des larves couvées par le bassin de rétention.

A l’occasion de cette visite de l’ambassadeur de la Thaïlande, le maire de la Commune d’arrondissement de Grand-Yoff a formulé ce souhait d’être soutenu dans son «combat» de rendre salubre ce site. Et, Son Excellence Itti Ditbanjong semble préoccupé par cette cohabitation malsaine et a annoncé les mesures citées plus haut.

Mais, les responsables de l’Hoggy ont plutôt saisi cette occasion pour dresser le tableau évolutif de l’établissement. Après un bref rappel historique des conditions dans lesquelles l’établissement a été versé dans le patrimoine de l’Etat, le colonel Babacar Ngom indique que depuis 2003, l’institution sanitaire est traversée par des crises cycliques dues à une instabilité financière inquiétante. Et l’une des raisons de cette instabilité réside dans les «difficultés» de recouvrer les créances de l’Hoggy. Ce qui entraîne les retards cumulés de reproduction des états financiers.

Le directeur de l’Hoggy de rappeler encore que depuis 2003, l’établissement souffre d’une perte estimée à 5 milliards de francs Cfa, en plus d’une dette de 4 milliards. Mais, s’empresse-t-il d’ajouter, depuis son installation à la tête de la structure en 2008, il a pu résorber cette dette à hauteur de 800 millions de francs Cfa.
Devant son hôte et le Directeur de cabinet du ministre de la Santé et de la Prévention, le colonel Ngom n’a pas tari d’éloges sur le personnel professionnel qui «se bat» pour refaire l’Hoggy. Aujourd’hui, assure-t-il, l’établissement est le premier centre public de référence, sur l’ensemble des structures existantes dans la capitale. L’Hoggy, à lui seul, polarise pas moins de 2 millions d’habitants de Dakar, soit 77 % de l’ensemble des Dakarois, issus pour la grande majorité, de la banlieue.

Suffisant pour étendre les capacités d’accueil et de soin de la structure. Sous ce rapport, le représentant du Conseil d’administration de l’hôpital à cette cérémonie a annoncé un projet d’établissement concocté par les responsables et qui sera entièrement financé par des fonds propres. Pr Maguèye Guèye d’annoncer aussi la validation prochaine d’un nouveau plan directeur et la construction, dans les mois à venir, d’un pôle mère-enfant d’une valeur d’1 milliard de francs Cfa. Aussi, les moyens d’imagerie seront-ils renforcés ainsi que le paquet de diagnostic de certaines pathologies. Bref, assure Pr Guèye, c’est un «projet médical» très ambitieux qui est en phase d’être réalisé, pour le «bien-être» des populations.

Dans cette même veine, le représentant du personnel a exprimé le souhait des travailleurs de voir se poursuivre le processus de relèvement du plateau technique ainsi que de l’extension de l’Hoggy en termes de modernisation de ses nouveaux services d’Orl, d’Angiographie et de Neurochirurgie.

Pour sa part, Son Excellence Itti Ditbanjong a tenu à rappeler que ce don est une suite logique de ses activités de l’année dernière, qui ont consisté à la distribution de moustiquaires au ministère de Santé, à certaines structures sanitaires mais aussi aux populations. Et, qu’il va s’employer à perpétuer cette tradition qui renforce les liens fraternels entre la Thaïlande et le Sénégal. Ainsi, Touba et Saint-Louis sont les prochaines villes qui vont bénéficier de cette couverture en moustiquaires des lits d’hôpitaux, indique Farba Lamine Sall, Directeur de cabinet du ministre de la Santé et de la Prévention.

Par Aly FALL

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !