Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



ban_jmp_malacur - 25 avril 2024 - Journée mondiale de lutte contre le paludisme

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici

Revue de presse de Santé tropicale

Trier les actualités par :

Elimination de la filariose lymphatique au Centre - 2011 : Date buttoir pour la fin du combat

Sidwaya | Burkina Faso | 07/01/2006 | Lire l'article original

Les premiers responsables de la santé ont procédé vendredi 6 janvier 2006 au lancement du traitement de masse pour l’élimination de la filariose lymphatique dans la région sanitaire du Centre. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte du CMA de Kossodo.

La filariose lymphatique, plus connu sous le nom «d’éléphantiasis» est une maladie parasitaire souvent cause d’invalidité. Elle se transmet d’une personne à une autre par les moustiques, en l’occurrence l’anophèle, le même moustique qui transmet le paludisme
La maladie se manifeste sous trois formes : les formes asymptomatiques (pas de manifestations cliniques extérieures très visibles), les manifestations aiguës (gonflement, chaleur, rougeur, fièvre, frissons, maux de tête et sensation de faiblesses) ; enfin les manifestations chroniques (gonflement du pied, du bras, du sein). Au Burkina Faso, le taux de prévalence de la maladie se situe entre 1 et 80% et oscille entre 51 et 60% dans la région sanitaire du Centre. Ce qui a valu l’adoption d’un programme national de lutte contre la filariose lymphatique en 2001. Avec la présente campagne de traitement de masse pour son élimination, il s’agira de pouvoir toucher plus de dix (10) millions de personnes avec plus de 42 millions de médicaments à distribuer.
L’un des moyens de lutte contre la maladie est la prise, une fois l’an, de deux médicaments (l’Albendazole et l’Ivermectine), médicaments gratuitement distribués. Le second moyen est la prise en charge des personnes affectées par des mesures d’hygiène simples qui permettent de réduire la fréquence et la gravité des crises de l’éléphantiasis. Une démonstration de bain de membre affecté a été faite devant l’assistance, suivi d’une remise de kits de bain (seau, bassine, savon) à certains affectés. Un autre moyen de lutte contre la filariose lymphatique est l’utilisation des moustiquaires imprégnées.
A l’issue des discours de lancement du traitement de masse, les autorités présentes à la cérémonie se sont administrées les médicaments requis pour lutter contre la filariose (l’Albendazole et l’Ivermectine) et inviter tout le monde à faire comme eux.

Ismaël BICABA

Lire l'article original

Retour

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la revue de presse de Santé tropicale. Inscriptions

En septembre 2024 :

img_produit

img_produit

Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit
Téléchargez hearWHO - Pour vérifier l'audition !

img_produit

img_produit

encart_diam_dafra
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays

encart_diam_strides
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !