retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

SénégalSeconde vague de la Covid-19 au Sénégal : Amacoudou Diouf appelle à une mobilisation collective

Sud Quotidien | Sénégal | 16/02/2021 | Lire l'article original

Face aux statistiques alarmantes et macabres rendues publiques tous les jours par les autorités sanitaires sur la situation du coronavirus au Sénégal, Amacoudou Diouf de l'Ong Ahdis avance : «il y a lieu de sonner l'alerte, pour que nous puissions retrouver cette force collective qui a prévalu face au premier assaut de la pandémie».

Pour M. Diouf à la date du 1er février 2021, le rapport de situation nº 80 du Sénégal montre qu'aucune région du pays n'est épargnée par ce fléau. «La répartition des cas confirmés de Covid-19 par district sanitaire s'établit actuellement à 77/79. Soit une proportion de 97 %. Les deux districts sanitaires épargnés sont Dianké Makha et Goudomp», a-t-il renseigné.
Et de poursuivre : «le dernier rapport de situation souligne également que les Pyramides des âges des cas de COVID-19 au cours des deux vagues montre une inversion des classes d'âge les plus touchées dont la tranche d'âge 25-34 ans était la plus touchée lors de la première vague avec un ratio Homme/Femme de 1,4 et dans cette 2ème vague, la tranche d'âge 60 ans + est la plus touchée et le ratio Homme/Femme est de 1,3. Hélas ! On note aussi que l'âge moyen des personnes décédées est de 69 ans, avec un minimum à 19 ans et un maximum à 95 ans.
En conséquence, jeunes comme vieux, personnes n'est à l'abri». Des statistiques qui l'ont amené à dire dans une déclaration « paradoxalement, les populations affichent généralement peur et inquiétude à l'énonciation des bilans quotidiens fournis par le ministère de la santé et de l'Action sociale, et ne semblent pas prêtes à changer de comportement face à la force destructrice de la deuxième vague de Covid-19».

Toutefois, face à cette situation, le patron d'Action humaine pour le développement intégré (AHDIS) appelle à l'éveil des citoyens sur le drame qui se dessine. Pour lui, c'est le moment de renouer avec l'engagement communautaire, dans l'optique que le combat soit pris en charge par les communautés elles-mêmes, au plus près de chaque localité, chaque communauté religieuse, coutumière ou estudiantine, au plus près de chaque organisation professionnelle, syndicale ou de la société civile, au plus près de chaque tranche d'âge, dans l'administration publique, dans les entreprises nationales et privées, les structures hospitalières, entre autres. «Nous invitons les populations des villes et des campagnes, comme elles l'avaient fait durant la première vague, à prendre conscience de l'existence de la maladie et à respecter les gestes barrières», a-t-il avancé.

Et de lancer également un appel à l'endroit des scientifiques pour davantage aller au-delà du disponible, en s'engageant sans complaisance dans une recherche approfondie, en vue de trouver une réponse adéquate à cette pandémie, au-delà des lauriers tissés. AHDIS a en outre salué l'engagement du gouvernement à démarrer les opérations de vaccination d'ici à la fin du mois. «Nous marquons notre engagement à l'accompagner dans ce sens et l'invitons d'ores et déjà à lancer une campagne de communication pour faire comprendre et accepter ces opérations vaccinales», a-t-il soutenu.

Denise ZAROUR MEDANG

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !