Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Infections parasitaires et bactériennes du système nerveux : l’absence de plateau technique adéquat paralyse le diagnostic - 10/11/2009 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les maladies liées au système nerveux ne peuvent trouver une réponse efficace que si les hôpitaux africains sont dotés de plateau technique digne de ce nom estime le professeur Daouda Kassou Minta du Mali. Les travaux du 3e congrès international de la Société africaine de pathologies infectieuses (Sapi) ont porté sur la question des infections parasitaires et bactériennes du système nerveux, thème introduit par le professeur Daouda Kassoum Minta de Bamako. Pour cet éminent professeur des maladies infectieuses, le gros du problème par rapport à ce cas, c’est le diagnostic dans les pays du Sud comparés à ceux du Nord.

Il est difficile de faire des explorations pour déceler très tôt le mal, a-t-il remarqué dans son exposé. Et c’est en partie dû au niveau très bas des plateaux techniques en Afrique. Toujours est-il que même dans les pays où le plateau est amélioré, les populations ne sont pas en mesure de se payer des examens qui sont très coûteux. C’est ce qui explique le fait que les patients arrivent souvent un moment où «la maladie a atteint un stade très avancé ou comateux», d’où l’explication, selon le professeur Minta, du fort taux de mortalité des enfants présentant des cas neurologiques.
D’après lui, le Mali à lui seul a au moins 28 % d’enfants, qui meurent des complications neurologiques. Un chiffre qu’il estime trop élevé, d’autant plus que ces jeunes enfants qui meurent à bas âge, peuvent non seulement être des relèves demain, mais il y aura sans nul doute parmi eux des savants ou autres personnalités importantes pour la Nation. Ce qui l’amène à demander à ce que leur avenir soit préservé.
Et il faut noter, remarque le professeur agrégé des maladies infectieuses, que «les infections du système nerveux, mal prises en charge se sont souvent soldées par des complications neurologiques qui vont laisser des séquelles résiduelles inquiétantes». Le cerveau, qui est le chef d’orchestre de l’organisme humain, ne doit souffrir d’aucune affectation, d’après le professeur Minta. Mais malheureusement, il est le plus convoité, ajoute-t-il alors qu’il ne dispose pas suffisamment d’armes pour s’en débarrasser. Toutefois, il demande de prendre très tôt des dispositions en faisant le diagnostic à temps et assurer une prise en charge adéquate et optimale.

Par Justin GOMIS<

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !