Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Augmentation des maladies cardiovasculaires : un Sénégalais sur deux a un taux de cholestérol supérieur à la normale - 14/12/2009 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les Sénégalais gagneraient à revoir leur régime alimentaire s’ils veulent éviter les maladies cardiovasculaires en nette augmentation. D’ailleurs, une étude révèle que près d’un adulte sur deux a un taux de cholestérol supérieur à la normale. Ce qui les expose à la crise cardiaque, aux Accidents vasculaires cérébraux (Avc), entre autres maladies.

« Il faut savoir que le cholestérol existe normalement et naturellement dans l’organisme. Il est même une substance tout à fait utile au fonctionnement des cellules de l’organisme. Il ne faut pas le considérer comme une substance qui n’a que des effets négatifs ». Ces propos du docteur Abdoul Kane, professeur titulaire de Cardiologie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) jettent la lumière sur les fonctions du cholestérol dans l’organisme. Toutefois, l’excès de cholestérol est nuisible à la santé. L’absence d’activités physiques, la consommation incontrôlée des laits entiers, de certains fromages secs, des crèmes fraîches, des yaourts, de la viande grasse, l’abus de la sucrerie, du jaune d’œuf, du foie, de la cervelle concourent à une accumulation du cholestérol dans les artères. A cela, il faudra ajouter la cause génétique. « En plus de l’hygiène et de l’absence d’activité physique, il y a une part importante de la génétique. Si vous avez dans votre famille des personnes qui ont un excès de cholestérol, vous courrez le risque d’en avoir », fait remarquer le cardiologue Abdoul Kane, qui a apporté des éclairages sur le bon et le mauvais cholestérol. Le premier est éliminable, le second s’ancrasse dans les vaisseaux et ouvre la porte à toutes les complications. « Le Hdl-cholestérol est le bon, parce que c’est le cholestérol qui est éliminé de l’organisme à partir du foie. Tandis que le Ldl est le mauvais. C’est celui-ci qui va être accumulé dans les artères et finira par les boucher », explique le Pr Kane. Selon lui, il existe deux systèmes de transport du cholestérol, l’un part vers le foie où il sera éliminé. Tandis que l’autre système, qui mène vers les vaisseaux, le cœur et tous les tuyaux qui irriguent l’organisme, induit souvent une accumulation de la graisse sur les parois des artères. « Lorsque le cholestérol est transporté dans un système qui va l’amener vers les vaisseaux du cœur et tous ces tuyaux qui doivent irriguer les territoires de l’organisme, on va avoir une accumulation de la graisse sur les parois des artères. Cette accumulation de graisse va boucher les artères et cela va par conséquent entraîner ce que nous appelons l’athérosclérose », explique le Pr Abdoul Kane.

Le nombre des personnes qui ont un taux élevé de cholestérol et les tendances ne sont pas rassurantes au Sénégal. Ces dernières donnent une idée de l’augmentation spectaculaire des maladies cardio-vasculaires liées au cholestérol. « Les personnes qui viennent pour des consultations liées au cholestérol sont de plus en plus nombreuses. Une enquête sur la population a révélé que dans 40% des cas, le taux de cholestérol total dépasse 2 grammes par litre. Cela veut dire que près d’un adulte sur 2 au Sénégal a un taux de cholestérol qui dépasse la normale », indique le professeur Abdoul Kane. Malheureusement, une autre étude portée sur 200 agents dévoile une méconnaissance de la prise en charge de l’excès de cholestérol.

La crise cardiaque, une des conséquences

Cette prévalence, qui indique de façon nette l’excès de cholestérol chez une frange importante de la population, présage le nombre de Sénégalais qui courent le risque de développer des maladies provoquées par l’accumulation du cholestérol dans les vaisseaux sanguins. « Le patient, qui a un excès de cholestérol, peut avoir l’insuffisance coronarienne, c’est-à-dire qu’il va avoir des douleurs à la poitrine, parce que le sang n’arrive pas correctement au cœur. On peut avoir les artères qui se bouchent, ce qui entraîne l’infarctus du myocarde, communément appelé crise cardiaque, qui peut se manifester par une douleur brutale mais aussi par la mort subite », explique le Pr Kane.

L’obstruction des artères du cerveau expose la personne aux Accidents vasculaires cérébraux (Avc), à la paralysie, entre autre. « Lorsque les artères du cerveau sont bouchés, une partie de cet organe n’est pas irrigué. Cela entraîne la paralysie. Lorsque le cerveau n’est pas irrigué, vous avez un Accident vasculaire cérébral. Cet accident peut se traduire par un coma. C’est la première cause de handicap au monde », fait savoir le chef du service Cardiologie de l’Hôpital général de Grand-Yoff.

L’obstruction des artères a plusieurs effets sur l’organisme. Aujourd’hui, il faut inculquer à tous, la lutte contre l’excès de cholestérol.

Idrissa SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !