retour Santé tropicale Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Biogaran Formation - Dossier spécial sur l'épilepsie - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Revue de presse de santé tropicale

Trier les actualités par :

Réduction des coûts des actes d’hémodialyse : « Nous sommes soulagés », Albert Ouédraogo, président de l’ABUDIR

Sidwaya | Burkina Faso | 14/03/2024 | Lire l'article original

Le mercredi 13 mars 2024, le Conseil des ministres a décidé de la baisse des coûts de la dialyse et de la suppression de la caution pour la prise en charge des malades souffrant de l’insuffisance rénale. A l’occasion de la Journée mondiale du rein, le président de l’Association burkinabè des dialysés et insuffisants rénaux (ABUDIR) s’est prononcé sur cette décision.

Sidwaya (S) : Comment appréciez-vous la décision gouvernementale de réduire les coûts des prestations liées à la dialyse et de supprimer la caution avant la prise en charge des malades ?

Albert Ouédraogo (A.O.) : C’est une décision historique. Nous qui souffrons de la maladie rénale, nous sommes soulagés d’apprendre que désormais, pour être éligible aux soins, nous n’avons plus besoin de déposer la caution de 500 000 F CFA. Cela veut dire que c’est une somme réductoire pour les Burkinabè moyens. Or, si vous ne les payez pas, vous ne pouvez pas être soignés. Et, c’est l’issue fatale. Donc ce que le gouvernement vient de faire est hautement salutaire. Et, nous le mesurons à sa juste valeur. Et, surtout quand on le met dans un contexte d’insécurité, où la priorité des priorités est l’achat des armes pour pouvoir lutter contre cette horde barbare qui attaque notre pays, que le gouvernement trouve l’occasion de pouvoir rendre gratuite cette prise en charge des dialysés par rapport à leur caution, c’est quelque chose qu’on ne peut pas vraiment finir de saluer et de remercier.

S : En marge de la Journée mondiale du rein, vous avez organisé une conférence publique sur la problématique du rein. Quel est l’objectif recherché ?

A.O. : Le thème de cette conférence, c’est « La fistule artério-veineuse : le parcours du combattant ». En réalité, c’est une de nos préoccupations. Parce qu’on ne peut pas faire la dialyse si on n’a pas de fistule. Après le carthéter, il faut une porte d’entrée pour pouvoir épurer le sang, et la meilleure porte d’entrée, c’est la fistule. Or, cette fistule est une opération délicate. Elle nous est facturée à 250 000 F CFA. Et, lorsque vous faites une fistule, vous n’êtes pas sûr qu’elle va durer trois mois, trois ans ou dix ans. Et pour rien, la fistule peut céder. Et vous recommencez, c’est à zéro, avec encore 250 000 F CFA. C’est pourquoi, nous avons demandé à faire cette conférence pour sensibiliser les malades, les soignants, les infirmières, les néphrologues, les chirurgiens par rapport à ce que c’est que la fistule.

Lire la suite sur le site Sidwaya

Tous les articles

Biogaran Formation - Dossier spécial sur l'épilepsie - Plus d'informations

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale. Inscriptions


Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit

img_produit
Téléchargez hearWHO - Pour vérifier l'audition !

img_produit

img_produit

encart_diam_biogaran
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays

encart_diam_aldounion
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays


CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !