retour Santé tropicale Accès aux sites pays fleche Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



ban_jmp_malacur - 25 avril 2024 - Journée mondiale de lutte contre le paludisme

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Publications scientifiques

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 7002 - Février 2023 - pages 77-82

photo_auteur Accidents d’exposition au sang chez le personnel paramédical et de soutien en service au Centre Hospitalier Universitaire Départemental du Borgou en 2020note

Auteurs : A. Alassani, I. Mama Cisse, A.C. Dovonou, A. Wanvoegbe, A. Agbodande - Bénin


Résumé

Introduction : Les Accidents d’Exposition au Sang (AES) constituent un problème de santé publique chez le personnel soignant et sont sources de plusieurs infections notamment le VIH et les hépatites virales B et C. Le présent travail avait pour objectif d’étudier les AES chez le personnel paramédical et de soutien.
Patients et méthode : Il s’agissait d’une étude transversale et descriptive couvrant la période allant du 15 juin 2020 au 15 septembre 2020 et avait concerné le personnel paramédical et de soutien en service au Centre Hospitalier Universitaire Départemental du Borgou qui avait donné leur consentement. Les variables étudiées étaient la fréquence des AES, les circonstances de survenue des AES, la nature des expositions, les facteurs favorisants les AES et la conduite tenue après les AES. L’analyse des données a été faite par le logiciel Epi data 3.1.
Résultats : Au total, 127 agents de santé avaient participé à l’étude. La moyenne d’âge était de 39,14 ans ± 8,63 ans avec une prédominance féminine (66,93%). Les AES étaient survenus chez 57 agents soit une prévalence de 44,88%. Les circonstances de survenue étaient dominées par la manipulation des produits sanguins (32,79%), l’injection intraveineuse (29,50%) et le ramassage des objets (19,67%). La nature de l’exposition au cours des AES était dominée par les piqûres (64,63%) et les déchirures (15,85%). Le manque de vigilance (59,65%) était le facteur favorisant le plus fréquent. Après la survenue de l’AES, 40,35% des agents avaient fait une déclaration à leur supérieur hiérarchique. Parmi les victimes, 91,23% avaient procédé à un lavage local et 75,44% avaient fait usage d’antiseptiques.
Conclusion : Près de la moitié des agents a été victime au moins une fois d’AES. La plupart des AES ne sont pas déclarés au supérieur hiérarchique. Pour prévenir les AES, il important que tous les agents soient formés.

Summary
Blood exposure accidents among paramedical and support staff in service at the Departmental University Hospital of Borgou in 2020

Introduction: Blood Exposure Accidents (BEA) constitute a public health problem among healthcare personnel and are sources of several infections, in particular HIV and viral hepatitis B and C. The present work aimed to study the BEA among paramedics and support staff.
Patients and method: This was a cross-sectional and descriptive study which covering the period from June 15th, 2020, to September 15th, 2020, and concerned paramedical and support staff in service at the Borgou Departmental University Hospital Center who had given their consent. The variables studied were the frequency of BEAs, the circumstances of occurrence of BEA, the nature of the exposures, the factors favoring BEAs and the conduct followed after the BEA. Data analysis was performed using Epi data 3.1 software.
Results: A total of 127 health workers participated in the study. The average age was 39.14 years ± 8.63 with a female predominance (66.93%). BEA occurred in 57 agents, a prevalence of 44.88%. The circumstances of occurrence were dominated by handling blood products (32.79%), intravenous injection (29.50%) and picking up objects (19.67%). The nature of exposure during BEA was dominated by pitting (64.63%) and tearing (15.85%). Lack of vigilance (59.65%) was the most frequent contributing factor. After the occurrence of the BEA, 40.35% of the agents had made a declaration to their hierarchical superior. Among the victims, 91.23% had carried out local washing and 75.44% had used antiseptic.
Conclusion: Nearly half of the agents have been victims of BEA at least once. Most BEA are not declared to the line manager. To prevent BEA, it is important that all agents are trained.

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
Il a été consulté 4337 fois, téléchargé 3 fois et évalué 1 fois.  Aucun commentaire n'a encore été ajouté à propos de cet article

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF

Plus d'articles Béninois - Plus d'articles panafricains

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale. Inscriptions


Vous êtes professionnel(le) de santé ?

Ce contenu gratuit vous est destiné :

img_produit

img_produit

img_produit
Téléchargez hearWHO - Pour vérifier l'audition !

img_produit

img_produit

encart_diam_bailly
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays

encart_diam_salvat
Consultez les mentions légales (RCP) des médicaments disponibles dans votre pays



CONTACTEZ-NOUS

adresse Adresse

  • APIDPM
    135, chemin de Canto Maï
    83190 Ollioules - France

tel Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

email Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :
logo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !