Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Santé de la mère et de l’enfant : A Kolda, 57% des femmes accouchent encore à domicile - 06/11/2009 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La santé de la mère et de l’enfant pose problème dans le Fouladou. Des femmes meurent par milliers en donnant la vie. Malgré l’initiative Bajjenu Goxx, lancée en grande pompe dans cette partie du Sénégal, les choses sont restées en l’état en matière de mortalité maternelle et infantile. Lors d’une journée de partage avec la presse hier, dans la région médicale de Kolda, il est ressorti que l’une des causes de cette mortalité incontrôlée est due à la réticence des femmes d’aller accoucher dans les centres de référence.

Ces dernières sont estimées à 57 % dans la région de Kolda. Au meilleur des cas, elles rejoignent toujours tardivement les centres de santé. Ce qui entraîne de facto, les complications post-natales, aussi bien chez les femmes que chez les nouveau-nés. Cet état de fait dénoncé par le médecin-chef de la région de Kolda témoigne de la tâche ardue des personnels de santé de vouloir maîtriser ce phénomène préoccupant. Dr Amath Mbaye a ainsi estimé à 27 % le taux d’accouchement assisté par un personnel médical qualifié et à 43 % celui d’accouchement dans les districts sanitaires.

Déjà, au terme du premier semestre de l’année 2009, 24 cas de décès néonatals ont été enregistrés. Mais cette situation est aussi due à la précarité de la région en termes d’infrastructures sanitaires et de personnels médicaux suffisants et qualifiés. Car, pour les 123 582 femmes en âge de procréer que compte la région de Kolda, seuls 20 sages femmes d’Etat et un gynécologue sont mis à leur disposition. Encore que, fait remarquer Dr Mbaye, le gynécologue n’a été affecté à Kolda qu’en août dernier, alors que depuis 2 ans, les femmes souffraient de cette situation.
Au cours des débats, nombreux ont été les acteurs de la santé à fustiger le «manque de réaction» de la part de l’Etat. Car, l’initiative Bajjenu Goxx a suffisamment atteint ses limites objectives, selon ces acteurs (Voir ailleurs).
Un avis que ne partage pas Reine-Marie Coly Badiane, qui assure que la région médicale note une amélioration de presque tous les indicateurs dès le 1er semestre de l’année dernière. Mais, elle s’empresse d’ajouter qu’il y a la nécessité de renforcer la supervision à tous les niveaux. Pour elle, beaucoup de choses ont été faites sur l’offre de services. Ce qui reste à faire, c’est de mettre l’accent sur la demande des services.

Par Aly FALL

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !