retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Odonto-Stomatologie tropicale - 1ère revue dentaire internationale panafricaine - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Congo-BrazzavilleL'exposition au paludisme pourrait réduire la gravité de la covid-19

Les dépêches de Brazzaville | Congo-Brazzaville | 25/11/2021 | Lire l'article original

Selon de nouvelles recherches qui ont eu lieu en Ouganda et au Mali, l'exposition au paludisme pourrait réduire l'incidence des maladies graves, des hospitalisations et des décès chez les personnes exposées au SRAS-CoV-2, le virus qui cause la covid-19.

Les résultats de la recherche ont été présentés lors de la réunion annuelle de l'American Society of Tropical Medicine & Hygiene. Elles ont révélé de faibles niveaux de symptômes graves de la covid-19 chez les personnes exposées au SRAS-CoV-2 dans les zones à forte charge de paludisme, amenant les chercheurs à émettre l'hypothèse qu'une exposition antérieure au paludisme pourrait offrir à ses survivants un bouclier contre la covid-19. En Ouganda, ces chercheurs ont découvert que les patients de covid-19 ayant des antécédents d'infections paludéennes avaient des niveaux de cytokines plus faibles. Tous les patients ayant été fortement exposés au paludisme dans le passé avaient des niveaux plus bas de cytokines, dans l'ensemble, par rapport à ceux qui avaient une faible exposition antérieure au paludisme. Jane Achan, conseillère en recherche au Malaria Consortium, au Royaume-Uni, et co-auteur de l'étude, a déclaré : « Ce n'est pas que nous ne voyons aucun marqueur de la gravité de la maladie, c'est que les taux de signalement des hospitalisations, des maladies symptomatiques et des décès sont inférieurs à ce à quoi on pourrait s'attendre ». Cette étude a porté sur 600 patients atteints de la covid-19. Elle vise à déterminer s'ils étaient actuellement ou précédemment exposés à une infection palustre.

Seuls 5 % de ces patients présentant des niveaux élevés d'exposition antérieure au paludisme ont développé des cas graves de la maladie ou sont décédés, contre 30 % de ceux ayant des niveaux inférieurs d'exposition antérieure au paludisme. Jane Achan justifie les recherches : « Nous avons lancé ce projet en pensant que nous verrions un taux plus élevé de résultats négatifs chez les personnes ayant des antécédents d'infection palustre, car c'est ce qui a été observé chez les patients co-infectés par le paludisme et Ebola. En fait, nous avons été assez surpris de voir le contraire - que le paludisme puisse avoir un effet protecteur ». Mais une exposition antérieure au paludisme pourrait également avoir un impact sur la charge virale, ce qui pourrait avoir un impact sur la gravité des symptômes chez les patients de covid-19. D'autres groupes enquêtent actuellement sur cette question. Ces résultats pourraient influencer le développement d'options de traitement pour la covid-19. Les prochaines étapes de la recherche incluraient l'examen de cet effet sur une population plus large. Une autre étude a révélé qu'en dépit d'une infection généralisée par le SRAS-CoV-2 au Mali, les maladies graves, les hospitalisations et les décès étaient rares.

Les chercheurs de l' Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses et du Malaria Research Training Center à Bamako, au Mali, ont mené des enquêtes de séroprévalence auprès de plus de 3 500 personnes dans quatre communautés, pour examiner quel pourcentage d'une population a des anticorps contre le virus dans le sang au fil du temps. Il ressort qu'environ 59 % des membres de la communauté avaient été exposés au virus SARS-CoV-2, mais ce niveau élevé d'exposition ne s'est pas accompagné d'un afflux important de personnes dans les centres de santé. Certaines de ces communautés n'avaient signalé aucun cas de covid-19 tout au long de la pandémie. Les symptômes attribuables à la covid-19 signalés par les personnes n'étaient pas considérablement plus élevés que les taux de maladie typiques rencontrés dans les communautés. En fait, le nombre d'hospitalisations et de décès était inférieur à celui des taux américains de maladies graves ajustés en fonction de l'âge. « Ce n'est pas que nous ne voyons aucun marqueur de la gravité de la maladie, c'est que les taux de signalement des hospitalisations, des maladies symptomatiques et des décès sont inférieurs à ce à quoi on pourrait s'attendre. Parfois, plusieurs fois plus bas », a déclaré le chercheur Woodford.

Alors que ces communautés avaient des taux d'exposition élevés à d'autres virus auparavant, mais aucune preuve que les anticorps d'autres coronavirus offraient une protection contre le SRAS-CoV-2. Pour cette raison, les hypothèses clés incluent de faibles taux de comorbidités dans la communauté - ou une exposition élevée à d'autres infections, en particulier le paludisme, qui a déjà été lié à la protection contre d'autres infections virales graves. Le Mali a une forte charge de paludisme. Une hypothèse est que les résultats pourraient suggérer que le système immunitaire de ces individus a été entraîné par une infection récurrente du paludisme à ne pas réagir de manière excessive à l'inflammation lorsqu'il rencontre le SRAS-CoV-2. Ces résultats soulèvent des questions sur la meilleure façon d'allouer des ressources de santé limitées, pour équilibrer la réponse à la covid-19 avec d'autres maladies mortelles telles que le paludisme. « Nous avons vraiment besoin de comprendre les effets de la pandémie, localement, au Mali et en Afrique de l'ouest, afin d'aider à prioriser l'allocation des ressources de santé publique. Les pays pourraient ne pas utiliser les interventions de santé publique les plus efficaces », a souligné Woodford. « La pandémie de covid-19 a eu un impact moins important que prévu, tandis que le paludisme continue d'avoir une charge saisonnière marquée sur la population », a-t-il conclu.

Noël Ndong

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !