retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :


encart_diam


Fil d'infos APO Group


vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

CamerounClimat : des températures extrêmes font craindre une résurgence du choléra

StopBlaBlaCam | Cameroun | 29/06/2022 | Lire l'article original

Dans son bulletin de prévisions pour la période du 21 au 30 juin, l'Observatoire national sur les changements climatiques (ONCC) annonce des températures maximales très élevées dans les régions de l'Extrême-Nord et du Nord. Ces températures comprises entre 35 et 40 °C vont apporter des situations de canicule dans de nombreuses localités desdites régions.

A contrario, il y a « un risque de diminution des températures minimales avec des nuits froides » dans ces régions, ainsi que dans celles de l'Adamaoua, de l'Ouest, du Nord-Ouest, du Centre, du Sud et de l'Est.

L'ONCC craint que ces variations de température aient des incidences sur l'environnement, avec notamment la « dégradation de la qualité de la production des arachides et des tubercules » dans les régions du Centre, du Sud, du Littoral, du Sud-Ouest et de l'Ouest. La cause de cette dégradation est les quantités de précipitations « globalement abondantes » qui vont entraîner une saturation des sols en eau, analyse l'ONCC.

Autres risques que craint cet organisme, c'est les inondations qui pourraient créer des décès par noyades, la dégradation des champs de maïs, des bananeraies, des manguiers, des papayers, des éboulements, la destruction des ouvrages de franchissement, perte de bétail, etc.

Sur la santé humaine, ces températures pourraient occasionner des douleurs articulaires ou encore la recrudescence des cas de choléra « dans cinq zones agroécologiques et particulièrement dans les régions de l'Extrême-Nord, du Nord, de l'Adamaoua, du Nord-Ouest et de l'Ouest; et dans les grandes agglomérations et la bande côtière suite à la rareté ou la mauvaise qualité de l'eau de consommation », avertit l'ONCC.

L.A

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !